Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Fanch : Mourir de l'inutile... ?
 Publié le 05/08/15  -  4 commentaires  -  1032 caractères  -  156 lectures    Autres textes du même auteur

"Savoir rêver"... certes, mais ensuite il faut "savoir" d'où viendront ces rêves et ce qu'ils sont...


Mourir de l'inutile... ?



On meurt de l’inutile… et au temps qui se perd
Faut-il déjà vieillir, dire que l’on est sage
Et faire souvenir de quelque rêve offert
Par ce que nous étions à l’orée des naufrages ?

Ainsi vont les chagrins et naissent les regrets
D’avoir si mal connu ou vécu la jeunesse
Et perdu la conscience, en douloureux déchets
Des désirs oubliés que les âges confessent.

Alors que reste-t-il aux hommes invincibles
Devenus fantômes en recherche d’asile
Quand l’échec programmé dont le cœur est la cible
Assèche, inexorable, leurs jachères fertiles ?

Demeure-t-il la peur et ses tristes refuges
Où tant de nos croyances, étouffées de ferveurs,
Condamnent la pensée à de funestes purges
Altérant peu à peu nos esprits déserteurs ?

Non, jamais il ne faut croire à la déshérence
Aux raisons qu’à cette heure l’être humain dépérit
Car toujours reviendront les songes d'une enfance
Pour répéter sans fin leurs tendres harmonies…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
5/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

je vois beaucoup de finesse et de réflexion dans votre poème. Je ne vais pas recopier tous les passages qui me semblent justifier mon jugement.
Mais je vais m’attarder sur le dernier quatrain, le seul susceptible de “controverse”.

Vous écrivez :

« Non, jamais il ne faut croire à la déshérence
Aux raisons qu’à cette heure l’être humain dépérit
Car toujours reviendront les songes d’une enfance
Pour répéter sans fin leurs tendres harmonies. »

et comme je vous comprends de ne pas vouloir abdiquer, mais est-ce la bonne méthode ?
Ne faut-il pas accepter l'inéluctable, la nécessité, l’âge, et enfin doucement reposer les armes, surtout si ces armes sont aussi pathétiques que les songes d’une enfance à ressasser. Certes, si on ne renonce pas complètement on peut avoir l’illusion que les carottes ne sont pas tout à fait cuites…et pourtant, un jour c’est fait.
A contrario qu’est-ce qui dans la vieillesse peut encore valoir le coup de vivre ? Je répondrais : la contemplation, non pas du passé, mais de tous les temps, car n’est-ce pas le moment de la vie où les temps pourraient se fondre dans le présent comme réceptacle de toutes les époques présentes, passées et à venir. Je n’en sais rien, mais ce serait bien de s’élever un peu (ou de s’abaisser) vers la paix et, sans pour autant renoncer au réel, de commencer doucement à participer à l'éternité, enfin.

Au plaisir de vous lire.

C.

   PIZZICATO   
5/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
" Ainsi vont les chagrins et naissent les regrets
D’avoir si mal connu ou vécu la jeunesse " Bien sûr on a toujours en tête les actes manqués et les regrets qu'ils génèrent au fur et à mesure que la vie se déroule.
Faut-il en rester là ? " Non, jamais il ne faut croire à la déshérence ... "
J'aime bien ce dernier quatrain qui refuse de se laisser " déjà vieillir, dire que l’on est sage ".
<< On a toujours besoin d'un bain d'adolescence >> comme a chanté Aznavour.

   Lulu   
5/8/2015
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai bien aimé le dernier quatrain qui laisse place à l'espoir, notamment son premier vers "Non, jamais il ne faut croire à la déshérence" qui donne le ton de votre réponse du moment.

Quant au contenu, il est relatif. Pour ma part, je ne peux pas dire que j'ai toujours été gâtée par mon enfance. Il me faudra d'autres sources de réjouissance quand je serai plus âgée.

Je trouve toujours vos textes complexes, en tout cas, bien souvent. Celui-ci n'échappe pas à la règle, mais c'est là, semble-t-il, votre style. Le titre, déjà, repris dans le corps de votre texte, interpelle et suppose qu'on s'y attarde. Qu'est-ce que "mourir de l'inutile" ? Meurt-on par ailleurs de l'utile ? Cela me laisse perplexe, même si je suis quelque peu éclairée par votre poème.

   Marite   
6/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je ne peux en aucun cas manquer de lire un poème de Fanch !
Que dire ?
Ils contiennent tous des idées importantes, sérieuses peut-être, mais présentées avec une telle fluidité qu'il suffit de "se poser" un instant pour les saisir.
Je choisis de retenir : les hommes invincibles ... leurs jachères fertiles ... les tendres harmonies qui ne peuvent s'entendre qu'en se retirant du brouhaha ambiant.


Oniris Copyright © 2007-2020