Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Fanch : Un fil...?
 Publié le 04/10/11  -  6 commentaires  -  892 caractères  -  150 lectures    Autres textes du même auteur

Un fil, est-ce notre continuité humaine, au-delà de nous-même mais qui n'existerait pas sans nous…


Un fil...?



Et si l'on n'était rien que le fil d'un seul rêve
Dévidant et filant la légende des siècles
En lâches écheveaux où jamais ne s'épècle
L'éternel illusoire des cycles qui s'achèvent?

Et si l'on ne vivait qu'en raison de nos songes
Affectés aux destins que l'on suit en silence
Mais signifiant pourtant le tempo d'une danse
À l'harmonie frappée du sceau de leurs mensonges ?

Et si l'on ne gardait que la fin de l'histoire
Programmée pour le temps des lendemains maudits
Où l'on devra pleurer des larmes de non-dits
Dans un réel de mort, en guise de mémoire ?

Et si d'atteindre alors l'humanité dernière
Pour n'être, d'évidence, que ses propres mirages
Nous laissait quelque peur, en d'autres paysages,
De ne pouvoir renaître d'un néant éphémère…

Restera-t-il un fil pour guider nos prières ?


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
17/9/2011
 a aimé ce texte 
Un peu
Je trouve les rimes "maudits"/"non-dits" et "histoire"/"mémoire" trop faciles dans leur association d'idées. Sinon, le questionnement me paraît très honorable mais somme toute un peu vain, et les vers pour l'exprimer, sans être franchement gauches, banals.
C'est l'impression qui me reste de ce poème : guère de relief, un manque de force dans l'expression. Un simple exemple : pour indiquer qu'il y a une peur, vous y adjoignez "quelque" qui, selon moi, affadit le propos.

   Charivari   
29/9/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Je trouve l'idée intéressante, hélas il y a quelques maladresses :

- Le terme "fil" au premier vers, puis "filant" au second
-"Mais signifiant pourtant..." je n'ai pas très bien compris ce qui signifie, ici. L'emploi du participe présent, en outre, m'a un peu choqué ici.
-La rime un peu pauvre "maudit" et "non-dit"
-L'avant-dernier vers, qui fait 13 pieds (12 si on élide le "e", mais "renaîtr'd'un" c'est dur à prononcer)

Ce ne sont pas des maladresses très graves, mais pour ce genre de texte, qui a beaucoup de prétention, écrit avec beaucoup de lyrisme sur un sujet philosophique, cela choque plus que sur un autre type de poème. Enfin, je pense qu'il peut être intéressant de le remanier, ce texte, parce que l'idée et le ton sont bons.

   Lunastrelle   
30/9/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Un poème écrit sous forme de questions, donc philosophique, qui n'ont pas vraiment de réponses même si le lecteur peut se les créer lui-même. C'est un thème à double-tranchant pour moi: ici, je suis mitigée par rapport au ressenti que j'ai eu. De l'intérêt, mais je suis sortie frustrée. La mise en avant est poétique, pas trop mal faite, mais je n'ai pas eu d'impression de renouveau, de "richesse".

Quant à la forme, j'ai eu quelques petits accrocs: parfois, pour certains vers, il faut choisir d'avaler certains "e" muets pour rester dans le rythme. J'ai toujours un peu de mal avec ça: soit on les avale tous, soit on en avale aucun, enfin, à mon sens. Sauf ceux qui sont précédées d'une voyelle, puisqu'en néoclassique, ils se font oublier facilement. Je parle surtout de ceux qui sont précédés par une consonne...
Mais là où j'accroche le plus dans le texte, c'est à ce vers là:

"De ne pouvoir renaître d'un néant éphémère…"

Élider le "e" de "renaître" est quasiment impossible, c'est imprononçable à mon sens (renaîtr' d'un?). Ou alors, il faut faire la synérèse sur "néant", ce qui donne aussi une prononciation bizarre: en temps normal, il se découpe en deux syllabes, à l'oral c'est naturel. Ça ne l'est plus lorsqu'on le prononce d'un bloc.

   Anonyme   
4/10/2011
 a aimé ce texte 
Bien
L'atmosphère interrogative me plaît, le "pessimisme" ( mensonges, lendemain maudits, ...), ce fil amenant à la prière moins.
Il y a une rime horrible: siècles/ épècle, cet épècle est à modifier! Et se situant dans le premier quatrain, il me gâche la lecture d'un poème bien construit.
Je vous souhaite un fil... non-maudit!

   David   
10/10/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Fanch,

"Épècler" c'est "briser", un helvétisme d'après la définition que j'ai pu trouver. J'ai l'impression que ça parle à la fois d'une croyance et d'une méfiance envers le destin, entre espoir et illusion, avec le jour dernier comme révélation, de la trame ou de la supercherie. La chute sur le renvoi final tombe comme une pierre, comme se refermerait derrière soi les lourdes portes d'une demeure inquiétante. Il manquerait une progression dans les interrogations des strophes, ici elles semblent interchangeables, sauf la dernière bien sûr.

   Anonyme   
11/10/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↓
La première strophe, après avoir trouvé la signification d' « épècler », ainsi que la deuxième, m’ont vraiment plu sur le fond. J'y ai réfléchi au « fil » des relectures et à chaque fois des images différentes, nouvelles, et des questions supplémentaires sur le sujet me sont venues à l’esprit. J'ai eu un peu plus de mal sur la troisième qui à chaque fois me ramenait à l'hypothèse suggérée, effaçant alors la majorité des idées que j'avais pu accumuler. La dernière, s’y additionnant, m'a fait presque totalement perdre d’esprit tout ce qui me restait, dommage, je n’arriverai pas à « rêver » totalement sur ce poème…

Sur la forme j’ai eu beaucoup de mal avec le dernier vers de la première strophe et le dernier de la quatrième. Pour la première strophe cela passe encore si on le lit plusieurs fois mais pour la quatrième c’est vraiment difficile et vu que cela termine presque le poème, ça reste en travers de la gorge. La rime « maudits »/ « non-dits » me laisse un peu perplexe mais se rattrape plus loin sur « mirages »/ « paysages ».

Un texte intéressant sur le fond mais dont la forme devrait être revue. Une retouche en ferait quelque chose de vraiment intéressant. Franchement, sinon, j’ai bien aimé.


Oniris Copyright © 2007-2020