Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
farfadet : Podarcis
 Publié le 29/07/07  -  5 commentaires  -  1126 caractères  -  31 lectures    Autres textes du même auteur

Petit bestiaire


Podarcis



Au bord du chemin de pierre
Le jour donnait la lumière
Et le chaud soleil d’été
Brûlait les herbes isolées

Je vis comme par hasard
Un beau et charmant lézard
Qui chauffait sa peau tannée
Et qui était occupé

À regarder une mouche
Qui frottait ses pattes en douce
Et se lavait bien les yeux
Ses ailes et son corps tout bleu

Mais que dit le beau lézard ?
À la mouche aux mille regards ?
Comment fais-tu pour voler ?
Moi je dois toujours ramper …

Alors la mouche répond
Tais-toi, tu sais faire des bonds !
Moi je me sers de mes ailes
Afin de prendre la belle…

Mais voilà, sans donner signe
Un chat, caché sous la vigne
Saute sur le beau lézard
Mord sa queue et s’en empare !!

Le lézard, lui prend la belle
Sans queue, sa vie sera celle…
La mouche se moqua de lui .....
Ses ailes lui ont sauvé la vie !

Du lézard sans queue mais bien sauvé
La mouche a pu s’envoler….
Voici l’histoire que l’été
Va sans doute répéter.



 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Maëlle   
1/4/2008
Genre naïf (volontairement), pour une peinture assez simple, mais plutôt bien vue.
De mon point de vu un gros probléme de rythme, les heptasyllabes pour être au bon compte demandant parfois des élisions excessives, et parfois des diérese (il me semble que c'est le mot qui va bien, mais j'ai un doute) un peu trop appuyées
(comm-eu, un-eu, mouch-eu, fair', saut-eu)
le tout cassé par les deux vers irréguliers...

J'aurais tendance à croire que plus le sujet est anodin, plus la forme doit être forte... et je n'ai pas trouvé ça ici.

   TITEFEE   
1/4/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
moi j'y ai trouvé une vie au raz du sol, le nez dans les herbes d'été, un peu à la hauteur d'une liliputienne et je me suis laissée bercer et prendre par cet instantanné de vie aussi éphèmère que la nôtre...

et au diable le rythme car pour moi il était là comme la respiration du vent.

   clementine   
1/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Cela sent bon l'été et les herbes jaunies par le soleil brûlant de Juillet.
Vraiment très plaisant. J'ai aimé.

   Anonyme   
1/4/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Pour moi c'est une fable et j'aime bien.
Le début un peu trop simple à mon sens...
Mais l'ensemble est charmant et intelligent.

   Anonyme   
24/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai adoré, cela m'a rappelé mon enfance quand je passais du temps à observer la nature, je comprends mieux les quelques lézards sans queue que j'ai croisé sur les murets, ma jeune chatte aime aussi à jouer avec eux, parce que cela bouge, ça l'intrigue, mais elle n'est pas assez habile, ils sont plus rapides.

Le fond comme la forme m'ont entièrement séduit, me laissant de belles images, accompagnées des odeurs de l'été, l'histoire est bien menée.


Oniris Copyright © 2007-2019