Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Francis : Les jardins de Matisse
 Publié le 12/01/17  -  15 commentaires  -  704 caractères  -  246 lectures    Autres textes du même auteur

Dessine-moi des crépuscules bleus.


Les jardins de Matisse



Face aux vagues nacrées, sous les rais de la lune
Quand Séléné blanchit les galets, on entend
Un doux chant sidéral s'élever de la dune,
Se briser dans nos cœurs en pépites d'argent.

Des parfums éthérés font frissonner la lande,
L'océan indigo à demi sommeillant.
Le soleil s'est perdu dans un champ de lavande
Qui domine les flots, l’étale opalescent.

Alors un Pierrot peint trois-mâts et goélands.
Ils naissent dans l'azur, au jardin des enfants
Dans le rêve cyan d'une nuit étoilée.

Quand la lune bleuit l'étole du ponant
On perçoit une voix chantant la mélopée
Des bleuets de nos cœurs suspendus dans le temps.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Donaldo75   
31/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Un poème moderne, sous forme de sonnet, très orienté couleurs. Il y a une réelle recherche picturale dans le choix des mots, des images, des références.

Le sens n'apparait pas toujours comme une évidence et c'est tant mieux.

Merci pour la lecture,

Donaldo

   papipoete   
1/1/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
contemporain
Sous la lune, la lande se métamorphose et la dune chante, sous un parfum éthéré épousant le sable fin .
Un Pierrot peint au clair de la lune, et du ponant monte une mélopée, que nos coeurs sèment au vent ...
NB un poème doux comme velours qui caresse les yeux et berce le coeur " quand la lune bleuit l'étole du ponant " , joli !
Nous sommes en " contemporain " donc affranchi de règles strictes, mais à part le hiatus " indigo/ à demi ", ne sommes pas loin du " néo-classique " .
j'aurais écrit un synonyme de " lune " dans le tercet final .
papipoète

   hersen   
12/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Poème qui laisse du pastel plein les yeux longtemps après la lecture.

C'est un vrai tableau et je ne me lasse pas de le contempler. Il s'en dégage une sérénité, quelque chose de reposant;

La palette est fort bien retranscrite, non pas seulement par les noms de couleurs, mais par des tons (nacré, étheré)

J'aime que l'auteur ait mêlé les sons aux couleurs, ils en sont une continuité, une voix que l'on sait de la même tonalité.

Une très belle image matinale,

hersen

   Hananke   
12/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour.

C'est un texte très coloré qui ne sied guère à ma grisaille matinale
mais qui a le mérite de faire voyager ma pensée vers des contrées
où il fait toujours beau.

Deux très jolis vers :
Le soleil s'est perdu dans un champ de lavande
Des bleuets de nos cœurs suspendus dans le temps.

Un poème beaucoup mieux soigné que d'habitude
qui ne nous donne pas une lecture heurtée.

   Michel64   
12/1/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je me suis laissé porté dans ce tableau bleuté qui se dit sans heurts.
Un joli sonnet plein de rêverie.
Bien sûr "Séléné" venant de suite après "lune" fait un peu répétition d'autant que "lune" est à nouveau repris dans le second tercet.
"l'étale opalescent" : S'agit t'il d'étaler le champ de lavande? Ou s'agit-il de l'étale de la mer qui devrait alors donner, il me semble, "l'étale opalescente" au féminin? Dans le premier cas la tournure de phrase me parait un peu... je ne sais quoi. Dans le deuxième cas c'est une erreur... ou la fameuse licence poétique.
Quoique il en soit j'ai bien aimé l'ensemble.
Au plaisir de vous lire encore.

   Cristale   
12/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est un regard qui dépose ces mots et si nous n'étions pas au vingt-et-unième siècle, je dirais qu'une plume s'est trempée dans les couleurs éclatantes du peintre pour étirer ses pleins d'ocre, d'argent, sur un tableau crypté où prédomine ce célèbre bleu : indigo, lavande, azur, cyan, bleuet. Une encre subtile toute en finesse.
Nous sommes en contemporain, alors je passe sur les petits défauts de prosodie.

La musique suit le tracé gracieux de l'auteur et la poésie m'offre une toile que j'accrocherais volontiers sur un mur de mon salon. Dans l'attente, je garde ce poème sur la palette de mes œuvres favorites parce que, justement, c'est la poésie qui prédomine.

Séduite.

Cristale

   Vincendix   
12/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Francis
Un sonnet coloré, odorant et musical, le tableau de Matisse s’anime et chante pour le plaisir du lecteur.
Quelques vers un peu énigmatiques qui nous rappellent les coups de pinceau mystérieux du peintre.

   PIZZICATO   
12/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une poésie tout en couleurs comme un tableau de Matisse, emplie de sérénité et d'une musicalité très présente.
Chaque vers arbore sa couleur.

" Des parfums éthérés font frissonner la lande,
L'océan indigo à demi sommeillant.
Le soleil s'est perdu dans un champ de lavande
Qui domine les flots, l’étale opalescent." fort joli quatrain.

   leni   
12/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Francis
Dans ce sonnetles couleurs deviennent des mots Ce sont des images mots MAIs les mots vont plus loin ils évoquent des tonalités Et comme beaucoup de mots se jouent des sonoriteés nos nous trouvons dans le triangle couleur mots musique
Ce sonnet est écrit à plume sereine On y trouve des perles de puie comme dirit J BREL

Le soleil s'est perdu dans un champ de lavande.... SUPERBE!

ET cette finale qui met dans le mille de ma sensibilité


Quand la lune bleuit l'étole du ponant
On perçoit une voix chantant la mélopée
Des bleuets de nos cœurs suspendus dans le temps.

Merci pour ce sonnet qui respire la sérénité

BRAVO Mon salut très amical LENI

   Annick   
12/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ce poème hésite entre un paysage idéalisé et un paysage intérieur, tout en symboles. Ce qui donne un effet éthéré et ravissant.
Une déclinaison des bleus associés au blanc, à l'argent, à la nacre, à l'opalescence donne à cette peinture baignée par la lune une froideur aérienne d'une grande pureté.
"L'étale" me semble être le substantif masculin correspondant "à la mer étale", d'où l'accord de l'adjectif "opalescent" au masculin.
Quelques petites répétitions de mots (peut-être est-ce voulu par l'auteur) mais qui n'altèrent en rien la beauté de ce poème : lune/lune, chant/chantant, coeurs/ coeurs, quand/quand et dans (5 fois). J'ergote....
C'est un tableau vivant qui donne à voir, à entendre et à sentir. Très beau !

   Robot   
12/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un contemporain au parfum de classique. L'effet de tableau est prenant. J'ai visualisé sans difficulté les images de ce beau texte.

"L'océan indigo à demi sommeillant.
Le soleil s'est perdu dans un champ de lavande"

Je vois le paysage.

   MissNeko   
12/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

J'ai beaucoup aimé lire ce poème pour plusieurs raisons
- le vocabulaire est très riche et élégant : selené, nacrées, dune, sidéral,mélopée, cyan etc ...
- le rythme est doux et délicat
- les déclinaisons du bleu qui font de votre poème une aquarelle de mots : cyan , azur, bleuet, bleuit, indigo
- la description se situe entre rêve et réalité.

Dommage pour le mot lune répèté 2 fois.

   Anonyme   
12/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Francis et merci pour ce sonnet tout en bleu...
Une lecture apaisante qui ne présente aucune aspérité !
De très jolis vers pour couronner le tout... et je prends pour exemple :
Des parfums éthérés font frissonner la lande,

Le soleil s'est perdu dans un champ de lavande

Dans le rêve cyan d'une nuit étoilée...

et j'en passe !

Un texte éminemment poétique. Bravo !

   Lulu   
13/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Francis,

tous nos sens, ou presque, sont mis en éveil à la lecture de votre poème. On voit les différents bleus et jeux de lumière se dessiner, puis on entend "un doux chant sidéral" ou "une voix chantant la mélopée". Et on sentirait presque la lavande...

J'ai beaucoup aimé ces variations de bleus (mes couleurs préférées) allant jusqu'à cette couleur singulière du "champ de lavande". De même, j'ai trouvé belles vos rimes, notamment avec les "pépites d'argent" ou "lande"/"lavande".

Vous nous offrez un beau tableau d'un bel espace qui me touche personnellement et m'entraîne quelque part au bout du monde...

Bonne continuation.

   Anonyme   
16/1/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Une poésie pleine de charme, avec une ambiance assez hypnotique je trouve. L'effet lunaire sans doute. On sent que vous avez beaucoup travaillé pour ciseler ces vers à la perfection. C'est d'ailleurs mon seul reproche, parfois ça en devient un peu sophistiqué, presque précieux. Par exemple dans ces termes : "pépites d'argent", "l’étale opalescent", "le rêve cyan d'une nuit étoilée". Trop d'images hyper poétiques qui font un peu clinquant.


Oniris Copyright © 2007-2019