Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
wancyrs : Instants tannés
 Publié le 25/04/13  -  8 commentaires  -  1235 caractères  -  266 lectures    Autres textes du même auteur

Au petit matin, quand l'aube chasse les ténèbres.


Instants tannés



Voici que s'érige l'aube
Vêtue de sa belle robe

Coquins
Les vers en fête
S'enlacent
Se prélassent
Et se lassent…

Le pas léger
De l'espoir

Martèle

Mon âme endormie
Dans une

Attelle

Et toc !
Et toque !
Et toc !

Mes yeux
S'ouvrent
Sur le pardon…

En ce matin vermeil
Réveil

Moelleux des coussins
Doux
Comme duvet de poussin

La main du soleil
Caresse
Mon visage qui s'éveille

Et tu te découvres
Souriante

En ce matin merveille…

Tout est blanc
Tout est pur

Blanche genèse
D'un sentiment
Pour toi

Tout est pur
Tout est blanc

L'asphalte
Les toits
Les autos
Ta peau
Dans mes draps

Bleus…

Une idée coquine
M'enquiquine
Déverse sa toxine
Me taquine

Je lui dis :
C'est pas le moment !
Elle sourit
Me fixe drôlement,
Décidée
De pas s'en aller

Alors je regarde
Autour de moi
Et vois trahi
Mon émoi…




Avril 2013


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Pimpette   
12/4/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Adorable!

"Je lui dis :
C'est pas le moment !
Elle sourit
Me fixe drôlement,
Décidée
De pas s'en aller"

Poésie légère, heureuse, qui traduit en mots justes, un moment privilégié...

   Iloa   
25/4/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Wancyrs.
La qualité de ce poème est que le lecteur est dans l'émotion, dans la vibration de ce réveil.
Le genre de poème léger qui met du rose aux joues de plaisir.
C'est si simple la poésie parfois. Il suffit d'être en communion avec ce qui nous entoure.
Bravo et surtout merci.

   brabant   
25/4/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Wancrys,


Ah ! Oui ! Un tel moment de lecture ravie (rôle auquel je me tiendrai car je ne prétends pas m'immiscer dans ce lit d'une autre manière) se partage absolument aussi suis-je allé dard-dard lire les autres commentaires (avec tout le respect que je leur dois) :)
Wancrys dans un registre que je ne lui connaissais pas, Wancrys le lion ici papillon, l'amour rend duveteux :) C'est léger, c'est tendre, c'est harmonieux, empathique à fond la caisse, ça chante, ça virevolte. Ô la cabriole !

- l'incipit est trop sévère, "tannés" aussi (mais je comprends que c'est dans le sens de "tissés" et "toxine" ne m'a pas plu, trop fort aussi.

Mais "Voici que s'érige l'aube
Vêtue de sa robe blanche" s'ouvre sur un poème très réussi.
"Mon âme endormie
Dans une

Attelle"
Un vrai sens de l'image !

A Wan, mon meilleur ex ennemi :D

brabant

Wancrys en poussin... tout de même... Oui je sais, je déforme...

   leni   
25/4/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut Wan
Voila que tu chantes"le loup la biche et le chevalier"ou Je m'suis fait tout p'tit" Et tu chantes juste Toujours quand tu exprimes des sentiments A la première lecture on est devant un tableau un peu abstrait en suite il devient impressionniste Avec les touches de couleurs on construit ce moment privilégié que tu décris Oui je vois
La main du soleil..Bravo Wan Leni

   Ludi   
25/4/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"Auprès de ma blonde je vivais heureux" chantait Brassens.
Qu'il repose en paix
Wancyrs prend le relais

Ton poème m'a mis une pêche d'enfer. Le problème c'est que là, tout de suite, je ne sais pas quoi en faire:
"Alors je regarde
Autour de moi
Et vois trahi
Mon émoi…"
Toi aussi? Qu'en termes châtiés ces choses là sont dites. Si j'ai bien compris, c'est une bandaison de crémaillère (excuse-moi Wancyrs, je n'ai plus de "P" sur mon clavier). On en avait déjà un pressentiment au tout début, avec " Voici que s'érige l'aube ". C'est vrai qu'une érection d'aube, ça vous a tout de suite un air charnel, pas le style "aube tiédasse" qui mollit au réveil, hésite et se recouche.

" Mes yeux
S'ouvrent
Sur le pardon…" Quel mystère! Qui pardonne à l'autre? Est-ce encore un rappel à Dieu? Tu le laisses vraiment entrer dans ta piaule? Franchement, avec tout ça, t'as un "sacré" mérite de garder la forme.

J'aime beaucoup les petits duos : " Le pas léger / de l'espoir - En ce matin vermeil / réveil - Et tu te découvres / souriante " - etc...
Mais celui que je préfère, c'est : "Tout est blanc / tout est pur" , et un peu plus loin , " Tout est pur / tout est blanc " : on dirait une contrepéterie belge. J'adore les belges.

- " Blanche genèse
D'un sentiment
Pour toi ".
Tu renais à la vie avec un sentiment tout neuf :
- " Une femme inconnue et que j'aime et qui m'aime
Et qui n'est chaque fois ni tout à fait la même
Ni tout a fait une autre et m'aime et me comprend ".
On dirait que t'as chipé la blonde à Verlaine.

"L'asphalte
Les toits
Les autos
Ta peau
Dans mes draps"
On voit bien ici encore l'intérêt de ne pas ponctuer : " Ta peau / dans mes draps " c'est pas mal, mais ça casse pas trois pattes à un canard. Tandis que sans ponctuation, l'asphalte, les toits, et tout le reste, ça fait quand même un joyeux bordel sous les draps!

Ah, et puis la fin, toute en italique... qui nous dévoile ta pensée profonde, comme s'il était temps de passer aux choses sérieuses.

Un Wancyrs amoureux, délicat et charnel. Celui que je préfère.
Ludi

   MissNode   
25/4/2013
 a aimé ce texte 
Passionnément
Hey, Wan ! C'est bien simple, un seul vers m'a semblé un peu facile "Vêtu de sa belle robe"... que j'ai mis sur le compte du poète encore endormi dans un "fleur bleue" tendance cliché...
Et puis j''admets que le contexte s'y prête : sans y réfléchir ont défilé à ma lecture les images de ce petit matin qui émerge chez celui qui dormait :
"s'érige l'aube" : beau choix qui évoque chez moi la lumière accrue au lever du soleil
puis, c'est un poête qui se réveille : ses premières pensées sont pour les vers...avant de ressentir les coussins, le soleil...finalement l'autre endormie.
Les vers courts ,"martelés", l'économie de phrase renvoient fort bien dans cet état cotonneux du réveil... jusqu'à la conscience plus vive des choses, en italique.
La disposition m'a séduite, notamment là où elle souligne les échos "martèle" "attelle" "matin vermeil/merveille" et le quasi refrain "tout est pur/tout est blanc" (je vois bien ce brouillard juste post-rêve)...

Un mystère pour moi (mais qui t'appartient sans doute) : ce passage "toc/toque/toc/...le pardon" ?

merci pour les "duvets de poussins" :respect:

   tchouang   
27/4/2013
Commentaire modéré

   funambule   
27/4/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Il manque sans doute un (tout) petit quelque chose à la première partie. A trop vouloir créer le (joyeux) contraste, la description flirte avec l'enlisement. C'est, j'imagine, aussi l'intention de l'auteur, le procédé employé pour parvenir à ses fins. Toujours est-il que ça fonctionne, que je me suis laissé embarquer comme un bleu... à moins que rien de tout ça n'était prévu au départ et que "la bascule" ne se soit imposée naturellement (cette idée me séduit). De toute façon c'est très bien écrit et le jeu des sensations, la couleur des mots, l'équilibre des contrastes dénote un indéniable talent.

   Anonyme   
10/5/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un plein de fraicheur, nous n'en avons jamais assez!
Une touche d'innocence toute en légèreté!
Merci à vous!
belle soirée


Oniris Copyright © 2007-2017