Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Fanch : Revenir...
 Publié le 09/12/09  -  6 commentaires  -  1082 caractères  -  167 lectures    Autres textes du même auteur

Revenir... de nos actes manqués, de nos dérives, de nos envies...


Revenir...



Revenir en naissant des limbes ou du néant
Et espérer de l'être, aux âges qu'il enfante,
Cet oubli qui serait au profit de nos ans
La mémoire emportée de nos âmes mourantes.

Revenir de l'attrait d'un regard féminin
Et savoir qu'un désir, fût-il de jouvencelle,
N'est pas de nos quinze ans l'insignifiant dessein
Mais déjà de l'amour la matrice éternelle.

Revenir d'un seul rêve embrouillé et distrait
Pour contempler la vie, se plaire d'ordinaires
Aux gestes sans apprêts en qui l'on se complaît
Et que l'on sait alors raison de nos calvaires.

Revenir d'un château de cartes assemblées
En images d'enfant et en façons de femme,
Se défaire des ombres glissant sur nos années
D'un mépris acéré plus tranchant qu'une lame.

Revenir en pleurant du soir où l'on se meurt,
En attendre des dieux ou quelque sortilège
Non pas que le départ se déroule sans heurt
Mais que l'on prenne alors en un dernier arpège

L'envol d'une harmonie que la mémoire agrège…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   jaimme   
9/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai du mal à commenter ton poème, Fanch. Et je ne dois pas être le seul, vu le nombre de lectures...
En fait il faut relire plusieurs fois chaque strophe, presque toutes pour trouver, enfin le sens de chacune. C'est un peu pénible quand même. Bon, alors je me prends au "jeu" et ma lecture douloureuse est arrivée à sa fin. Ce poème se mérite.
Il m'en reste au bout du compte un bel effort de ta part pour exprimer certaines douleurs qui scandent nos vies. Comme cet amour de nos quinze ans qui est pleinement déjà ce que nous voudrons pour nos vies; comme aimer le quotidien dont on se plaint sans cesse. J'ai plusieurs interprétations pour la première et pour la quatrième strophe, j'attends tes éclairages (une: la vie va de l'oubli à l'oubli?; quatre: poser à côté de soi ce sens donné à la vie, celui d'avoir des enfants, une femme).
Revenir de tout cela et mourir en disant que ce ne fut pas vain. En revenir et puis accepter. Un certain sens du bonheur. Un certain sens agrégé de tout cela.
J'aime beaucoup la fin. La poésie explose alors. A croire que la musicalité était retenue pour ces cinq derniers vers!

Au final, j'ai donc aimé, mais tu n'as pas eu pitié de moi!
Quant à la technique, je passe la main.

jaimme

   Lapsus   
11/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Étonnants retours, à faire sur les différentes époques de la vie, que donne à saisir ce texte, à travers la naissance, l'émoi premier de la jeunesse, la routine abrutie de l'âge adulte, la déconfiture des illusions ou des apparitions fugitives, puis pour finir la mort.

Ce poème balaie tout cela et lance l'espoir de réussir sa sortie, comme les derniers moments d'une partition musicale :
"Mais que l'on prenne alors en un dernier arpège
L'envol d'une harmonie que la mémoire agrège…"
Ultime départ ou refrain pour une autre vie, ou encore survie dans la mémoire d'autrui ?

Le texte est d'un abord difficile, mais la pensée est originale et musicale par la répétition de la construction des strophes, conférant à l'ensemble son unité.

   Anonyme   
11/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Revenir...? Oui. Mais d'où?

J'ai trouvé une jolie musique à ce poème, une fin attrayante.

L'ensemble m'est apparu trop "classique" à mes papilles mais quant à la "qualité d'écriture", rien à redire.

Ecrire est un miracle. Au plaisir de vous lire.

   Capricorne   
13/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien
.
J'ai aimé ce poème tout en déplorant son côté un peu obscur.
Il m'a fallu plusieurs lectures pour en appréhender toute la profondeur.
Merci Fanch, pour ce beau partage.

   Anonyme   
14/12/2009
Tous ces retours sur le passé donnent à nôtre vie la valeur que l'on peut avoir tendance à oublier sur l'instant. Serait-on alors récompensé d'avoir simplement vécu, de luttes et de joies assumées, par un envol ...( ? )
C'est conté de bien belle façon. J'ai beaucoup aimé
Rose

   Anonyme   
23/12/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
On dirait du Jacques Brel, version intello.
Dés le premier vers on éprouve l'envie de fredonner ce poème. Pourquoi ?
Sans doute à cause de ce "Revenir" qui revient (pardon pour le jeu de mot tout à fait fortuit ) de façon lancinante.
C'est bien écrit, c'est agréable à l'oreille, mais cela laisse une impression de déjà lu (ou entendu)


Oniris Copyright © 2007-2020