Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
floha : Je me souviens
 Publié le 09/06/09  -  6 commentaires  -  1771 caractères  -  48 lectures    Autres textes du même auteur

Pour une jeune mère et un grand-père tout neuf.


Je me souviens



Je me souviens bonheur aigu
tu es apparue gracile et nue
mes mains te faisaient un berceau
ma poitrine te tenait au chaud
tes doigts menus saveur sucrée
tes oreilles finement ourlées
j'étais si fier si malhabile
j'étais si grand toi si fragile

refrain :
Pour toi, c'était autrefois, une autre toi,
c'était il y a longtemps
une autre vie, enfuie, enfouie,
dans l'humus du temps
pour moi, c'était il n'y a guère, c'était hier,
c'était tout à l'heure
mes quelques cheveux blancs
démentent les trente ans
que j'ai toujours au fond du coeur

Tendres histoire avant le noir
câlins confiants des pas d'géant
je savais faire tes devoirs
j't'impressionnais en me rasant
on déjeunait dans la cuisine
tu me racontais tes copines
quand vint l'époque des copains
ce fut fini tu n'dis plus rien

Sans vraiment qu'on s'en aperçoive
sous le volcan brûle la lave
les orages indésirés
bien trop vite se sont levés
portes qui claquent et poings serrés
mes mots butaient désemparés
sur tes tempêtes adolescentes
j't'avais perdue dans la tourmente

T'as voulu découvrir la vie
et les promesses des grandes villes
dix fois tu nous a ramenés
un p'tit crétin enfariné
puis tu l'trouvais plus merveilleux
trop jeune trop vieux trop prétentieux
voilà déjà quelques années
que son prénom n'a pas changé

Elle est née au petit matin
cette enfant qui tant te ressemble
au bord des cils mes larmes tremblent
je la regarde et me souviens
................gracile et nue
................tu es apparue
................bonheur aigu


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Marquisard   
9/6/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Je l'ai trouvé touchant ce texte, simple et bien tourné, mis à part la première srophe que je trouve assez inesthétique, et dont les rimes sont plutôt lourdes.
La fin aussi m'a un peu surpris, ces pointillets, étranges sur le coup, mais on s'y fait.
Au plaisir

   ristretto   
9/6/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
émouvant
et drôle ,
toutes les étapes de joies, d'angoisse, d'incompréhension
et quand la boucle est bouclée .. joie ...


merci

   FABIO   
9/6/2009
 a aimé ce texte 
Bien
oui cela parle forcement, en somme l'héritage humain qui se transmet avec tous ce que cela comporte.
Et puis l'écriture est sans prétention et juste dans le ton, comme un père parle a sa fille je suppose.

   myrtille   
9/6/2009
On passe de génération en génération, c'est tendre et touchant.
Le refrain se lit très facilement avec la ponctuation, je trouve que ça manque un peu dans le reste du texte, en particulier dans la première strophe (même si ça n'arrête pas trop la lecture)

   Anonyme   
12/6/2009
Une chanson qui parle de quelque chose d'universel, cette forme d'amour-là, la plus grande, indéfectible... L'écriture m'a par endroits parue un peu décousue mais l'ensemble reste très touchant.

   Anonyme   
24/2/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La simplicité de l'écrit est baignée par la tendresse, les mots dévoilent parfois avec maladresse cet échange entre un père et sa fille, moments douceur, mais aussi moments douleur, pour au final ce moment de bonheur, avec l'enfant de l'enfant.

La vie au fil du temps tisse de bien belles relations filiales, qui construisent demain avec ses hauts et ses bas, mais jamais sans cette tendresse, indispensable, force indestructible

Le fond comme la forme ont rendu ma lecture agréable, ces petites imperfections en font sa valeur, ce texte sonne vrai.


Oniris Copyright © 2007-2020