Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Fanch : Déchirure…
 Publié le 31/07/13  -  3 commentaires  -  829 caractères  -  124 lectures    Autres textes du même auteur

Déchirer ce qui nous aliène, est-ce possible et… souhaitable ?


Déchirure…



D’où me vient ce halo d’impuissance et de vide,
Enveloppe diaphane de mon cœur en instance
Dont, à l’heure, j’ignore s’il est assez candide
Pour protéger mon âme d’un regain de conscience ?

Est-ce la fin d’une ère comme il en est du jour,
À l’orée de la nuit espérant d’un matin,
Ou le prix du désir comme ultime secours
Si l’on sait déchirer ce voile du destin ?

Je veux croire du hasard qu’il n’est pas incertain
Quand on voit les sillons où l’être se dévide
Au gré des circonstances infimes qu’il retient
Et qu’un regard contemple, vieillissant, impavide.

Je voudrais mais ne peux abroger l’ignorance
Qui me fut la raison de tant de mes détours
Et j’attends de crier enfin ma dissidence,
Brisant la destinée d’un trop morne parcours.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   brabant   
31/7/2013
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Fanch,


Si vous me permettez une certaine trivialité, je dirais que l'on ne peut être sans avoir été, car d'une certaine façon on a été bien que n'étant pas quand on aurait pu être. Alors maintenant que l'on est vieux sans doute est-il trop tard pour être, ainsi ne soyons pas ; de toute façon nous nous illusionnons sur notre capacité à crier ; de toute façon aussi nous passerions pour de vieux croûtons grillant criant dans le désert.

Bon, ben mon com c'est un peu le reflet de l'impression que m'a fait votre texte hein ;) par ailleurs tout en subtilité :)
Ô jeunesse ennemie ! La valeur hélas attend le nombre des années pour n'être plus alors qu'une Wonder sans boîtier...


Lol

   Robot   
31/7/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Vous ne répondez pas vraiment à la question posée dans votre incipit; question qui avait attisé ma curiosité. J'ai trouvé beaucoup de pessimisme, où plutôt de désenchantement dans votre poème. Il a atteint ce qui était probablement son but: réduire mon optimisme béat. J'ai besoin de brûler au soleil brillant de tout son éclat le cafard pris à la lecture de votre beau texte qui cependant se laisse lire sans heurt.

   Ioledane   
1/8/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↓
J’apprécie le ton de ce poème, dont certains passages en particulier me semblent bien trouvés :
« ce halo d’impuissance et de vide »
« Est-ce la fin d’une ère comme en il en est du jour »
« Et qu’un regard contemple, vieillissant, impavide »
« Brisant la destinée d’un trop morne parcours ».

Le questionnement me ‘parle’, je le trouve juste un peu trop ‘dilué’ dans les images dévidées au fil des trois premiers quatrains, pas toujours évident à suivre. Le quatrième est plus affirmé et semble trouver sa conclusion.

Je déplore dans ce texte les « e » non élidés, beaucoup trop nombreux et souvent disgracieux dans cet écrit qui méritait une belle fluidité.


Oniris Copyright © 2007-2020