Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Ioledane : Un petit peu de nous
 Publié le 02/04/21  -  16 commentaires  -  801 caractères  -  232 lectures    Autres textes du même auteur

Un petit air de rien.


Un petit peu de nous



Un petit peu de moi qui ne ressemble à rien
Un petit air de rien qui te ressemble un peu
Un éclat de miroir éteint nos premiers feux

Quelque chose pourtant s’obstine et nous retient
Un filet d’avenir ruisselle entre les lignes
Sous mes doigts, nos espoirs, et ces milliers de signes

Courant d’un point à l’autre, une trame indécise
Guide le fil pâli qui nous suit et nous lie
Au creux du temps qui passe et repasse et nous plie

La vie, un ton plus grave, et ses voix incomprises
Lamentos murmurés, notes que l’on souligne
Composent au couchant le contrechant du cygne

Juste un peu de beauté qui traîne au bout du jour
Un petit air de rien pleure et rit tour à tour
Un petit peu de nous qui s’appelle l’amour


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Cristale   
17/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une jolie façon de décliner les sonorités des fins de vers qui s'adapte bien au format tercet pour ce poème contemporain aux alexandrins parfaits.
J'aime également la non-ponctuation et je verrais même la suppression des majuscules des vers 2 et 3 de chaque tercet.

J'entends une vie de couple et le passage du temps qui rend l'amour et sa symbiose un peu moins idylliques mais qui finalement vient à bout de toutes les épreuves.

C'est joliment dit :
"Juste un peu de beauté qui traîne au bout du jour
Un petit air de rien pleure et rit tour à tour
Un petit peu de nous qui s’appelle l’amour"

Une belle écriture que j'ai eu plaisir à découvrir.
Cristale
en E.L.

   Miguel   
25/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Quel charmant poème ! Il y a quelque chose d'un chant, avec ces termes repris de manière un peu incantatoire, et c'est plein d'images et de jeux de mots qui ne sentent pas le bel esprit mais le coeur tendre. C'est touchant dans le meilleur sens du terme.

   Queribus   
27/3/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Un texte tout à fait honorable avec des alexandrins quasi parfaits, un écrit qui se lit facilement avec des mots simples et de belles images poétiques: "Un éclat de miroir éteint nos premiers feux", ""Un filet d'avenir ruisselle entre les lignes", "Au creux du temps qui passe et repasse et nous plie", etc. Sur le fonds, un petit air de rien mais une belle réflexion sur la vie, le couple et l'amour.

De la belle ouvrage qui fait plaisir pour commencer la journée.

Bien à vous.

   Donaldo75   
27/3/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J’ai beaucoup aimé la musicalité de ce poème dont le titre scande le refrain entamé dès le premier tercet. Ce refrain s’immisce dans ma lecture sous une forme subtile – pas un refrain classique comme le permet le format de chanson – et devient subliminal au fur et à mesure des tercets. La légèreté et le rythme de l’ensemble développent la poésie au point qu’elle s’ancre dans ma lecture et lui confère l’impact que l’exergue résume avec humour.

Bravo !

   sympa   
2/4/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Ioledane,

Que c'est beau !
J'aime beaucoup la musicalité des alexandrins et les nombreuses images dans une poésie émouvante et touchante .
L'ensemble est harmonieux et empli de douceur.

Je suppose que le manque de ponctuation est voulu? Ça ne me dérange pas.

Juste un peu de beauté qui traîne au bout du jour
Un petit air de rien pleure et rit tour à tour
Un petit peu de nous qui s’appelle l’amour.

Magnifique tercet final .

Une très belle lecture.

   Robot   
2/4/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Une bonne idée que de n'avoir pas forcé pour obtenir le classique. Je pense que la rythmique, la musicalité, les mots et les rimes n'auraient pas eu cette fluidité que l'on ressent à la lecture. L'ensemble nous offre à la fois un air de légèreté et de conviction qui personnellement m'a séduit. Je ne choisi pas entre les tercets, tous servent à merveille le récit et se complètent pour donner un tableau lyrique fort agréable.

   apierre   
2/4/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un petit air de rien si délicieux.Une lecture fort agréable.De belles sonorités, de simples et jolies images.J' ai beaucoup apprécié.
Bravo et merci pour ce doux moment de lecture !

   Dugenou   
2/4/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Beaucoup de douceur, de tendresse dans ce texte.

"Un petit peu de moi qui ne ressemble à rien
Un petit air de rien qui te ressemble un peu" : quelque chose se dessine entre ces deux êtres... un amour atypique, anticonformiste, une forme d'espoir atypique, inattendu autant qu'inespéré... contre vents, marées, et surtout, apparences.

"Quelque chose pourtant s’obstine et nous retient". De quoi alléger le coeur du lecteur.

Dugenou.

   inconnu1   
2/4/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Voila la force du contemporain quand il s'assume. Je lis les vers d'un seul trait rapidement et sans m'attarder sur le sens mais simplement en absorbant la musicalité des allitérations et des répétitions de phonème : "guide de fil pâli qui nous suit et nous lie"; "composant au couchant le contrechant du cygne". Quand je lis ces vers hors contexte, je ne cherche pas de message fort, je ne cherche même pas à savoir ce que cela veut dire, mais peu importe, c'est joliment dit. J'ai envie de décliner les vers avec le tempo d'un Jacques Brel dans une valse à mille temps.

bien à vous

   Damy   
2/4/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Quelle délicatesse et quelle élégance pour évoquer le temps qui passe mais qui n’a pas raison de l’amour qui survit au crépuscule des ans. Je suis charmé.
Je suis très sensible à la musique de ces tercets en alexandrins parfaitement rimés. Votre poème se prêterait bien à une chanson parmi les plus romantiques (Brel, Aznavour… et pourquoi pas Barbara) :
« La vie, un ton plus grave, et ses voix incomprises
Lamentos murmurés, notes que l’on souligne
Composent au couchant le contrechant du cygne »
C’est vraiment très beau.

   ANIMAL   
2/4/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Superbe composition, équilibrée, délicate et sensible. Chaque vers porte l'harmonie du tout et c'est un régal de lecture, y compris à voix haute.
Un poème aux subtiles allitérations, qui berce comme la mer pour raconter l'amour.
Chaque mot est à sa place.

   papipoete   
3/4/2021
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Ioledane
un petit peu de nous, de toi et de moi ; le miroir sait nous montrer le fruit de notre amour et les murs renvoient l'écho de ces cris, de ces rires qui nous emplissent de joie...
NB ceci est mon interprétation, un bout ce chou qui va et vient, respire de bonheur et le communique à longueur de jour...
dodécasyllabes chantant tels haïkus étirés de quelques pieds...

   Hiraeth   
3/4/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très beau poème, un peu hermétique parfois mais toujours intéressant et agréable à lire, à la construction subtile et au rythme charmant comme une chanson populaire. Une approche de l'amour tout en légèreté et délicatesse, un amour vainqueur des illusions, qui perdure malgré la mort des premiers feux, tissé par on ne sait quelle puissance mystérieuse.

Je regrette juste la ponctuation un peu irrégulière : il me semble préférable en poésie d'opter pour le tout ou rien.

   Myo   
4/4/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Dans la simplicité de ce peu de nous se crée toute la différence qui permet de cimenter l'amour même lorsqu'il perd de sa fougue.
Des mots simples pour dire l'essentiel de ce qui lie deux êtres et leur donne l'envie de poursuivre côte à côte la route.

Un écrit musical et doux comme un bisou.

Merci

Myo

   GiL   
5/4/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément
Quel beau poème ! Qui respire, qui prend au classique tout ce qu’il a de bon et en délaisse le corset.

La délicatesse des vers, leur musicalité m’empêchent d’en approfondir le sens. Je ne vais pas chercher à analyser à la va vite, je vais faire ce dont j’ai l’habitude quand je rencontre un poème qui me touche vraiment : l’apprendre par cœur pour le découvrir un peu mieux à chaque fois que je me le récite mentalement…

Rendez-vous donc dans quelques mois pour la fin de mon commentaire.

   Ioledane   
6/4/2021


Oniris Copyright © 2007-2020