Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
funambule : Entre vous et moi
 Publié le 21/04/17  -  17 commentaires  -  2314 caractères  -  248 lectures    Autres textes du même auteur

Parti de rien… revenu de tout !


Entre vous et moi



La voix d’Éric Le Noir sur ses arpèges…


Chassé-croisé dans les regards,
Les mots viennent après puisqu’il faut ;
Ces mots fredonnés au hasard,
Sitôt que le corps en dit trop…
Nos doigts se frôlent sur le comptoir…
Mille hésitations délicieuses…
Faut-il croire ou bien ne pas croire ?
Avons-nous eu la main heureuse ?

Entre vous et moi… entre vous et moi…
Au-delà… du premier vertige…
Entre vous et moi… entre vous et moi…
Il y a… plus que Dieu n’exige…


Nos deux vies ne valent pas grand-chose
Mais ce que nous sommes en découle ;
Qu’importent la raison, les causes,
Auprès de vous mon âme est saoule…
Si le hasard nous a guidés
Vers cette rencontre fortuite,
Il ne reste plus qu’à plaider
L’innocence et nous serons quittes.

Entre vous et moi… entre vous et moi…
Au-delà… du premier vertige…
Entre vous et moi… entre vous et moi…
Il y a… plus que Dieu n’exige…


Si un jour nos ciels se mélangent, alors qu’adviendra-t-il des anges ?
Quel est donc ce pays étrange… où est ma place ?
Allons-nous y laisser des plumes… sortirons-nous un jour des brumes ?
Aurons-nous droit enfin à l’écume… du temps qui passe ?


Entre vous et moi… entre vous et moi…
Au-delà… du premier vertige…
Entre vous et moi… entre vous et moi…
Il y a… plus que Dieu n’exige…


Gardons les serments pour plus tard ;
Où serons-nous dans quelques heures ?
Partis pour hanter la mémoire
Ou sur le chemin du bonheur ?

Entre vous et moi… entre vous et moi…
Au-delà… du premier vertige…
Entre vous et moi… entre vous et moi…
Il y a… plus que Dieu n’exige…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   lucilius   
1/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il m'a fallu écouter une dizaine de fois cette composition pour trancher entre du Mouloudji et du Ferré. Hélas !Je n'arrive pas à discerner le courant d'inspiration entre la musique et les paroles. Ne retenons donc que ces dernières qui, ma foi, collent à la première. Et l'ensemble reste très cohérent, avec un ensemble de mots qui ne déméritent jamais.

   Anonyme   
6/4/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Je pourrais en faire "mille et une" écoutes et bien plus encore, cela ne changerait rien, je suis totalement conquis et sous le charme. Je ne me suis d'ailleurs pas privé de ce plaisir, dès plus agréable.

Déjà la mélodie vous attrape, puis vient la voix, qui sait tout son pouvoir ... et puis les mots, mais quels mots, résonants, émouvants, chavirements, très très parlants, ils racontent, plus que très bien.

J'ai eu bien du mal à décrocher de cette chanson, tant l'ensemble à l'unisson, procure une émotion sans pareil. Les mots valsent harmonieux et créent un sentiment "envahissant" d'une sensibilité vraie.

Mille bravos pour cette composition. J'ai aimé bien plus que "Passionnément". Voilà, une chanson qui mériterait de passer sur les ondes, cela nous changerait de ce qui nous est donné d'écouter. C'est réconfortant de savoir qu'il existe encore des compositeurs très talentueux.

   Michel64   
7/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Comme tout cela est bien dit (et même bien chanté).

Plus que le refrain, je trouve les couplets superbes. Ca sent le vécu et fait remonter des souvenirs émus.

"Gardons les serments pour plus tard ;
Où serons-nous dans quelques heures ?
Partis pour hanter la mémoire
Ou sur le chemin du bonheur ?"

Merci pour ce bon moment
Michel

   madawaza   
21/4/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Entre toi et moi,
Ce n'est pas un hasard
si cette chanson
partie pour chanter la mémoire
m'apporte du bonheur.
Toujours en équilibre entre nostalgie et avenir ce funambule avec ses superbes mots.
Merci vous deux.

   leni   
21/4/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
A mes amis Jean et Eric

Y croire ou ne pas y croire
Plaider l'innocence
Sortirons-nous un jour des brumes
Sur le chemin du bonheur

Et le refrain dans le mode funambule devenu classique

La musique et le chant épousent les paroles en une jolie noce J'aime le contraste entre l'intro et le reste de la compo c'est vraiment très chouoette


JE me permets IL y a...plus que DIEU n'exige A cet endroit
la mélodie me fait penser à "C'est ainsi que les hommes vivent"

Amitiés à vous deux LENI GDGN

   Arielle   
21/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un texte magnifique sur la fragilité d'une rencontre, sur son côté aléatoire. La poésie frémit dans ces premiers instants où tout peut encore basculer.
La voix, la mélodie se marient avec bonheur "bien au delà du premier vertige" avec ces mots pleins de délicatesse.
Juste une question que je me pose : Pourquoi cette strophe en italique ? S'agit-il d'une citation?

   PIZZICATO   
21/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut Jean.
" Nos doigts se frôlent sur le comptoir…
Mille hésitations délicieuses… " Je crois que c'est le plus beau moment d'une rencontre : ce premier contact.

Un texte empreint de poésie pour dire ce questionnement sur ce qu'il adviendra de cette rencontre "Partis pour hanter la mémoire
Ou sur le chemin du bonheur ? "
Tout est beau dans ce texte mais j'ai un petit coup de coeur pour la première strophe.

Bonjour Eric.
J'aime beaucoup l'intro ; j'ai pensé au style andalou. Il me semble qu'il y a une quinte bémol qui se balade.
Tout est bien fait.
Une seule petite remarque : pour ma part j'aurais préféré la liaison " entre vous z'et moi "

Une belle chanson !!

   bipol   
21/4/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
bonjour à vous deux

un vrai petit bijou

ce texte et sa musique

se lisent comme un court métrage magnifique

il est difficile de dissocié les deux

tant ils sont entrelacés

j'ai adoré, bravo à vous deux

   Robot   
21/4/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Texte et mélodie s'accorde pour donner un ensemble poétique très agréable.
Une chanson poétique ou un poème chanté, je ne sais pas la différence, mais reste pour moi à la fois le fond, la mélodie et la voix qui forme un tout à l'unisson.
Difficile de renouveler les poème et les chansons d'amour pour ne pas tomber dans le piège du déjà dit. Ici, l'écueil est évité.

Je vais réécouter encore pour oublier le sombre de cette fin de semaine.

   Anonyme   
21/4/2017
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↓
J'ai écouté cette chanson du début à la fin et cela m'a suffit pour dire que je n'aime pas. Je n'ai aimé ni la mélodie, ni la guitare, ni la voix, ne l'air. Ceci est sans doute du à un conflit de génération mais rien ne me parle. Je tiens toutefois à dire que je respecte toute création, et ne m'en veuillez pas d'être aussi dur.

   Anonyme   
22/4/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Funambule et Eric,

Allez, je ne vais pas faire la fine bouche, j’ai trouvé ce texte superbe. Je vous soupçonne d’avoir voulu me plaire en ayant choisi la guitare. Vous verrez, Eric, un jour j’arriverai à jouer Jeux Interdits sur deux doigts. Et puis cette voix, à faire tomber les gravures de Lascaux… Pour moi c’est du Ferrat qui aurait pris un cachet bleu en se trompant de jour.

Le texte se situe dans un entre-deux, entre poésie et adaptation à la chanson. C’est souvent, je trouve, le meilleur équilibre pour accompagner une mélodie. C’est peu banal « d’accompagner une mélodie », mais j’ai trouvé une telle osmose que je me demande lequel a proposé l’une à l’autre en premier.
Bon, Eric ne me décevez pas, je ne veux pas entendre Christophe Maé dans vos choristes. C’est con ce que je dis, on l’entendrait pas…

Ludi
chanteur à la voix de bois

   Vincendix   
22/4/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une complainte un peu désuète dans les paroles et dans l’interprétation (avec ce roulement des R) mais un ensemble qui ne manque pas d’un certain charme.
J’aurais aimé un refrain nuancé, moins répétitif…

   Anonyme   
23/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ah pitié, épargnez moi ces roulements de r que je trouve insupportable. Mais ça, c'est en général. C'est pour cette raison que j'ai toujours eu du mal à écouter Piaf.
Mais bon, heureusement, au fur et à mesure, vous cessez de les rouler, ce qui à l'oreille, du moins la mienne, s'en est mieux portée.

À côté de cela, quelle émotion. Les notes de la guitare oscillent entre une hacienda mexicaine, et les bords du Tage, après s'être égarées à travers les rues de Lisbonne.
J'ai adoré l'atmosphère sombre, qui se dégage de votre chanson. Si en vous écoutant j'ai pensé à du fado, cela vous vexe-t-il ?
Et le refrain, la texture de votre voix, et la mélodie que vous avez choisi est incroyable. C'est le ciment qui lie, solidifie, fortifie votre texte, qui, porté par une guitare mélodieuse, dont les notes compactes et aériennes, ressemblent au crépitement d'un feu.

   Anonyme   
25/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Quels talents… ! après, quoi que dire…quand on se verrait plutôt réécouter la chanson et se laisser faire par la mélodie, les mots de Funambule, et la voix de Lenoir, dans cette veine de la belle chanson française, avec les ‘r’ roulés comme des galets au fond d’une rivière, un peu sauvage tout de même, souterrainement…

Ben oui, c’est pas très moderne, mais c’est si bon ;o)

Bonne continuation…

   papipoete   
30/4/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour funambule,
Encore un éloge à la " passion de chair " mille fois rebattu ! ( je plaisante ) car on devrait le rebattre chaque jour ! Quand le corps exulte, " en dit trop ", le temps n'est pas aux serments, peut-être plus tard quand le premier vertige sera passé ...
NB musique, voix s'accordent à merveille pour chanter cette ode passionnelle " entre vous et moi " ! Un exercice de haut-vol cher Funambule !

   Queribus   
3/5/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour funambule,

Un courant chanson années 50-60 avec un vrai texte, une simple mélodie et juste une guitare en accompagnement, Mon Dieu, cela existe-il encore? Moi qui désespérais de l'avenir de notre chanson française, voilà un rappel qui fait du bien; de plus, le style m'a rappelé un certain Jacques Yvart, ce qui est plutôt une référence. le sujet quant à lui, bien que très souvent traité, est abordé ici de façon originale et poétique mais sans emphase mélo avec de très belles expressions précédemment citées. Venant de Funambule, cela n'a rien d'étonnant et il ne reste plus qu'à attendre la future nouvelle bonne surprise.

Bien à vous.

   Anonyme   
7/5/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Je suis bouleversée par ce poème chanté merci !


Oniris Copyright © 2007-2019