Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
funambule : Face au dragon !
 Publié le 03/07/12  -  14 commentaires  -  2378 caractères  -  186 lectures    Autres textes du même auteur

Un texte issu de méticuleuses recherches relatant quelques faits hystériques… Sinon… toute ressemblance avec des personnages patati patata n'ayant pas existé… Enfin, faut rien dire, que tout ça reste entre nous. Môssieur Psykose m'aura fait le joli cadeau de la mise en musique et de l'interprétation. Mon premier remerciement lui est dû !


Face au dragon !






En selle me dit la princesse, la gloire est à nos trousses ;
T’as un sandwich, une Guinness, j’espère qu’t’as pas la frousse !
Le paysage est lunaire, mon armure en fer-blanc,
Je m’dirige vers la frontière du royaume des trois glands.
Ma mission est délicate ; on appelle ça une quête…
Je trouve le monstre et j’l’éclate, à coups d’lattes, à coups d’têtes !

Je suis seul, face au dragon
Dans un monde imaginaire…
J’attaque la bête au Baygon,
En récitant mes prières…
L’animal sort de ses gonds :
« P’tit bonhomme, tu veux la guerre ?
J’vais t’faire griller les roustons,
Le fourreau et la rapière !
Mille excuses monsieur lézard,
Lui dis-je en mâchant mes mots ;
J’passais par là par hasard,
Rengainez vot’ chalumeau !


Ma princesse est sans le sou, elle compte sur mon épée
Pour lui offrir des dessous chics et dévergondés.
Elle m’a promis son domaine et sa virginité ;
J’suis au moins l’quarante-douzième qu’elle envoie s’faire cramer !
Si j’m’en sors, j’lui fais sa fête, j’me la prends, j’la déflore !
J’la saute à la bonne franquette, trésor ou pas trésor !

Je suis seul, face au dragon,
Avec ma crème à bronzer…
Et ma valise en calton’
Qu’est même pas ignifugée !
Ce vieux ramassis d’écailles
Qui pue d’la gueule et du fion
M’a flingué la cotte de mailles,
Roussi les poils des arpions.
J’lui f’rai manger son lance-flammes,
Rentrer jusqu’au fond d’la gorge,
J’lui piqu’rai son or, ses diams,
Par la volonté d’saint Georges.


Dans c’conte à dormir debout le héros écœuré
Taille la route par les égouts pour pas s’faire dévorer…
Tout cru… enfin, façon d’parler !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Pattie   
2/6/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'aime vraiment vraiment beaucoup (je me la repasse en boucle depuis que je l'ai ouverte). J'aime le vocabulaire et le style, le mélange d'images modernes et d'icônes anciennes, le point de vue du héros qui regrette plus ou moins de s'être laissé mener par ses hormones. J'aime aussi la mélodie rock moyenâgeux, le rythme un peu lourd, genre on marche avec une armure. (NB : l'emploi que je fais des mots "mélodie" et "rythme" est purement empirique. Si ça se trouve, c'est même pas de ça que je veux parler).

   Anonyme   
4/6/2012
 a aimé ce texte 
Pas ↓
Je n'aime pas ce texte qui me semble une simple copie des délires du donjon de Naheulbeuk malheureusement.

Attention, je ne parle pas de plagiat, loin de là, mais le coup de la parodie de jeu de rôle en chanson ou non, c'est pas neuf et c'est parfois mais rarement drôle, vraiment drôle.

Dans ce cas c'est juste pénible à lire avec cette mise en page étrange, c'est désagréable à entendre (n'en déplaise au chanteur qui n'a pas vraiment le sens du rythme tellement il est en décalage par rapport à la batterie), et hormis la Guiness je ne trouve pas ça drôle du tout.

Désolé mais je n'aime pas du tout.

   Anonyme   
5/6/2012
 a aimé ce texte 
Bien
Un texte que je situe pour l'inspiration, la fantaisie, l'humour, la dérision entre Schrek et les "Donjons de Naheulbeuk". Le langage, bien vert, argotique par moment est tout à fait adapté à l'esprit de dérision et recèle de jolies trouvailes : "J’attaque la bête au Baygon, Rengainez vôt’ chalumeau !" A la lecture le rythme se manifeste aisément : il est soutenu bien que volontairement monocorde. J'ai remarqué qu'à côté d'élisions permises par le genre, un certains nombres de E muets étaient traités selon les règles. Je suis moins chaud, je ne saurais dire pourquoi par la version chantée (mauvaises enceintes ?)
Au total j'ai bien aimé ce délire pseudo médiéval qui taille des croupière à l'Heroïc Fantasy (que j'aime bien par ailleurs) qui parfois se prend un peu trop au sérieux.

   Lunar-K   
3/7/2012
 a aimé ce texte 
Bien
Salut Funambule !

J'adore vraiment la mise en musique et l'interprétation. Un grand bravo à Psykose pour cela ! Je regrette juste un peu la tentative de variation à la toute fin qui me semble peut-être un peu plus "patinante", c'est dommage. Mais bon, cela mis à part, c'est vraiment très chouette, très amusant.

Et le texte, en cela, n'est pas du tout en reste. Lui aussi délicieusement et faussement, surtout, médiéval. Parodie d'histoire de chevalier, de princesse et de dragon. Parodie d'amour courtois, avec un chevalier pas si courtois que cela, dans ses considérations, ses regrets, ses visées, et même dans son langage à la limite parfois de l'argotique et du vulgaire, de l'anachronisme aussi beaucoup (à tout point de vue d'ailleurs).

Un texte pas du tout prise de tête (si ce n'est la musique qui reste, précisément, en tête...), mais très efficace selon moi.

J'aime !

   leni   
3/7/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
La musique colle parfaitement au texte! En selle me dit la princesse
Et la mission est délicate:terrasserle dragon....au Baygon Mdr Le texte décoiffe:J'aime cette façon de direLa menace est claire :Je vais te faire griller les roustonsPlein d'espoir aussi Si je m'en sors...je la saute à la bonne franquette!!Bien sûr tout cela dépend de la volonté de St Georges C'est un bien joli conte à dormir debout
B elle imagination

   macaron   
3/7/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Chapeau pour ce folk-rock moyenâgeux! De l'humour sans fioriture, de la dérision pour ne pas dire de la déconnade mais toujours avec talent. Votre chanson a un petit côté"Chanson plus bifluoré" je trouve et c'est tant mieux. La parodie est un excellent exutoire!

   Pimpette   
3/7/2012
Commentaire modéré

   phoebus   
6/7/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
A mon avis cet anti-héros manque de motivation ou alors il croit qu'il ne croit plus aux contes de fée. Il y a dragon et dragon. Je remarque que le narrateur-héros et le dragon ont le même phraser, s'agirait-il d'une même personne ? Dans ce cas là on est face à une personnalité multiple. C'est son dragon intérieur qu'il affronte par conséquent il s'est induit en erreur en croyant trouvé un trésor fiduciaire qui lui permettra de gagner l'amour de sa dulcinée. En fait tout ce qu'elle lui demande c'est d'être lui-même . Ce dragon c'est peut-être un égo monstrueux tout feu tout flamme. Et puis puisqu'on est dans l'imaginaire probablement qu'il se figure que c'est une exigence de sa princesse mais c'est une simple projection sur l'autre.
Beaucoup de plaisir à la lecture.

   wancyrs   
4/7/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Franchement, s'il n'y avait pas eu ce support musical, je n'aurais pas su comment fredonner ces vers inégaux. Je dirais que la mise en musique est une véritable prouesse, et le rythme colle bien au thème. Quant au thème, il serait bien que les prudes ne se projettent pas dans la réalité du conteur, de peur d'en ressortir émoustillés, à moins que ce ne soit moi qui me fasse tout un film...

J'ai bien aimé, et j'ai ri.

   brabant   
6/7/2012
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Funambule et Môssieur Psykose,


Une totale réussite qui me renvoie dans le merveilleux, exotique, prolifique et "horrificque" Moyen Age, après l'amour courtois pudiquement, pittoresquement et nostalgiquement évoqué par Motscoeur dans "Dame Françoise" ; me voilà gâté moi qui ai toujours privilégié cette période.

On change ici de registre où l'on est dans le pastiche appuyé type Monty Python ; je regarde d'un autre oeil les paquets de cigarettes Saint Michel vendus en Belgique. Pauvre dragon ! Et me voilà à siffler une Guinness dans une cave à bière flamande sous l'oeil chagriné d'un chapitre de Trappistes réprobatrices. Bof ! le Belge est universel !... Le Flamand et le Wallon ne sont-il pas complémentaires et ouvert à la mappemonde ?

Beaucoup de gouaille et une absence totale de vulgarité dans cette chanson décapante, décoiffante, hilarante... Que sais-je encore ?... !...

Un must !

Je suis tenu d'exceptionnaliser. Le retour du veau d'or après une période de vaches maigres en ce qui concerne mes inclinations.


Une collaboration époustouflante !

   Charivari   
7/7/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Montjoie Saint Denis ! Voilà vraiment une "chanson de geste", parce qu'on imagine très bien tout un jeu scénique par dessus ça... Bon, les très bons points, pour moi:

1. en number one, je me suis fendu la gueule, et sur "le quarante-douzième qu'elle envoie s'faire cramer", j'ai failli me pisser dessus...

2. en number two, on retrouve le même décalage "comico-margerin / médiéval épique" dans le texte ET dans la musique, ce qui nous donne un truc super cohérent, qui fonctionne du feu de Dieu. Tiens, le genre musical-texte m'a pas mal fait penser à Java... Non, vraiment une réussite.

   Anonyme   
6/9/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
derrière l'univers déjanté
toujours cette richesse de création
faudrait être bouché pour ne pas la voir !
qui ? la princesse ?
mais non, ce vieux ramassis d'écailles,
qui pue d'la gueule et du fion !
Hi hi hi

Bravo funambule

   Anonyme   
18/2/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Je ne vais pas m'étaler, j'ai tout simplement adoré, un vocabulaire franc, de chez franc, pour une histoire moyenâgeuse avec une musique qui l'accompagne, du même style, l'interprétation est géniale, j'aime beaucoup cet anti-héros, il m'est très sympathique.

J'en ai fait plusieurs écoutes, vous m'avez rappelé, une série que j'aime à regarder et re-regarder, les petites finesses esprits m'enchantent.

   Raoul   
18/2/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Merci beaucoup Marie-Ange pour cette entreprise de fouilles archéo(il)logiques dans les antres dodues et sombres d'O. !
C'est un régal !!! Je milite pour que ce morceau de bravoure soit au top cinquante de l'an de grâce 1664.
& je m'en relance une écoute en sus pour la peine.
;-)

   MissNeko   
21/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Voilà un conte drôle et rock n roll!
Le rythme rapide sert à l histoire.
J adore !


Oniris Copyright © 2007-2019