Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
garedunord : Navigateur solitaire [Sélection GL]
 Publié le 04/09/19  -  9 commentaires  -  459 caractères  -  161 lectures    Autres textes du même auteur

Amour. FIN.


Navigateur solitaire [Sélection GL]



Navigateur solitaire,
Comment ne pas regretter cette île sauvage et fascinante
Dont tu as respiré le souffle même à ses lèvres.
Oublier tes rêves bouillonnants abîmés sur de noirs récifs.
Renoncer à elle, citadelle imprenable éternellement « désolée »
Et poursuivre obsédé que tu es par cette étoile à suivre.
Déjà l’île n’est plus que le souvenir d’elle
Mais ce souvenir ne veut pas mourir.
Faut-il abandonner ?


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   natile   
8/8/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
On se prend au jeu de chercher de quelle ile il s'agit mais peut-être n'est-t-elle qu' imaginaire, fantasmée. Celle où il ferait bon s'isoler pour méditer, se détacher du superflu mais alors pourquoi y renoncer. On reste sur sa faim, une ou 2 strophes de plus auraient pu donner du sens à cet abandon.

   Provencao   
12/8/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Quelle belle poésie sensible, imaginative, réflexive...belle écriture avec le coeur, avec vos blessures et vos obsessions.

Cette poésie se tient, pleine d'émotions, aux sources du souvenir.. avec des accents personnels, fortement enracinés dans l'émotion.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Purana   
13/8/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai apprécié la lecture de ce petit poème nostalgique en vers libres et longs.

Les images ne sont pas exagérées et ne réclament pas tout l'espace disponible. Cela permet au lecteur de rester sur la piste. On ne perd pas de vue l'acteur principal, la bien-aimée ou le voyage de retour à la mer.

Le texte est concis, bien écrit et facile à lire. Les idées y sont présentées avec cohérence.
Le thème est clair : un amour qui n'est pas aussi passager que l'on ne le pense.

Ces avantages sont toutefois légèrement éclipsés par le manque d'"universalité" du poème. Cela rend l'ensemble un peu "léger" et laisse un arrière-goût d'une romance de vacances, au moins pour moi.
Oui, je sais que c'est toujours "plus facile à dire qu'à faire".
Comment faire en sorte que le lecteur se sente comme l’auteur de ce texte ?

Bien à vous !

   Corto   
15/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Allégorie sur le thème de la quête amoureuse.

Le narrateur pris dans le filet de la solitude ne peut détacher son esprit de la Belle qui le fascine. Cette Belle trop " sauvage " dont il a "respiré le souffle même à ses lèvres".
Il ne veut pas "renoncer à elle, citadelle imprenable" mais il en reste "obsédé".
Et ce diable de "souvenir ne veut pas mourir".

Combien d'hommes, combien de femmes ont ainsi dans un coin de leur mémoire cette vision de ce qui aurait pu être si exaltant mais qui ne l'a jamais été.

Du rêve à la réalité, voila un chemin pour s'interroger sur soi-même, regarder en face ce qui semble être un échec mais qui peut aussi servir à 'grandir'.

La réponse au dernier vers est au fond de chacun.

Texte ici intéressant; comme une introspection qui se projette vers un avenir à construire.

Merci pour cette réflexion.

   papipoete   
16/8/2019
 a aimé ce texte 
Bien
libre
Elle n'était guère hospitalière cette île où je m'échouai, dont j'ai pu m'échapper ! Mais sans cesse, elle revient obséder ma mémoire...
NB notre Robinson ne semble pas avoir connu de Vendredi sur son île, mais celle-ci avait une telle présence, malgré de vie l'absence, que ce moment ne veut se gommer !
L'auteur semble se parler, et sa plume ne peut se décider...
Court, mais bien écrit ! ( le 4e vers en particulier )
papipoète

   ours   
4/9/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Garedunord

On cherche l'île ou la Belle, sans jamais discerner le songe de la réalité. Serait-ce belle ile en mer ? C'est la fin d'un voyage en tout cas qui laisse un goût amer car on s'y est perdu sur cette ile, on s'y est abandonné. J'aime aimé votre libre qui se laisse lire mais je n'ai malheureusement pas réussi a rentrer complètement dans votre songe malgré l'emploi du 'tu', un texte peut être trop concis.

Au plaisir de vous lire

   Lebarde   
4/9/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C’est le regret d’un amour fou vécu sur une île sauvage ou simplement celui de cette île sauvage.
C’est la recherche de la solitude ou la conquête en rêve d’une belle ( ou d’une île ) imprenable à laquelle on ne peut renoncer.
Tout cela est peut être un peu court pour répondre aux questions que se pose le lecteur qui a toutes les chances de s’égarer sur des pistes incertaines.
Sur le fond j’en resterai là.
Sur la forme , ce poème libre est fluide et s’appuie sur de belles images.
J’ai bien aimé son atmosphère et sa fraîcheur délicate.

Merci

Lebarde

   senglar   
5/9/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour garedunord,


Je tracerais ici un parallèle entre celle qui se refuse et cette île cinglée de noirs récifs ; désolée, difficilement accessible, elle n'en devient que plus désirable, obsédante... et le navigateur solitaire, obsédé, de suivre les étoiles (s'accrocher à l'étoile qui lui permettra de...) pour la retrouver puis fusionner enfin, former une unicité à deux.

Superbe parallèle où il court à sa perte car il est en quête d'idéal et où l'on devine que jamais sa quête ne s'arrêtera, n'aboutira. Ou, s'il y parvient, ce sera pour mourir épuisé... Mais peut-être est-ce son véritable but.

Après tout mourir sur une plage de sable fin, seul avec elles, l'île et la femme, l'ïle-femme, n'est-ce pas mourir un peu aux portes du paradis.


senglar

   Pouet   
6/9/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bjr,

Il et Elle, une île à tire-d'ailes...

Jolie métaphore d'une rupture amoureuse.

Concis et évocateur.

Le "désolée" nous ramène à la solitude du pardon.

Avec le Temps va, tout s'en va...

Ou presque.


Oniris Copyright © 2007-2019