Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
GiL : L’appel du soir [concours]
 Publié le 05/05/22  -  20 commentaires  -  1015 caractères  -  399 lectures    Autres textes du même auteur

Le temps de mourir.


L’appel du soir [concours]



Ce texte est une participation au concours n°32 : Le temps dans tous ses états
(informations sur ce concours).





Derrière la maison, quand la porte entrouverte
Laisse entrer le silence et les frissons du soir
Je les vois, un à un, s’approcher et s’asseoir
Sur le vieux banc rouillé taché de mousse verte.

Ils aiment retrouver la façade couverte
Du chèvrefeuille en fleur aux senteurs d’encensoir
Et j’entends s’élever depuis leur reposoir
Le murmure apaisant de leur présence offerte.

Je connais leurs prénoms ; et les derniers venus
Qui cherchent mon regard, je les ai bien connus…
Je céderai bientôt à leur troublante instance :

J’ouvrirai grand la porte et leur dirai Bonsoir !
Et j’irai sans regrets, sans peur, sans résistance,
Auprès d’eux – mes aïeux – à ma place m’asseoir.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
12/4/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quelques mots tout simples, presque banals me dis-je en lisant, et soudain cette échappée du deuxième tercet : derrière le geste du narrateur ou de la narratrice qui va s'asseoir « à sa place » près de ses aïeux me semble se profiler l'aile de la mort. N'y a-t-il pas une litote, lorsqu'une personne meurt, pour dire qu'elle a « rejoint ses aïeux » ?
Alors, en reprenant le poème, je trouve que le dernier tercet éclaire l'ensemble d'une lumière rétrospectivement funèbre, que les visiteurs chenus font furieusement penser à des spectres, enfin que votre poème se révèle beau, doux… et aussi roublard. De l'ouvrage accomplie !

   Cristale   
19/4/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une façon sereine de penser à ceux qui restent dans la mémoire et le coeur.
Un joli poème dans l'ensemble.
Il aurait été facile d'éviter le hiatus à_un (un par un). Petite répétition un peu trop proche sur les deux premiers vers du premier tercet "connais-connus". Petit manque de variété des rimes du deuxième quatrain, ainsi que celles des deux premiers vers du premier tercet. Ces observations parce que nous sommes devant un sonnet et que cette forme est exigeante du point de vue versification.
La critique est aisée, l'art est difficile, je sais, je sais.
Un poème agréable à lire, fluide, sensible, romantique et ça me plaît bien.
Bonne chance pour le concours.
Cristale

   Vero   
19/4/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

Très joli sonnet qui correspond parfaitement au thème exposé pour le concours: Le temps dans tous ses états/le temps de mourir.
L'ensemble est de bonne facture, les alexandrins fluides et harmonieux.
Quand au fond du poème, j'aime beaucoup !
Que l'auteur(e) prenne son temps toutefois pour rejoindre ses aïeux sur le vieux banc rouillé.
Quand au néo-classique, probablement dû au hiatus "un à un", je suis sceptique:
En effet, un à un étant une locution adverbiale, le hiatus à l'intérieur de celle-ci ne pourrait-il pas être admis?
Au pire, pourquoi pas un par un?
Pour ma part, ce très beau sonnet est classique et non néo.
Mes encouragements pour le concours

Véro en El

   pieralun   
20/4/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très beau texte, émouvant.

Un poème très apaisé où l’on peut ressentir les ambiances: le silence, les odeurs, la quiétude du décor.
Le tout rend le passage de la vie à la mort assez doux, simplement aller s’asseoir sur un banc à la rencontre de ses aïeux.
Le vocabulaire est simple ainsi que la syntaxe, le tout au service d’une beauté tranquille.
Un seul petit reproche: le dernier vers - mes + ma + m’ cela fait beaucoup de « m »
Un bel ensemble

   Cyrill   
20/4/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Lisant ce poème, une image très précise, dès le premier quatrain, de ces vieux assis et appuyés sur leur cannes, me vient : dans Astérix en Corse, je crois. Et elle me fait sourire.
Bien que le texte, paisible et apaisant, m'éloigne de cette représentation, elle ne me lâche pas, ce qui fait que je reste dans l'amusement, dans une certaine légèreté devant ces représentants de l'agonie.
L'écriture est soignée et correspond bien à la sagesse véhiculée par le fonds, à savoir l'acceptation de sa propre finitude.
Le tableau me paraît cependant, ce sera mon bémol, un rien passéiste.
N.B : joli titre, qui ne manque pas d'humour !

   AnnaPanizzi   
7/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour,

C'est un peu lancinant, aspect certainement recherché, comme ces esprits d'aïeux qui viennent effleurer ce banc rouillé. C'est très bien tourné, j'ai juste un peu tiqué sur "Et j’irai sans regrets, sans peur, sans résistance." qui ressemble un peu à de la forfanterie.

Bonne chance pour le concours !

Anna

   papipoete   
5/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour
Pour qui sait regarder, il suffit de fermer les yeux pour les voir... ils sont partis là où l'on ne fait plus que se reposer, et pourtant ils reviennent près de leur maison " d'avant ", passer un moment sur leur banc. Bientôt mon tour viendra de les rejoindre, alors nous reviendrons mes aïeux mes parents, passer un moment " sur le vieux banc rouillé taché de mousse verte "
NB un flash-back dans le temps passé, que des ombres animent sans faire peur, au contraire font chaud au coeur.
On s'y croirait tant la plume pose fin, les contours de ces visages aimés, et l'invitation finale est presque rassurante, alors qu'elle signifie la mort du héros.
La seconde strophe a ma préférence
Un joli sonnet au petit bémol final ( la rime de m'asseoir répétant celle de la première strophe )
au 3e vers, ce hiatus ( un à/un )
néo-classique oui !

   Lebarde   
5/5/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
J’ai bien vu ce poème en EL, mais il a disparu de mon radar au moment où je terminais mon commentaire….!
Bien sûr que j’aime beaucoup ce joli et paisible sonnet tant par le sujet qu’il m’évoque que par la manière magnifique avec laquelle il est traité:
Une écriture fluide et douce, des mots simples et bien choisis, une atmosphère reposante, une poésie délicate.

Une belle préparation pour finir sa vie dans la sérénité, en allant doucement retrouver sa place sur le vieux banc rouillé où les aïeux nous invitent et nous attendent.

Du très beau travail qui me comble et au diable le hiatus, et les petites entorses au niveau des rimes que je ne veux même pas voir!!

Bonne chance vous avez fait un grand pas vers les lauriers.

Lebarde ému.

   poldutor   
5/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour
Très joli sonnet sur le temps qui passe, sur le passage des générations, chacun son tour, puis les enfants suivront
C'est beau c'est nostalgique, avec de bien beaux vers :
"Laisse entrer le silence et les frissons du soir"

"Ils aiment retrouver la façade couverte
Du chèvrefeuille en fleur aux senteurs d’encensoir
Et j’entends s’élever depuis leur reposoir"

"Et j’irai sans regrets, sans peur, sans résistance,
Auprès d’eux – mes aïeux – à ma place m’asseoir."

Magnifique
Cordialement
poldutor

   inconnu1   
5/5/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour,

Certes, il y a des petites erreurs qui ne font pas de ce poème un exemplaire irréprochable de classicisme et c'est vrai que c'est encore moins acceptable pour un sonnet.

Ceci dit, la technique reste de bonne qualité. Il y a beaucoup de poésie dans la manière apaisée de parler du chemin vers la mort. Bien sûr le dernier tercet éclaire le propos, mais (peut-être à cause du thème du concours) j'ai d'emblée senti que ces personnes qui entrent une à une en silence, avaient quelque chose de surnaturel et du coup, j'ai pu d'emblée ressentir la lourdeur du propos et la manière presque décalée d'en parler, ce qui m'a séduit.

le premier quatrain est mon préféré et m'a fait d'emblée basculer

Bien à vous

   BlaseSaintLuc   
5/5/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément
Ce n'est pas un"colloque sentimental", mais cela y fait penser.
J'ai eu l'impression,moi aussi, de sentir ce chèvrefeuille,
Surtout qu'il appelle à l'encensoir, autre clin d'œil, Baudelairien celui-ci.
Donc du beau monde et une très belle idée , c'est superbe,frais, évocateur, et on est dans le thème, un sans fautes.

   Myo   
5/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une très belle émotion dans ce sonnet presque parfait.
Une sérénité aussi face à ce temps qui passe et nous sépare de ceux que nous avons aimés et qu'un jour nous rejoindrons.

L'image du banc est très visuelle et ce décor aide au ressenti.

Bravo

   Miguel   
5/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
" Les derniers venus, Je les ai bien connus" ... c'est pour cela qu'ils cherchent ton regard ... il s'agit donc des fantômes d'êtres chers disparus, que le locuteur imagine, ou peut-être perçoit réellement, allez savoir ; i ils se retrouvent le soir dans ce qui fut leur lieu de vie, leur descendant les voit, ils l'appellent, et un jour comme nous tous, il les rejoindra. Beau poème, plein de grâce et de sensibilité, avec une musique douce et mélancolique, et un côté bucolique très apaisant. La mort évoquée de cette manière perd son aspect terrifiant.

   Vilmon   
6/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,
Très beau, bien écrit, les mots s'écoulent, les rimes sont riches.
Le ton est pausé, une douce introduction et une conclusion un peu triste. Accepter de mourir, d'aller rejoindre ceux qu'on aime. Ces derniers attendent patiemment. Triste, car c'est comme si on décidait que l'on préfère quitter la vie pour rejoindre la mort qui semble plus intéressante. Il y a sans doute des circonstances qui rendent la mort plus attrayante que la vie...
Soir = fin de vie, l'appel de la mort
Bravo ! C'est merveilleux ! :-)
Vilmon

   Luz   
6/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est une très belle poésie sur l'attente tranquille de la mort. Je ne sais pas si cela se déroule souvent ainsi dans la vraie "vie"... Personnellement, sauf à m'avoir fait avaler un bon litre de tisane du jardin des miracles, je ne suis pas certain de réagir de la même façon ; d'autant que je doute fort que mes ancêtres attendent que j'aille m'assoir auprès d'eux. Mais, sait-on jamais ?
J'aime beaucoup le deuxième vers.
La répétition connais/connus m'a un peu perturbé, mais peut-être que le rappel du même verbe est voulu.
Merci.

   Ascar   
6/5/2022
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Une fois lu, votre sonnet me fait trop penser au fabuleux « Harmonie du soir » de Baudelaire, par le titre et par certaines rimes rares qui en font la marque de fabrique ( reposoir, encensoir). 3 mots formant chacun une rime sont exactement les mêmes soit 20 % des rimes possibles.

Peut-être est-ce un clin d’œil voulu mais, malheureusement, aucun incipit ne le précise.

Donc, même si votre texte reste beau avec des formules originales, l’emprunt de ces rimes (on ne parle pas ici de désir/plaisir/ amour/toujours moult fois reprises) en fait une œuvre bien moins méritoire.

Je me suis toujours interdit de faire rimer ostentatoire, reposoir, encensoir car cela a déjà été fait et de manière si parfaite...

Si ça n’avait pas été le cas, je vous mettrais Un «  Beaucoup » à minima. C’est vraiment dommage car ces mots pouvaient être remplacés.

Mais s’agissant d’un concours qui prime la créativité, mon appréciation en tient forcément compte.

   Donaldo75   
15/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Allez, je me remets sur les textes du concours ; j’ai du en laisser passer une tripotée vue la fréquence de publication. En tout cas, celui-ci m’a bien plus ne serait-ce que par le message qu’il délivre et la forme du sonnet qu’il utilise pour le déployer. Le dernier tercet est à cet égard une réussite. Si je me réfère à ce que m’avait dit un poète de ce site – on ne le voit plus, c’est dommage – il y a quelques années, le sonnet est une forme ancienne de chanson. Et bien là c’est ce que je ressens, pas de la chanson du genre Eurovision ou Pop Stars ou que sais-je encore mais de la matière pour troubadours. Le ton est apaisant et va bien avec le thème ; j’aime la manière de l’aborder.

   GiL   
27/5/2022

   chVlu   
27/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Tiens donc ! j'étais passé à coté de ce texte. Un sonnet qui envoute, sous ses habits d'ode à la nature, m'a pris par la main, alors que je freinais un peu. Je suis peu contemplatif..
Le sujet est magistralement traité, la poésie est partout et une technique aboutie la sert parfaitement.

Seul mon goût du décalé, de la manipulation des mots restent sur leur fin, mais c'est une question de style.

   Bodelere   
28/5/2022
Bonjour GIL,
Après tous ces beaux commentaires, il est difficile de rajouter grand chose. Il faut bien convenir que ce poème mérite largement son classement. J'espère seulement un jour écrire un texte de cette qualité. La poésie comme on l'aime...
Bien à vous.


Oniris Copyright © 2007-2022