Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
funambule : Seule
 Publié le 16/12/14  -  14 commentaires  -  2043 caractères  -  179 lectures    Autres textes du même auteur

À vous d'imaginer l'histoire...


Seule



Adrugan compose et interprète...



Elle est seule, seule sur le sable.
Elle est seule à se sentir coupable.
Seule, fragile, sans arme ;
Seule, seule avec ses larmes...
Seule...

Elle est seule, les cheveux au vent ;
Elle est seule, rien n'est plus comme avant...
Seule, juste un peu de sang…
Seule, dans son regard absent...
Seule... et le sable lui dit :

J'EFFACERAI LES TRACES TU OUBLIERAS L'ÉTREINTE
TU SERAS LA CUIRASSE JE SERAI LA COMPLAINTE
J'APAISERAI TON ÂME TU FOULERAS MES DUNES
JUSQU'À SÉCHER TES LARMES... SANS RANCUNE.

Elle est seule avec ses fables,
Elle est seule, seule à froisser le sable,
Seule, sur la lagune.
Seule, sous les rayons de lune...
Seule...

Elle est seule, la lande est déserte ;
Elle est seule, pas un chien, pas une mouette,
Seule, pas grand-chose à dire...
Seule, pas d'quoi chopper l'fou-rire...
Seule... et le sable lui dit :

J'EFFACERAI LES TRACES...

Perle d'amour sur le rivage... abandonnée...
Perle d'amour entre deux âges... a basculé...
Perle d'amour inconsolable... bête à pleurer...
Perle d'amour écoute le sable... murmurer...

J'EFFACERAI LES TRACES...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Michel64   
4/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Pour ce qui est du texte seul, quelques banalités comme "Les cheveux au vent" ou "rien n'est plus comme avant…", une rime "déserte/mouette" un peu limite et un "chopper l'fou rire" qui aurait pu être remplacer par une expression plus poétique mais…
L'ensemble est agréable à lire et encore plus à écouter avec cette guitare sèche qui emporte tout cela sur ces accords recherchés et bienvenus. Le tout servi par une voix qui au début paraît déjà entendue (une manière de chanter) mais qui pour finir se révèle assez envoûtante.

Je n'ai pas trop cherché à mettre une histoire précise derrière ces mots et faisant fi du "sang" évoqué, j'ai plutôt pensé à une (banale) rupture amoureuse.

De la belle ouvrage.

   Lulu   
20/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Funambule,

je n'ai pas écouté, car je ne le peux. En revanche, j'ai lu et bien apprécié ce texte très poétique. J'aime beaucoup cette solitude en bord de mer, même si elle semble être un peu dénoncée de par les répétitions du mot "seule".
Je me retrouve un peu dans cette page vivante où le bord de mer apporte avec le vent son lot de consolations.

   Pimpette   
16/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je me demande
UN viol dans cette solitude????
Je n'ai pa réussi à me détacher de cette explication?

La musique juste bien dans sa monotonie voulue en harmonie avec ce desert de sable et cette solitude

Un texte haut de gamme pour moi!

   Hananke   
16/12/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Enfin, une chanson avec de la musique.C'est quand même
préférable : l'une n'allant pas sans l'autre.

J'aime bien ce texte désabusé qui s'accorde parfaitement
avec ce solo de guitare lancinant.
La répétition du mot seule revenant comme une litanie
nous guide durant toute la chanson.

Bon, bien sûr, il y a bien quelques passages éculés d'un
point de vue strict du texte mais cela ne me gêne pas.

Belle réussite.

   Agueev   
16/12/2014
 a aimé ce texte 
Un peu
Bon, le texte ne me parait pas bien original et m'a fait penser immédiatement à "seule sur le sable, les yeux dans l'eau, etc...", ce qui au premier abord a éveillé mes doutes . Des banalités dans les rimes et les propos.
Mais en ce qui concerne une chanson, ce n'est pas toujours très important, il suffit d'écouter "Love me do" des Beatles...

Malheureusement la chanson ne m'a pas plus convaincu.

   Curwwod   
16/12/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Il y a de toutes les manières un drame qui a besoin d'être purifé dans ce texte. Quel est-il ? J'ai pensé à un crime, un avortement spontané ou non, Pimpette à un viol. Le milieu marin évoqué autour de cette solitude est quelque part le symbole d'une purification par l'onde bienveillante qui sait effacer la trace des crimes, des hontes, des chagrins.
Je pense qu'une économie de "seule" n'eût pas retiré de force à ce texte et eût au contraire pu le rythmer de façon plus efficace.
La construction est adroite : rien n'intrigue plus que ce qui est caché ou non dit.
C.

   bipol   
17/12/2014
je n'ai pas trop accroché à cette solitude

à un texte qui ne m'a pas vraiment emporté, les répétitions m'ont lassé

et surtout à l'interprétation et au mixage du musicien

   Francis   
17/12/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La répétition de" seule" renforce l’idée de solitude. Le décor est planté : une plage déserte, la marée qui efface les pas sur le sable, le vent qui murmure dans les dunes... Mais, "juste un peu de sang, abandonnée, a basculé, tu oublieras l'étreinte..." des mots qui brisent le tableau et amènent un retour en arrière, une histoire que le lecteur doit deviner.

   papipoete   
17/12/2014
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour funambule; ce texte s'écoute sur les accords de votre guitare sèche avec plaisir plus qu'il ne se lit, au risque d'ennuyer le regard avec (tant) de seule! Mieux vaut laisser le son ouvert!
les couplets martèlent cette solitude amoureuse, où plus rien n'existe, ni faune ni flore; rien que les larmes qui tiennent compagnie à cette âme en peine.
Le refrain trace de jolis vers que les vagues effaceront pour ne laisser qu'un sable immaculé, tel une page blanche jusqu'aux dunes.

   Edgard   
17/12/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↓
C’est vraiment sympa de cliquer sur une petite flèche verte et Hop, une chanson !
J’avais lu le texte avant de l’écouter, (j’avais pas vu la petite flèche !!!) et les répétions m’avaient paru un peu nombreuses, jusqu’à cacher un peu quelques belles images. (Seule à froisser le sable…Pas un chien pas une mouette…) Avec la musique ça passe mieux. J’aime bien le refrain, et les quatre derniers vers.
On pourrait attendre un peu plus d’originalité cependant. Il y a beaucoup de lieux communs qui se retrouvent dans d’autres chansons.
Mais « Juste un peu de sang », est un peu intrigant…. j’avais l’idée d’une première fois ratée, mais « entre deux âges »…ça ne colle plus.
Un bémol : « pas d’quoi chopper l’fou-rire » ne me semble pas dans le même registre que le reste et …un peu là pour la rime ?
Mais c’est chouette de savoir mettre un texte en musique ! J’ai une bonne impression dans l’ensemble. Un bon moment à vous écouter.
Bien cordialement.

   Arlet   
17/12/2014
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,
J'ai lu ce texte de chanson avec plaisir et mélancolie.
J'aime bien dans l'ensemble. C'est bien imaginé.
Toutefois, cette solitude et ce chagrin m'attristent infiniment.

   Ascar   
20/12/2014
 a aimé ce texte 
Bien
Pas facile d'évaluer cette chanson tant je suis partagé entre plusieurs avis.
Je trouve réussie l'impression laissée dans le sillage de la première écoute et des suivantes. J'aime le timbre de la guitare, de la voix et le rythme adopté. Par ailleurs les images (certes simples) renvoyés par certains mots (plage, vent, lune, déserte...) créent justement l' ambiance de tristesse recherchée.

Pour moi le but est finalement atteint mais je crois qu'il aurait pu l'être d'une meilleure façon :
- en évitant la redondance du mot "seule" qui pèse lourdement sur le texte,
- en donnant plus de relief au refrain sans doute par une empreinte musicale plus marquée et peut-être par une simplification de sa forme.

un "bien +" pour guitare, un "beaucoup" pour la voix, et un "un peu" pour le texte. Un coup de lessiveuse magique et il en ressort un "bien" Bravo et bonne continuation

   Anonyme   
12/2/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je l'imagine ainsi sans peine, seule sur le sable, à épancher ses chagrins - si je puis m'exprimer ainsi. Je voudrais être à ses côtés pour l'enlacer, la consoler, mais je ne peux pas. Alors je l'imagine encore, seule avec ses peines, toujours seule, plus seule encore...

Je l'imagine avec sa peine, sans peine, avec ses larmes, à jamais seule, et je me dis que ce poème me fait rêver ; quelle solitude...

   Anonyme   
24/1/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Une écoute qui vous saisit, vous étreint, peu importe le pourquoi du comment de l'histoire, la douleur, la souffrance est là poignante, il faut apprendre à vivre un après, quand la vie a basculé, qu'elle vous a mordu au sang, sans scrupule. Le discours du sable consolateur est très émouvant. C'est un écrit remarquable par sa belle et grande sensibilité.


Oniris Copyright © 2007-2020