Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Fanch : Savoir rêver
 Publié le 24/06/15  -  7 commentaires  -  810 caractères  -  212 lectures    Autres textes du même auteur

Savoir rêver pour retrouver le sens des réalités... ?


Savoir rêver



Je sais le cours d’un rêve accueillant mes fantômes,
Ombres d’une existence à jamais effacée
Dont je ressens pourtant la présence d’arômes
En signes avertis des traces du passé.

Je crois ainsi revoir et revivre parfois
L’idéal de mes jours, quand l’âme s’ignorait
Et qu’elle ne me donnait comme raison de foi
Qu’une réalité où le cœur s’enterrait.

Ah, redresser enfin le fil de mon errance
Aux formes éthérées émergentes des songes
En m’offrant à la fois ce que je fus d’enfance
Et serais d’avenir au temps qui la prolonge !

Pourrais-je ainsi renaître au futur qui me cherche,
Cultivant ces esprits, silhouettes incertaines
Et reflets des idées de ce que je recherche
En rappel incessant de ce qui me gangrène ?


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bipol   
4/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je sais le cours d’un rêve accueillant mes fantômes,
Ombres d’une existence à jamais effacée
Dont je ressens pourtant la présence d’arômes
En signes avertis des traces du passé.

c'est bien exact pour moi le rêve a son arôme

qui nous suis pendant un certain temps

Ah, redresser enfin le fil de mon errance
Aux formes éthérées émergentes des songes
En m’offrant à la fois ce que je fus d’enfance
Et serais d’avenir au temps qui la prolonge !

vous nous emmenez très bien

dans votre espérance

de retour vers l'enfance

qui ne vous a pas quittée

j'aime beaucoup votre style

votre écriture me révèle à moi même

j'ai beaucoup aimé

   leni   
24/6/2015
Bonjour Fanch
J'ai relu plusieurs fois votre poème" savoir rêver" L'écriture est parfaite
et je comprends les idées développées Mais ce qui me dérange c'est que nulle part je ne me suis senti dans un rêve C'était un propos
théorique Je me permets de vous dire mon sentiment
Salut cordial à vous Leni

   lala   
24/6/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,
Les arômes de l'existence vécue dont le détail a disparu, l'envie d'y retourner, ou bien aller de l'avant en mêlant expérience et enfance ... Les trois premiers quatrains me semblent convaincants.
Le dernier, plus laborieux avec le quatorzième vers à treize pieds, m'apparaît un peu plus confus "de ce que je recherche " ... "de ce qui me gangrène" la forme et le fond sont bien lourds.

   Marite   
24/6/2015
 a aimé ce texte 
Bien
De ce poème je ressens que l'auteur est dans un cheminement tout particulier. Une sorte de recherche intuitive qui traduit un besoin d'initiation aux mystères de la Vie. C'est le troisième quatrain qui me fait penser à cela :
" Ah, redresser enfin le fil de mon errance
Aux formes éthérées émergentes des songes
En m’offrant à la fois ce que je fus d’enfance
Et serais d’avenir au temps qui la prolonge !"

   jaimme   
24/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Fanch et merci pour la lecture de ce très beau poème.
Ce que j'ai apprécié, immédiatement, et c'est rarement le cas, c'est la musicalité. Elle est accordée au propos: languissante, rêveuse, elle coule sans accroc. La forme, mais je ne suis pas spécialiste, m'a conquis.
Le fond est espoir dans le futur, mais sait avec lucidité que l'on est aussi construit par nos ancres. Le savoir s'est parfois s'en affranchir, parfois conserver ce qui fut beau, et donc construire, consciemment, un bel avenir.
J'ai résonné avec ce poème.
Merci!

   Francis   
25/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le rêve, un écran particulier sur lequel se mêlent des images, des bulles remontées d'un passé plus ou moins lointain, heureux ou malheureux et des visions d'un futur imaginaire . Les "arômes" , les" silhouettes incertaines" , les espoirs tissent le temps qui court entre hier et demain.

   Robot   
18/7/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
 Ce texte dont j'avais lu la 1ère version me paraît grandement amélioré. Le 1er et le 4ème quatrain suggèrent et interrogent. Le 3ème est pour moi nettement moins bon surtout l'arrache du dernier vers de ce quatrain.


Oniris Copyright © 2007-2020