Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
inconnu1 : L'exil
 Publié le 27/02/18  -  17 commentaires  -  781 caractères  -  285 lectures    Autres textes du même auteur

Il leur reste surtout l'envie du lendemain,
Des bulles de rosée quand frémit le matin.


L'exil



Ils ont dans le regard des paillettes d'ailleurs,
Des coins de ciel fumant,
Des amandiers sauvages,
Des souvenirs brisés contre un lointain rivage
Qu'on récolte après coup sur des camées d'argent.

Leurs paumes sont chargées de suppliques profanes
Qu'ils puisent par poignées aux sources de l'exil,
Et qui s'enfuient déjà, en gouttes de grésil,
Accompagnant la terre
Qui coule sous leurs doigts.

Leurs souliers sont tatoués de feu, de sable et d'eau,
D'illusions égarées au pied d'un pan de mur,
Quand la braise en copeaux s'évade et s'aventure,
De village en village au gré d'un vent nouveau.

Il leur reste surtout l'envie du lendemain,
Des bulles de rosée quand frémit le matin.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
10/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
libre
j'entends déjà un râle venant de lecteurs que ce sujet peut engendrer, tant il est souvent versifié ! mais je persiste à clamer qu'il faut continuer à parler de l'exil et ses colonnes de pauvres hères sur les routes qu'ils ont tant rêvées !
L'auteur parle de ce drame sans animosité ni esprit de vengeance, mais d'espoir que ces migrants ont dans leur coeur, malgré les souvenirs de leur terre qu'ils ont sur eux, " leurs souliers tatoués de feu, de sable et d'eau " .
NB chaque strophe renferme une pépite, forme au final un baluchon si précieux ...
papipoète

   BeL13ver   
14/2/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Ce texte est plutôt contemporain, eu égard aux rimes qui le parcourent.

Si je trouve le sens de ce poème obscur, je dirais qu'il ne manque pas d'originalité et de beauté sauvage. Peut être ne veut-il pas se laisser dompter.
Il y a certains passages qui sont particulièrement maîtrisés, ciselés, assurés, tels "Quand la braise en copeaux s'évade et s'aventure" et les deux derniers vers.
Ce texte est sans prétention, et cela le rend plaisant à lire. L'exil dont il parle, je ne saurais dire duquel il s'agit ; on a presque l'impression d'une description de l'aurore. Tout cela sonne juste, malgré tout, à l'oreille, et au cœur.

BeL13ver, en Espace Lecture

   Pouet   
16/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bjr,

J'ai beaucoup apprécié cette poésie.
On est peut-être à la lisière de l'emphase mais cela a bien fonctionné me concernant.
Vraiment de très beaux vers, la première strophe est très réussie.
De la délicatesse et de la sensibilité pour un ressenti fort au final.

Pouet

   troupi   
27/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour inconnu1

belle écriture pour un sujet délicat.
Le premier quintil est particulièrement évocateur mais je ne saisis pas le sens du dernier vers et il me semble qu’argent est là pour rimer avec fumant.
pareil pour grésil et exil.
Bon, la musicalité y gagne un peu.
Mis à part ces menus détails j'ai beaucoup apprécié cette lecture.

   Mokhtar   
27/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Allez savoir pourquoi, je sens l'âme de Ferré dans ce poème...
La forme chante à mes oreilles "les poètes", même si les drôles de type ne sont pas les mêmes...
Quoique...
La vision pathétique de ces dramatiques destins de fuite a quelque chose de poétique. Comme souvent les tragédies.
Un petit regret : le dernier vers, résolument léger. Après celui qui le précède, on aurait pu conclure par quelque chose de plus signifiant, de plus profond.
Il n'en reste pas moins que ce poème est superbe. Et qu'il se lit comme il s'écoute, dans son élégante fluidité.

   PIZZICATO   
27/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un très bel écrit dédié à tous ces gens qui sont forcés d'abandonner leur patrie avec l'espoir de retrouver " l'envie du lendemain ".

Des images superbes pour définir la souffrance d'un exode.
Une musicalité omniprésente dans ce 'libre' qui pourrait aisément être mis en musique.

   Anonyme   
27/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Les deux derniers vers sont légers comme j'aime. Mais je sens quand même que c'est un peu too much ici, qu'on en fait un peu trop, qu'on oublie l'essentiel. Je pense que dans l'immédiat, c'est surtout à manger et un toit qui ne s'écroule pas qu'ils viennent chercher, plutôt que des bulles de rosée du matin qui frémissent (que j'associe avec le Champagne, allez savoir pourquoi), aussi poétique que soit ce vers.

   Anonyme   
27/2/2018
Bonjour inconnu 1...

De ce poème prometteur dès l'entame, mais à mon sens inégal pour ce qui est de la suite, je retiendrai surtout ces deux vers qui auraient d'ailleurs pu se succéder...

Ils ont dans le regard des paillettes d'ailleurs,
Des souvenirs brisés contre un lointain rivage

Quant au sujet traité je suis totalement en phase avec vous.

Bonne continuation...

   Damy   
27/2/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Poème très agréable à lire à haute voix, très musical. Ainsi, la qualité musicale de l'écriture assez classique, sert-elle un thème bien difficile à aborder. L'exil a ses classiques aussi, il ne date pas d'aujourd'hui.
J'aime bien (moi perso) le dernier vers, car oui, c'est bien à la rosée printanière rafraîchissante que le migrant aspire après l'enfer du "voyage".

"Qu'on récolte après coup sur des camées d'argent. "
C'est très beau mais je ne saisis pas le sens. Tant pis, la musique et la visualisation de "camées d'argent" me satisfont.

Merci pour cette œuvre très belle.

   Papillon26   
28/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour l'Inconnu 1

Je rejoint tout à fait papipoète sur son analyse.
Ce poème est puissant, sans fioriture. Il défile tel les belles images d'un film sobre sur ceux obligés à quitter leur terre afin de sauver leur vie.
Quelle vie les attend ?
J'aime tout particulièrement :
"Accompagnant la terre
Qui coule sous leurs doigts"
Cette terre est leur trésor...
Continuez à nous toucher, cher Inconnu 1

   kreivi   
28/2/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour Inconnu.
je ne sais pas quel genre d'exil vous décrivez (il y en a beaucoup)
je ne sais pas si vous-même avez l’expérience de l'exil
ou bien (cela semble être le cas) si votre expérience est seulement compassionnelle

A l’extrême il y a les camps de réfugiés n'importe où qu'ils soient mais toujours dans les valises des guerres.
(il y aurait environ 60 millions de réfugiés dans le monde actuellement)
C'est le désespoir, le froid, la faim, l'indifférence, l'incompréhension, les filles qui sont violées, les familles amputées, la lois des petits caïds de camps.... etc...etc...

Je pense (mais c'est un avis personnel) qu'il n'est pas très convenable de faire de la" poésie poétique" sur cette misère
en utilisant des mots superbes: camées d'argent, gouttes de grésil, bulles de rosée....)
pour décrire leur quotidien de boue, d'immondices, de rats, de diarrhées...

en tout les cas cela ne les aidera pas.

   Anonyme   
28/2/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Ce poème est de beaucoup trop "poétique" pour une situation dramatiquement alarmante. C'est ce qui m'a un peu dérangé dans cet écrit, il effleure le fond du sujet, il est poli par le flot de ces mots choisis, et étranges comme par exemple "Qu'on récolte après coup sur des camées d'argent".

J'ai bien du mal à décrocher des images vues sur "L'exil", cette catastrophe humanitaire, l'actualité nous le montre, son escalade est grandissante avec son lot de souffrances insurmontables et surtout insupportables de tous ordres. La situation empire, et l'on en découvre toute l'horreur, la cruauté des hommes pour d'autres hommes.

De ce fait, j'aurais aimé que votre texte se montre plus réaliste, j'aurais aimé un texte moins "ronronnant"

Je crois qu'il leur faut "surtout" essayer de sauver "Leur VIE, coûte que coûte, le lendemain est encore bien loin, de même "Des bulles de rosée quand frémit le matin", cela me paraît inenvisageable ... au milieu de tant de turpitudes. Leurs regards, les montrent perdus et terrorisés.

   inconnu1   
1/3/2018

   Eki   
1/3/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Poème élégant et fluide...et plein d'espérance !
On peut parler d'exil et ne pas avoir l'envie de faire pleurer le lecteur.
La vision d'un poète, cela se respecte même lorsque la vision du lecteur est différente.
Que peut attendre un migrant en exil ? le rêve d'une nouvelle existence en laissant derrière lui son vécu douloureux, c'est ce que tu dis le poème.
Eki

   Ombhre   
2/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un très beau texte sur un thème éternel. Et magnifiquement, subtilement, écrit et décrit. Le rythme est celui de ces vagues qui jettent sur nos terres ces gens venus d'ailleurs, pleins de larmes et de rêves.
J'ai adoré:
"ils ont dans le regard des paillettes d'ailleurs,
des coins de ciel fumant,
des amandiers sauvages"

et aussi:
"Les souliers sont tatoués de feu, de sable et d'eau,
d'illusions égarées au pid d'un pan de mur"

Comment dire tant de choses avec peu de mots.

Et la fin est magnifique, ouverte sur l'espoir, sans rien renier des pleurs et des peurs que l'on devine dans leur sillage.

Le choix de faire valser ensemble alexandrins et hexamètres donne de l'ampleur et du rythme.

Merci pour cette belle lecture.
Ombhre.

   David   
3/3/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour inconnu1,

J'ai trouvé le poème plein d'émotions, le thème de l'exil est traité sobrement mais de façon touchante. C'est parsemé de rimes, le premier vers pourrait être un alexandrin, des échos plus classiques résonnent dans les vers ainsi.

   Gabrielle   
15/5/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un très joli portrait...

Le talent du poète est celui d'aborder certains sujets à l'aide de sa plume et d'un sourire...

"Il leur reste surtout l'envie du lendemain,
Des bulles de rosée quand frémit le matin."

Bonne continuation.


G. Michel


Oniris Copyright © 2007-2018