Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
epervier : Le mendigot
 Publié le 02/11/07  -  6 commentaires  -  897 caractères  -  34 lectures    Autres textes du même auteur

La misère humaine...


Le mendigot



Tu sens l’urine, l’odeur des pauvres.
Tes haillons décrivent ton misérabilisme.
Le trottoir infect, ton parcours difficile.
Tu craches le sang, couleur d’habitude.

Sac au dos, tu transportes ta vie
Dans un silence secret et indécent.
Tu traînes une puanteur morbide.
Yeux vitreux, tu caches ta honte.

Tête baissée, ton monde froid et esseulé;
La nourriture dans un corps flasque.
Un râlement pénible, lèvres mauves;
Des mains gercées, cicatrices sanguinaires.

Tu trépignes, le vent caresse ta saleté.
On s’éloigne de ta disgrâce éhontée.
Le rejet social, un regard hautain;
De la méfiance, des pas rapides.

La nuit veille ton cadavre vivant.
La glaçure plonge ton cerveau malade.
Quelques hésitations étouffées, la main aidant
Et soudainement, la délivrance espérée.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   irisyne   
2/11/2007
Superbe et malheureusement d'actualité...

   nico84   
2/11/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Misérable vie et misérables humains que nous sommes de ne pas aider notre prochain ...

   Anonyme   
2/11/2007
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bon j'oublie le coté émotionnel et grave du sujet qui bien rendu !
Pour la forme :

- Une glaçure est un enduit vitrifiable posé à la surface d'une céramique afin de la rendre imperméable, lisse et brillante, et d'y apposer des décors ?????

- misérabilisme : Complaisance à évoquer, à décrire la misère humaine ????

- Pour le vocabulaire, je trouve soigné (sauf mots plus hauts)

J'aime ce poème.

   epervier   
11/12/2007
Argos2,

Excusez ce long retard à vous répondre.
Un mot , on peut l'exprimer au figuré,
n'est-ce pas?, y compris glaçure...

André, épervier

   Anonyme   
9/3/2016
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Ce qui me gêne dans ce texte c'est le fait de présenter "le mendigot" comme une bête humaine répugnante, savez-vous que les gens de la rue ont leur dignité, et qu'ils la gardent à tout moment, là vous leur enlevez complètement, vous en faites des "monstres" ignominieux, de pied en cape, jusqu'à ce mot choquant (ton cerveau malade ???), à mon avis vous devriez les côtoyer d'un peu plus près, alors votre regard serait différent, et votre langage aussi.

Je n'ai aimé ni le fond, ni la forme de ce texte.

   StayinOliv   
9/3/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Votre poème qui utilise le champs lexical de la saleté et du dégout n'apporte rien de plus, pour ma part, qu'une description de la misère sans entrer dans l'esprit du protagoniste. Dommage, à part sa honte j'aurais aimé connaitre ses pensées, sont état d'esprit, son mal être mental.


Oniris Copyright © 2007-2020