Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
irisdenuit : Un signe de mon père
 Publié le 16/06/14  -  12 commentaires  -  866 caractères  -  408 lectures    Autres textes du même auteur

J'étais très attachée à mon père. Après son décès, il y a maintenant six ans, j'aurais tant aimé avoir un signe de lui et connaître la vérité sur… l'inexplicable.


Un signe de mon père



Mon père a pris un nouveau départ
il s'est envolé vers un ailleurs étoilé
une prière sur le traversier de ses lèvres
conjuguant le paradis, l'enfer, le bien, le mal
et la couleur de la vie après la vie
au cœur de sa foi en la religion

depuis le débarquement de son âme
dans un monde parallèle

rien

aucun frôlement d'aile sur la mémoire de ma peau
ni de forme lumineuse ou d'ange errant
dans le tunnel de mes nuits
pas même un message de l'au-delà
inscrit sur le ciel de ma conscience

aucun signe

est-ce que tout a vraiment pris fin
lorsque j'ai porté en terre
son corps inhabité ?

dans mon univers ne subsistent de lui
que l'ombre opaque du deuil
son chapelet de croyances à côté de mes doutes
et le mystère de la mort


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   RB   
27/5/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le mystère de la mort... un mystère pour ceux "qui restent" dans leur attachement, leur souvenir, le vide créé par le départ de l'être "perdu à jamais".
Rien, aucun signe de manifestation d'une conscience qui veille sur vous, le doute qui grandit, qui peut dévorer jusqu'au souvenir dans une sorte de reproche confus mais tout autant compréhensif à défaut d'être compréhensible puisqu'il ne se dit, ne s'échange rien.

Ce texte est très bien écrit. D'après l'incipit (je suis en prélecture), l'auteure est une femme. L'attachement des filles à leur père est vraiment différent de celui des fils, tant à leur père qu'il faut quelque part un peu "combattre", qu'à leur mère vite recherchée chez la compagne, même si ce n'est plus vraiment accepté à notre époque.

J'aime beaucoup sa sobriété à ce poème, sa concision, ses retours à la ligne, notamment "rien" et " aucun signe" qui, placés de la sorte, expriment parfaitement le silence et l'attente.
Traversier m'a surpris, l'auteure doit être canadienne puisqu'aucun dictionnaire ne m'a proposé un usage sous forme de substantif. Peu importe, l'image se dessine toute seule sur ce visage en prière.

Ce rappel également d'un monde qui fût celui de nombre de générations où le respect des valeurs (bien / mal) conditionnerait l'accès à une forme d'éternité (paradis / enfer). Quelle absurdité... arrogante.

Je veux relever le plus beau vers : "aucun frôlement d’aile sur la mémoire de ma peau" dans cette écriture toute simple et limpidement expressive de toute sa pudeur.

   Anonyme   
16/6/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
" Aucun frôlement d'aile sur la mémoire de ma peau" juste pour ce vers, ce texte déjà valait le détour.
Bonjour irisdenuit, quel touchant message à ce père décédé. S'il ne répond pas, c'est que certaines choses en vous savent déjà que c'est inutile qu'il le fasse. Le fait qu'il pourrait le faire, que vous espérez ce signe, donne toute l'ampleur de votre foi en cet autre monde où il repartit.
Et par cet absence de signe qui révèle votre foi, vous apportez peut-être beaucoup, de façon inconsciente, à ceux qui pensent errer dans un monde absurde. Merci à vous pour ce texte magnifique.

   Anonyme   
16/6/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je trouve le thème du "mystère de la mort" très bien amené. Car il dépasse la question de la croyance en elle-même.
Un premier paragraphe expose une situation : le décès de ce père, de ce père croyant.
Et cette croyance semblait inébranlable à l'auteur, c'est ce qui transparaît dans les mots :
"depuis le débarquement de son âme
dans un monde parallèle"

Dans le paragraphe suivant, l'auteur, de manière très poétique à mon sens, détaille ce qu'elle attendait comme signe de l'au-delà.

Puis le poème aborde le présent, avec ce vide et d'immenses questions et doutes.

C'est un sujet qui me touche, non par son questionnement, mais par la manière dont il est évoqué.

   newman   
16/6/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour,
Un poème sobre et pudique.
Et puis toujours en arrière plan ce mystère de la mort et toutes ces interrogations qui s'y rapportent.

votre poésie est très bien écrite et expressive de vos propres sentiments envers votre père.
les mots "rien" et "aucun signe" marquent fort le sujet abordé et le lecteur.

merci

   Lulu   
16/6/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai été très touchée par ce texte. Le mystère de la mort court sur tout le poème avec vos questions qui sont aussi parfois quelque part les nôtres.
J'ai aussi aimé quelques tournures de phrases comme " le tunnel de mes nuits" ou encore "le ciel de ma conscience".

Douces pensées,
Lulu

   HELLIAN   
16/6/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Ayant pris connaissance de ce texte en espace lecture et je m'étais abstenu de lui décerner un commentaire. Le voici publié, je puis m'exprimer sans porter préjudice. Ce qui, en effet, me laisse insatisfait, c'est une expression que j'ai difficultés à placer dans le registre poétique. Il est vrai que l'on pourrait opportunément m'objecter que les classifications sont obsolètes, voire inopportunes et que la poésie les transcende et ne doit pas s'en embarrasser. Il n'en reste pas moins que si le propos et le désarroi ici exprimés sont pertinents, si je les fais mien, je ne leur attribue guère d'acuité émotive à tout le moins dans leur formulation. Les doutes, les interrogations me paraissent trop directement exprimés :

Mon père a pris un nouveau départ
il s'est envolé vers un ailleurs étoilé
une prière sur le traversier de ses lèvres
conjuguant le paradis, l'enfer, le bien, le mal
et la couleur de la vie après la vie
au cœur de sa foi en la religion

Ainsi, je ne vois rien la qui puisse relever d'un propos poétique, ni dans le choix des mots, ni surtout dans leur agencement.. En clair, rien de très surprenant et je demande à la poésie de me surprendre.

En revanche, le passage suivant répond à mon attente :

aucun frôlement d'aile sur la mémoire de ma peau
ni de forme lumineuse ou d'ange errant
dans le tunnel de mes nuits


J'aurais aimé que tout soit de cette force qui donne un frisson à la mesure du sujet.

   wancyrs   
17/6/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut Iris,

Perdre un être cher c'est toujours douloureux, et ça l'est encore plus lorsqu’on avait une relation privilégié avec lui... J'ai toujours pensé qu'il y a une essence immortelle dans la conception de l'homme, voilà pourquoi nous n'acceptons pas que tout prenne fin après la mort ; et en fait, tout prend-t-il fin après la mort ? Bien que la bible dit : " Il n'y a pas de science après la mort", elle dit aussi que néanmoins rien ne s'achève avec la mort.

Bien de gens disent avoir vu ou senti un être cher disparu, que ce soit en songe, en rêve ou par personne interposée. Je ne suis pas fan de cette croyance-là, mais c'est un moyen comme un autre pour la nature de communiquer avec les hommes. Reste alors à pouvoir demeurer objectif dans le message délivré...

Ton père devait être un homme exceptionnel pour que tu continues à vouloir communiquer avec lui... néanmoins, sois forte dans l'épreuve.

Wan

   Francis   
17/6/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Sous la plume, les mots traduisent pudiquement le grand vide ressenti et l'espoir d'un signe qui briserait la peur du néant.
Voilà dix ans déjà que je partage les sentiments que ce poème ravive.

   Marite   
17/6/2014
 a aimé ce texte 
Bien
Ce texte est émouvant par le contenu. Effectivement, très souvent on attend, on espère un signe de la personne chère qui nous a quitté.
Les mots qui surgissent et s'imposent même parfois sont importants et participent à l'acceptation de l'absence. Ils sont particulièrement bien agencés dans passage suivant pour traduire, poétiquement, le ressenti profond :
" aucun frôlement d'aile sur la mémoire de ma peau
ni de forme lumineuse ou d'ange errant
dans le tunnel de mes nuits
pas même un message de l'au-delà
inscrit sur le ciel de ma conscience "

Je suis tentée de dire que, s'il n'y a aucun signe ... c'est que tout a été dit et transmis avant le grand départ, donc, tout est bien et il ne doit plus y avoir d'inquiétude.

   framato   
18/6/2014
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour irisdenuit,

En dehors du deuxième vers, j'ai trouvé ce poème à la fois très touchant et assez original dans sa forme sur un thème souvent utilisé...
Personnellement je trouve que la première strophe est la moins bonne (encore qu'elle soit indispensable pour introduire le thème)...
On aurait peut-être pu la résumer en un titre : Papa est mort et passer directement à la seconde strophe... Je crois que l'effet aurait été plus "percutant", mais ce n'est que mon avis à moi.

La seconde parie, avec le débarquement de son âme, est très très belle.

Il me semble que la dernière strophe aurait également gagné à plus de concision :
ne subsistent de lui
que l'ombre du deuil,
son chapelet face à mes doutes

Le mystère de la mort.

Il me semble que les mots retirés créaient redondance, mais c'est votre texte, et je me trompe sans doute.
N'empêche, un rien de moins et je crois que le texte aurait gagné en puissance.
Il reste qu'il est très bon tel quel et surtout que c'est le vôtre et pas le mien.
Je l'ai vraiment aimé, je crois juste qu'il aurait pu être un rien plus "coup de poing".

Un texte touchant et par moment magnifique : depuis le débarquement de son âme , chapeau !

   margueritec   
21/6/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Oui, ce texte est émouvant, bien vu. Mais il ne correspond pas à mes attentes d'un poème. Tout est dit trop explicitement excepté quelques belles images comme "le traversier de ses lèvres" ou "la mémoire de ma peau" qui donnent de l'envol à ce poème.

   Bleuterre   
24/6/2014
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour, ce poème est émouvant, car il parle d'un sujet sensible et aborde celui-ci sous l'angle de l'intime, cependant, j'aurais aimé, pour un poème plus de métaphores et d'images, ici je trouve une écriture un peu trop prosaïque à mon goût et du coup, je n'ai pas tout le charme poétique attendu.


Oniris Copyright © 2007-2019