Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
GABYVONNE : Transmotations
 Publié le 28/06/09  -  4 commentaires  -  778 caractères  -  81 lectures    Autres textes du même auteur

... de la révélation transcendantale.


Transmotations



De pures breloques de vers
entrechoquent leurs éclats de rimes
et martèlent aux portes de mes utopies
des sons divins, presque irréels

Simples syllabes et soupirs, même
enfilent leurs panoplies d'orfèvres
et gouvernent des joyaux absolus,
sertis d'inspirations subtiles

Des hordes de mots virtuoses
défilent inépuisables et glorieux
le long d'avenues "strophéennes"
grandioses, interminables

Suspendues à mes oreilles
des sonorités magiciennes
anarchisent le tempo de mon sang
"défrangent" mes certitudes abasourdies

Dans leur fragile transparence
j'introduis timidement, sans écho
mes transes multicolores révélant
des poésies criblées d'or et d'argent


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
28/6/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
D'aucuns diront sans doute que ce poème est un petit bijou. Moi je le trouve trop clinquant, avec ce vocabulaire sophistiqué.
Autant j'ai été séduite par le premier quatrain, autant le reste m'a paru trop grandiloquent, voire prétentieux (ne m'en voulez pas!). Une pléthore de termes hyperboliques (divin, joyaux absolus, grandioses). C'est un peu trop pour parler du pouvoir des mots et de la poésie.
Une recherche lexicale , certes, mais j'ai du mal à imaginer les "transes multicolores".

Deux remarques concernant la forme:
- le "même" du cinquième vers est maladroit et je rappelle qu'on ne met pas de virgule entre le sujet et le verbe (donc supprimer la virgule avant "même")
- la disposition en quatrain me semble inutile. Votre poème se lit comme un poème en prose. Les retours à la ligne ne sont pas vraiment justifiés.

   brabant   
28/6/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Transmutation du vil, de la paccotille, des sons et des silences en poésie. Arrêt progressif des notations négatives ( 3 vers, str 1; 2 v, str 2; puis 1 vers, str 3) par alliance de mots rares pour aboutir à l'alchimie du verbe : strophes 4 et 5. J'aime. Les trois premières strophes irritent mais le tout a de l'allure. J'assumerais les néologismes strophéennes et défrangent. Le premier tonne, le second est aérien.
Avec un tel savoir-faire vous auriez dû assumer les règles de la poésie classique. Pour le coup la TRANSMOTATION eût été achevée !

   Anonyme   
28/6/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour GABYVONNE. Je suis désolée mais j'ai trouvé ce poème un peu compliqué et n'arrive pas à me laisser bercer.

   Anonyme   
8/12/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Je trouve dommage de ne pas avoir davantage "soigné" la forme, elle aurait donné plus d'ampleur au fond, qui là paraît décalé. C'est bien trop formulé avec des mots choisis comme un orfèvre, expert minutieux, mais l'écrin n'est pas à la hauteur.

"des poésies criblées d'or et d'argent", n'est-ce pas un peu présomptueux !

Je ne suis pas tout à fait convaincu par votre poème, je lui trouve un manque de simplicité et générosité. Il a un petit côté arrogant, j'aurais aimé à la rencontre de votre plume, là je ne lis que mots assemblés sans vraiment de transmission d'émotions.


Oniris Copyright © 2007-2022