Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Gerwal : Cheval de fer
 Publié le 03/10/11  -  9 commentaires  -  1536 caractères  -  141 lectures    Autres textes du même auteur

Comme un cheval de fer
À la crinière de feu,
Je n’ai plus de frontières
Et je vais où je veux...


Cheval de fer






Comme un cheval de fer
À la crinière de feu,
Je soulève la poussière
De mes chemins poudreux

Et je cours vers la mer
Et ses falaises bleues,
J'ai brisé vos barrières
Et je vais où je veux.

Quand je me sens trop las, je m'arrête chez vous
Pour y calmer mon corps, et repars, de plus fou.


Sur les routes de pierres
Mes sabots de sept lieues
Réveillent le tonnerre
Et la colère des Dieux.

J'ai parcouru la terre
Et survolé les cieux,
J'irai même en enfer
Si le Diable le veut.

Quand je me sens trop seul, je m'arrête chez vous
Pour y combler mon cœur, et repars, de plus fou.


J'ai croisé des chimères,
Des monstres fabuleux,
Des anges, des sorcières,
J'ai dansé avec eux...

Je défie la lumière
Qui me brûle les yeux,
J’ai vu tous les mystères
Des mondes prodigieux.

Quand je me sens trop triste, je m'arrête chez vous
Pour y soigner mon âme, et repars, de plus fou.


Comme un cheval de fer
À la crinière de feu,
Je n’ai plus de frontières
Et je vais où je veux...
...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Raoul   
21/9/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Merci pour l'agréable moment. ;o)
J'aime bien cette chanson et beaucoup son interprétation qui apporte quelque chose au texte stricto-sensu.
Cette balade optimiste mais pas béate est bien faite je trouve. Son jeu restreint de rimes et ses vers courts entraînent ("cahin-caha, hue, dia, hop-là !" comme dirait l'autre), et la reprise de fin trottine bien.
J'ai une préférence pour les couplets cinq et six (ça me fait un peu penser -vocabulaire- à du Trenet) et j'aime beaucoup le refrain et son "et repars, de plus fou" qui justement a ce petit pas glissant de décalage.
Deux petites choses m'ont tarabustées toutefois : le fer du cheval -comme sa crinière de feu- qui m'évoquent la machine à vapeur, la bête humaine, ce que je ne retrouve pas dans le texte lui-même, &, le "vos" des barrières juste un peu appuyé, d'autant plus que dans le refrain il s'arrête chez "vous" bien volontiers (ceci dit, ça passe très bien à l'écoute)…
Merci en tous cas…
Mais c'est malin j'ai l'air dans le crâne pour la journée !!

   Lunar-K   
29/9/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime beaucoup cette impression d'éclatement qui ressort de ce texte : "J'ai brisé vos barrières" ou "Je n'ai plus de frontières" (pour les plus explicites). Comme si on avait là un narrateur-électron libre, en mouvement perpétuel par rapport au monde (au point d'arriver dans cet univers fantasque où se trouvent chimères, anges, monstres, sorcières, etc.) et à lui-même. Je trouve qu'il se dégage beaucoup de force du mouvement décrit, de la course de ce cheval de fer et du "grondement presque divin" qui l'accompagne et tente de le rattraper. Mise en scène d'une liberté qui doit s'affirmer toujours et se maintenir contre la contrainte des dieux (quitte à tomber en enfer).

Cela dit, à ce niveau, si je comprends bien le feu de la crinière, le fer du cheval me paraît moins évident dans ce contexte libertaire (malgré la référence évident aux trains...). Pour moi, d'après mes représentations, le fer n'est pas vraiment l'élément le plus adéquat pour exprimer cette volatilité, cette liberté... Mais peut-être justement (je m'avance sans doute un peu) cette opposition fer/feu est-elle là pour manifester cette lutte continuelle pour la liberté, jamais acquise et devant constamment être renouvelée (renouvellement mis en scène dans les différents refrains) face aux dangers qui la menacent ? C'est la seule interprétation que j'ai pu trouver pour rester cohérent avec ce qui est dit dans ce texte (ce qui n'est pas plus mal car, je pense, cette contradiction ajoute de la subtilité à ce thème, nous présentant non pas une liberté naïve mais une liberté révolutionnaire) : le train en lutte contre sa propre constitution pour s'en libérer et devenir tout entier de feu.

En ce qui concerne la forme, je suis assez surpris de la justesse des rimes tout au long de ce texte. Généralement, je trouve assez monotone l'emploi de deux rimes seulement (trois avec le "ou" du refrain). Mais ça passe vraiment bien ici.

Un langage et des tournures assez simples. Un peu plus tordu (sans trop pousser non plus) dans le refrain avec ce "et repars, de plus fou" qui me plaît aussi beaucoup, notamment à cause de cette légère rupture qu'il introduit dans le cours du texte, ce sursaut avant de repartir de plus belle dans les strophes suivantes.

Cela rejoint le seul reproche que je vous formulerais. Je disais que je ne trouvais pas les rimes monotones... Par contre, le rythme l'est quand même un peu trop à mon goût. J'aurais aimé un rythme plus éclaté, plus en rapport avec ce mouvement-fou du cheval ; bref, un rythme moins étriqué...

Mais, sinon, j'ai vraiment bien aimé cette chanson, optimiste et simple sans être naïve, libertaire mais sans grandiloquence ni violence... Un dosage efficace, qui fonctionne en tout cas très bien pour moi.

   Charivari   
29/9/2011
 a aimé ce texte 
Passionnément
J'ai vraiment beaucoup aimé.
Pourquoi ?
-Parce que c'est vraiment très évocateur. Dès le début, on est embarqué dans le voyage. Les deux premiers vers sont excellents, plantent aussitôt l'atmosphère. Le cheval de fer à la crinière de feu, bravo !
-Parce que ça va crescendo. (d'ailleurs à ce niveau, j'ai beaucoup apprécié la mise en musique, mais je pense que la chanson aurait pu "décoller" au bout d'un moment, en même temps que le texte... Mais bon, c'est peut-être tout simplement qu'il manquait d'instruments, de choristes, tout ça...) Bientôt, ce n'est plus une petite chanson désuette sur les trains d'antan, cela devient un vrai hymne à la liberté, un voyage dans la légende, vers le mythe
-Parce que c'est très simple, très mélodieux et qu'il n'y a rien qui écorche la prosodie à aucun moment.
-Parce que la structure est impeccable : c'est une vraie chanson, avec un refrain qui varie juste un peu, des strophes qui se répondent les unes aux autres.
-Parce que "repartir de plus fou", j'adore.


J'ai pensé à Prévert, à Felix Leclerc, à Leforestier de la bonen époque (comme un arbre dans la ville). Et franchement, on me dirait que ce texte a été écrit par un de ceux-là, je le croirais

   Anonyme   
3/10/2011
Une vraie chanson
Sympa, poétique mais pas trop
Facile à mémoriser, facile à reprendre en chœur

J'achète

   widjet   
3/10/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Moi, j'ai pensé à du Ferrat (même la voix ressemble je trouve) avec le côté un (tout petit) peu "révolutionnaire". C'est pas mal écrit, chanté avec justesse (un tantinet tranquille et linéaire).

Noté que le refrain dans le texte varie, mais Gerwal n'en tient pas compte.

Etant incapable d'écrire parole et musique, je félicite l'auteur-compositeur

Merci

W

   Gerwal   
4/10/2011

   macaron   
4/10/2011
Merci pour cette superbe chanson folk. Un genre un peu démodé malheureusement. J'y vois un thème très prisé par les folkeux: l'errance. Ici, ce n'est pas le clochard américain de Guthrie mais une force irrésistible éprise de liberté. Votre voix chaude habille joliment le texte et j'ai très envie de me passer Peter, Paul and Mary.

   David   
9/10/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour Gerwal,

J'aime bien globalement, je cherche une association... il y en a plusieurs mais c'est En sortant de l'école de Prévert qui a dû me venir en tête.

Je regrette un peu "les falaises bleues", pourquoi, c'est pas vraiment la question, mais un écho comme d'autres couleurs inattendue à d'autres paysages aurait pu donner plus de légitimité à la formule. C'est un peu pareil pour "de plus flou" dans le refrain, alors que le langage du texte par ailleurs sera bien plus... sage.

Le rythme est pas mal sinon mais ça manque un peu de singularité, enfin d'autres que celle que je cite plus haut, des plus percutantes à mon goût.

   Anonyme   
3/2/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
C'est toute la simplicité des mots de ce texte qui en font sa beauté, la chanson vient se coller à votre mémoire, elle se fredonne aisément, et on imagine cet homme libre, voyageur insatiable, qui parcourt le monde, avec ses haltes salvatrices.

Tout l'ensemble musical s'écoute avec plaisir, porté par cette voix chaude et claire.


Oniris Copyright © 2007-2018