Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
GeorgesSang : Lettre à Bonaparte
 Publié le 14/11/17  -  7 commentaires  -  2488 caractères  -  85 lectures    Autres textes du même auteur

Tout homme de paix qu'on se trouve être, je ne vois jamais autre chose que des généraux qui partent en campagne. Gare à la morne plaine ! Voici cet autre qui en revient…


Lettre à Bonaparte



Écoute général, ois la mutinerie !
Des clairons qui apaisent la mousqueterie
Les maréchaux du Sud et l'armée d'Allemagne
Tonnent bérézinant une fin de campagne
Prise, défaite et glas de mon armée rebelle !
Je perds Ulm et Soissons, et sanglotent ma belle
Patrie, mon courage, mes mains et mon fardeau…
Trafalgar a jeté dessous des lames d'eau
Un millier de canons, bouche ouverte, qui sonnent
L'heure des naufragés, le siècle de Nelson.

Il n'est plus de combat qui se puisse rallier
Mon roi n'a plus de cases dans mon échiquier,
Le buste déclinant et le souffle rougi
Croyant à l'au-delà des soldats de Grouchy
Il a donné la garde et jeté le tourment
Poussiéreux des villages régulièrement !
Hâtons la canonnade et donnez des chevaux
Pour tirer l'entraille fumante des caveaux
L'eau de Pratzen éparse comme une boue grise
Ô lion des plateaux que le monde méprise,
Regarde avec moi l'ordre de la débandade !
Toutes ces âmes blanches qui font promenade
Livrent ma ville ouverte aux Germains, au pillage,
Je vois la goélette près de son mouillage !

Sire, j'ai déplaisir à te tenir encor
L'aveu de la déroute du Deuxième Corps
Faisant calvaire au faîte d'un monceau d'épines
Je glose de mon âme, elle est sans Joséphine !
Elle est comme la route au-devant des cosaques,
Hurle l'épais silence à des vents de cloaques !
Où se rendent les jours que le ciel a fermés ?
Sommes-nous nés repus pour mourir affamés ?

Roi de l'Europe, comme ta gloire est filante !
Allons au désespoir en une charge lente
J'avais la Grande Armée, les deux cents de Boulogne
Les myrmidons d'Achille, les chevaux de Gascogne
Je possédais Poséidon, ses pleines lunes
Comme tu chevauchais brûlant les hautes dunes
Chef de guerre coptique, tu dis qu'il y a tant
De sable millénaire qui coule et m'attend ?
Mais j'ai vu le soleil de quatre cents décades
Devant ses pyramides, ses joyaux, ses arcades
Où me revivait l'or des bassins du Jura
Où donc sont les trésors qu'un jour on me jura ?
Sais-tu sur le rocher que des langues arabes
Connaissent la musique des longues syllabes ?
Elles disent souvent qu'il n'est que deux miroirs
La mort et silence ; ou bien les désespoirs
Comme le nerf des femmes qui tremble sans fin
La mienne, Sire, ne mange pas à sa faim.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Mokhtar   
14/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien
De toute évidence on perçoit l'inspiration hugolienne de l'auteur. Mais si le souffle est là, le rythme souffre de l'absence de rigueur dans la construction du vers, à laquelle le maître ne dérogeait pas.
Dommage, car l'esprit et le contenu sont là. Le travail est manifestement documenté et les épisodes retenus propices à des exaltations poétiques.
Je pense qu'une réécriture, ne cherchant pas un classicisme absolu, mais soignant le rythme, restituerait à ce texte l'intérêt potentiel qu'il suscite, et qui mérite plus que des encouragements.

   Ananas   
14/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

J'ai apprécié tout au long de ma lecture, le procédé utilisé par l'auteur pour mettre son propos en exergue.

Au début, j'en ai été surprise, je pense d'ailleurs que c'est ce qui m'a permis de continuer et d'apprécier ma lecture.

Merci pour le partage.

Au plaisir de vous relire !

   Vincendix   
14/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour
Un texte dense, intéressant sur le fond mais, à mon avis, il mériterait une restructuration, certains vers présentent une certaine incohérence comme par exemple « poussiéreux des villages régulièrement ».
Je salue le travail historique mais c’est un peu confus.
Vincent

   papipoete   
14/11/2017
bonjour GeorgesSang,
Une page d'histoire pour une leçon d'histoire de France, dont le personnage célèbre est Bonaparte, écrite en poésie ; 2 par 2, comme en colonne militaire, les dodécasyllabes tirent des salves de la bouche de l'auteur, de la bouche des canons !
Mais un rappel de souvenir de guerre, en ces temps d'espoirs de paix, me force à raccrocher mon regard à la patère du silence .

   PIZZICATO   
14/11/2017
Cette ère napoléonienne, qui ne recueille pas toute ma sympathie, n'a donc pas suscité mon intérêt envers ce texte.

A vous lire une prochaine fois.

   Marie-Ange   
14/11/2017
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↑
Je pense à ces milliers d'hommes que Bonaparte a entraîné
dans son désir insatiable de conquêtes, et pour cela votre texte
me dérange, aucune raison n'est valable de disposer de la vie d'autrui. Je ne trouve pas vraiment d'intérêt à cet écrit.
Sinon, celui de rendre un hommage à ces hommes, à leur courage.

L'histoire se répétant, d'autres personnages viennent à
leur tour envahir, détruire, pousser des peuples à l'errance.
puisque rien ne sert de leçon à l'homme, hélas l'envie de conquête
étant le plus fort ...

Les images vues aujourd'hui aux informations sont terribles.
Il serait grand tant que l'humain apprenne à vivre en bonne
intelligence dans le respect de tout un chacun.

   Alexandre   
14/11/2017
Bonjour GeorgesSang... C'est notre Histoire et vous avez parfaitement le droit d'en parler quoi qu'en pensent certains.
Reste que, croyez-en mon expérience, ce texte est trop long pour tenir le lecteur en haleine du début à la chute.
D'autre part, si la matière première est bien présente ce texte est vraiment désordonné.
Elaguez, élaguez et repassez sur le métier cet ouvrage qui mérite mieux que ce traitement !
Il y a de bons vers mais tant d'autres obscurs et sans intérêt, comme par exemple :
Poussiéreux des villages régulièrement !

Autre conseil dont vous ferez, bien entendu, ce que vous voulez...Si vous partez sur une base do décasyllabique, essayez de respecter au moins la métrique...

Bonne continuation !


Oniris Copyright © 2007-2017