Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
FabDo : Virgule
 Publié le 31/12/19  -  8 commentaires  -  2054 caractères  -  151 lectures    Autres textes du même auteur

Au départ, l'idée était de rédiger les poèmes en alexandrins qui tiennent dans un tweet, puisque je suis inscrit sur ce réseau social. C'est ce que j'ai fait, mais l'ensemble forme finalement un seul et même poème.


Virgule



Première virgule,

Pour avoir bu mon saoul de toutes les liqueurs
Qui conduisent un homme à se charger d’extase
Du soir tard à la nuit, au matin de bonne heure
Pour avoir recueilli le nectar dans mon vase
Sans avoir à subir le moindre des labeurs
Dans mes veines, du vin ! Je le sais, jouir est vain.

Seconde virgule,

J’ai découvert un secret mais je ne sais pas
S’il peut s’écrire à la craie au seuil du trépas
Sur un grand tableau tout noir ou un parchemin
S’il doit me noyer d’espoir, montrer le chemin
Ou s’il doit d’emblée périr à la nouvelle lune
Douter me va à ravir, ô quelle infortune !

Troisième virgule,

J’ai levé l’armée des ombres, je compte à son nombre
Je défile au son du cor, au corps défendant
De la vierge et de son sort, semée dans les rangs
La poitrine offerte au sang, les cheveux au vent
Je vais, mon âme nue, ses nuées infertiles
Me déclarer vaincu, embrasser le péril.

Quatrième virgule,

Si la mélancolie enrichit le poète
Alors pourquoi mes nuits sont-elles vouées à l’ennui ?
Si belle que tu sois, seule ta silhouette,
Ô mon inspiration, glisse jusques ici
Bien sûr je sais pourquoi ! Je ne suis pas auteur
Je n’ai pas la hauteur ni l’âme d’un charmeur.

Cinquième virgule,

Sensible comme une vierge, hargneux comme un pitbull,
Déchiqueter la chair des illusions perdues
Ramassées à la pelle et dont la somme est nulle,
C’est l’enjeu de ma vie, seulement qu’ai-je su
Alors que par le monde les mirages abondent,
En baignant mon chagrin qu’une lumière inonde ?

Ultime virgule,

Si j’avais eu le choix de naître ou ne pas être
J’aurais été l’écho lointain du lendemain
À moins que tu ne veilles, que résonne ta voix
Qu’il en restât le goût dans ma bouche de cendre
Que je puisse voler, te saisir la main
Et m’endormir tout bas contre ta chair tendre.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eclaircie   
27/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour,

Pas du tout au fait des réseaux sociaux, je suis curieuse de découvrir votre poème.
Je suis un peu rassurée, si vos paragraphes de cinq vers entrent dans un tweet, on peut pas ce biais continuer à utiliser la langue française et non pas seulement les abréviation et phrases de 3 mots.

J'imagine que le titre et ces "virgules" intermédiaires sont directement liés au premier support prévu.
Sinon, j'avoue ne pas en voir vraiment l'utilité.
Ensuite, j'ai trouvé les paragraphes un peu inégaux en qualité.
Le premier est très réussi, à mes yeux.
le second un peu moins harmonieux, par exemple le mot "tout" au troisième vers me semble vraiment présent pour satisfaire au nombre de syllabes.
J'aime beaucoup le cinquième, pour son harmonie.

Le découpage 7/5 de plusieurs vers s'il passe inaperçu parfois heurte vers un peu trop la lecture dans d'autres, comme
"Sur un grand tableau tout noir ou un parchemin", ou est-ce le hiatus qui m'a arrêté à la lecture.

Non spécialiste des formes plus classiques, le changement de rythme de 6/6 à 7/5 me surprend toujours et casse le rythme de ma lecture, surtout dans un même paragraphe.

Enfin, la continuité du poème, ne coule pas vraiment de source mais peut s'appréhender comme un ensemble.

Merci du partage,
Éclaircie

   Gemini   
8/12/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Si j'ai bien compris, on rajoute une contrainte en limitant sur 6 vers le nombre de caractères. Pourquoi pas ? Exercice oulipien. Mais je trouve que la contrainte sur l'alexandrin très personnelle, et la ponctuation peu respectée amoindrissent l'exploit.

Au niveau technique, pour rester dans la catégorie proposée, en métrique, les vers vont de 11 (v35) à 14 syllabes (v25).
Avec quoi riment "vain" v6, "nombre" v13, "être" v31, "voix" v33 ?
Pour le fond, j'avoue avoir un peu calé. Cinq strophes sur 6 où l'on parle beaucoup de soi (et pas pour se mortifier), et même au début de la quatrième : " Si la mélancolie enrichit le poète / Alors pourquoi mes nuits sont-elles vouées à l’ennui ? " Auto proclamation.

La première strophe est, pour moi, la plus compréhensible. La suivante moins : trouver un secret dont on ne sait pas à quoi il sert, ça laisse songeur effectivement. Troisième virgule, que sont " les nuées infertiles d’une âme nue " ? … et ainsi de suite, beaucoup trop de formulations un peu pompeuses : " En baignant mon chagrin qu’une lumière inonde. " « qu’il reste le goût de ta voix dans ma bouche de cendre », avec peu de sens précis et peut-être le souci d’entretenir un flou qu’on espère artistique.

Quelques jeux de mots : cor/corps, auteur/hauteur. Des répétitions : vierge, âme, chair.

Enfin, je n’ai pas bien saisi le titre et ses divisions. Est-ce que, vu la contrainte du tweet, un titre aurait été possible à caser ? (et donc pourquoi l’avoir appelé ici virgule ?). J’imagine qu’il y a une réponse que je n’ai pas.

En somme, la volonté d’emboîter une forme (néo)classique dans un mécanisme moderne est originale, voire amusante, mais ne devrait-on pas maîtriser les premières contraintes avant de s’en donner d’autres ?

   BlaseSaintLuc   
8/12/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Que de virgules au cœur pendant, mélancolie de ponctuation, suis Je contagieux ? NON !
C'est l'époque qui nous plaque contre une ombre de plastique, un spectre de carbone à noyer dans l'alcool.
Dans le doute crayeux et noir, défilant au chant des morts fusillés aux poitrines infertiles. Le poète n'est pas un courtisant, il n'a pas l’âme d'un charmeur de serpents, triste et sombre, il s'en va et coule aux bords des mirages hargneux.


Merci pour ce texte somptueux !

   Corto   
8/12/2019
 a aimé ce texte 
Pas
Finalement une virgule pour un tweet reste peut-être la solution.

Cette succession de notions et de propos où il faut s'acharner à trouver une cohérence ne m'a guère conquis.

Peut-être y aura-t-il des amateurs qui expliciteront avec enthousiasme ce qui ne me séduit pas.

Bonne chance à l'auteur.

   Davide   
1/1/2020
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour,

Je n'ai pas compris la visée de ce poème. Six sizains (sans parler des "virgules"), mais… pour dire quoi ? Je ne vois pas le lien entre chacune des strophes, comme si elles avaient été collées les unes aux autres après coup (l'exergue l'avoue !).

Puis, la syntaxe m'a semblé très approximative en certains endroits, ponctuée par des jeux de mots maladroits ("Je défile au son du cor, au corps défendant" ou "Si j’avais eu le choix de naître ou ne pas être", par exemple) et des images curieuses ("Sensible comme une vierge" (?)).

Pour information, plus de la moitié des vers de ce poème ne sont pas des alexandrins "contemporains", car un alexandrin doit compter 12 syllabes avec une cassure au milieu : 6/6 syllabes (ou 4/4/4 syllabes).

Puis je ne comprends pas le pourquoi du titre, sans doute en référence aux réseaux sociaux (?)

En somme, je n'ai rien aimé dans ce poème qui, selon moi, se perd dans son verbiage, à tel point que je me demande si l'auteur(e) ne s'est pas lui/elle aussi perdu(e) dans sa démonstration. Pourquoi ne pas avoir fait plus simple ?

   FabDo   
30/1/2020
Modéré: commentaire de l'auteur sous son texte

   FabDo   
31/1/2020
Modéré : Commentaire hors-charte (se référer au paragraphe 6 de la charte).

   Walter_Gilligan   
31/1/2020
Modéré : Commentaire hors-charte (se référer au paragraphe 6 de la charte).


Oniris Copyright © 2007-2020