Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Ithaque : Promesse sépia
 Publié le 05/06/18  -  12 commentaires  -  1478 caractères  -  166 lectures    Autres textes du même auteur

Quand l'enfant questionne l'adulte...


Promesse sépia



« Te souviens-tu ? la Saint-Martin ? »
L’enfant me fixe, me questionne...
Sur le pont en fête, à Bayonne,
Chapeau de clown et serpentins,

Des confettis dans le regard !
Juillet avance sous la braise,
Les confiseurs font des anglaises
Que son envie dévore, hagard,

Tandis que, porté par le vent,
Le fandango court les ruelles,
Tambourins, txistus et dentelles,
Piments rouges aux contrevents.

Mais... ce qu’il attend... est... là-bas
Du côté de la Place d’Armes !
Ô féeries, ô doux vacarmes
Des manèges, des fiers-à-bras

Prêts à boxer pour quelques sous,
Non loin du petit-train-mystère
Qui, dit-on, peut quitter la terre
En revenant par en dessous !

L’enfant y croit comme au bon Dieu,
– Magie de l’âme, espoir du rêve ! –
Et l’enthousiasme le soulève
Sur la pointe des pieds, radieux...

Puis, comblé, dans le tortillard,
En immobilité parfaite,
Il se dit « pour toujours la fête ! »
Ferme ses yeux... jusqu’à... plus tard !...

*************

Plus tard est là... je me souris...
Le gamin de cinq ans me presse :
« As-tu tenu notre promesse ?
Te souviens-tu ? notre pari ? »

Je range la photographie
Sépia, cornée, au portefeuille
Et suis une envolée de feuilles,
Tourbillons et chorégraphies,

Autour du banc... où je m’attarde.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Gabrielle   
27/5/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce poème porte sur le souvenir, ici des souvenirs d'enfance.

Le narrateur fait une rétrospective sur le passé et s'interroge sur sa "promesse Sépia".

Un texte qui se rapporte à l'intimité où les émotions sont partagées avec talent avec le lecteur.

Merci à vous.

   sympa   
5/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Votre poème riche en sovenirs d'enfance me fait penser aux fetes de Bayonne, mais je me trompe peut etre....
Toujours est il que j'ai beaucoup aimé me plonger dans la lecture de vos souvenirs.
ce fut un moment agréable .

   Marite   
5/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Ithaque et merci pour cette échappée au pays de l'enfance ... au travers de ces vers et des situations évoquées, je m'y suis un peu retrouvée, avec bonheur ! Les deux derniers quatrains permettent de quitter ces instants magiques et de les replacer, en douceur, dans nos souvenirs. Le dernier vers fait apparaître une image très concrète ...

   PIZZICATO   
5/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une kyrielle de souvenirs émanent de cette " photographie sépia, cornée ".
L'enfant se fait des " promesses " et l'adulte s'efforce de les tenir, si le destin consent...
Deux époques décrites avec sensibilité et délicatesse.
Artiste accompli, Dom...

   papipoete   
5/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Ithaque
Les flonflons des manèges montent de tout côté, fermant les yeux je me revois enfant, un photographe nous visant Maman, Papa et moi ! J'entrouvre les yeux, les referme sur un cliché " sépia ", et je revois la fête, les confétis, les confiseurs et le petit train mystère ; à moi << te souviens-tu ? >>
Oh oui, le tortillard qui disparaissait pour réapparaître au-dessous de la Terre !
NB la photo a jauni, s'est cornée mais son image est toujours aussi nette et le souvenir restera !
La photo de l'auteur est en chacun de nous ; ne la perdons pas ... pour pouvoir regarder bien plus tard !
les rimes " bas " et " bras " ne s'accordant pas, sont-elles la raison du " contemporain " ?

   leni   
5/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Joli poème sur les souvenirs d'enfance couleur sépia

Prêts à boxer pour quelques sous,
Non loin du petit-train-mystère
Qui, dit-on, peut quitter la terre
En revenant par en dessous !

du rêve de la tendresse plus vrai que vrai
merci pour ce texte qui nous amène à fouiller dans notre passé Merci et Amitiés LENI

   Recanatese   
5/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
un très agréable moment de lecture, de fort belles images qui donnent du relief à la narration de ces souvenirs d'enfance.
La photo est certes cornée mais la fin de votre écrit donne à penser que le petit devenu grand a bien tenu sa promesse. En tout cas j'aime le percevoir ainsi.
Le poème est par ailleurs très bien ponctué, très vivant. Rien de figé sur cette photographie sépia.
Merci à vous et au plaisir de vous relire.
Recanatese

   jfmoods   
5/6/2018
Ce poème est composé de 9 quatrains et d'un monostique en octosyllabes. Les rimes, embrassées, sont pauvres, suffisantes et riches. Seul le dernier vers ne fait pas écho.

Les deux premiers vers préparent la plongée temporelle par l'exigence d'un retour sur soi (inversion du rapport de force : "L’enfant me fixe").

Se lève alors, des vers 3 à 28, porté par la force de l'exaltation (allégories : "Juillet avance", "Le fandango court les ruelles", "l’enthousiasme le soulève / Sur la pointe des pieds", fantasmagorie : "petit-train-mystère / Qui, dit-on, peut quitter la terre / En revenant par en dessous", vocable soulignant l'émerveillement : "féeries", points d'exclamation, points de suspension, apostrophes), le souvenir lointain, enchanteur, d'une fête estivale basque, moment intense où tous les sens sont réinvestis (vue : "Chapeau de clown et serpentins", "Des confettis dans le regard", vue et goût : "Piments rouges aux contrevents", goût et odorat : "Les confiseurs font des anglaises", "son envie dévore", ouïe : "Tambourins, txistus", "doux vacarmes / Des manèges", toucher : "sous la braise").

Les vers 29 à 37 referment doucement ce livre d'images. La jonction a pu s'établir entre l'adulte et l'enfant (verbe pronominal : "je me souris", périphrase : "Le gamin de cinq ans"). Le constat final s'impose, lumineux : la capacité à s'enchanter a résisté à l'usure du temps ("Je [...] suis une envolée de feuilles, / Tourbillons et chorégraphies, / Autour du banc... où je m'attarde").

Merci pour ce partage !

   Eclaircie   
6/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Ithaque,

Beaucoup de musicalité, de douceur et de tendresse dans ce poème.
"Sépia", bien sûr évoque ces photos du temps de nos enfances et celle que vous décrivez est joliment mise en scène.
J'ai fais, par votre écrit, connaissance avec le txistus qui m'était inconnu.

L'adulte regarde cette photo avec sans doute une certaine mélancolie, tant il est impossible de faire de chaque jour d'une vie, une fête. D'ailleurs seul en enfant pouvait y croire.

Merci du partage.

   Pandelle   
6/6/2018
Une poésie légère, agile, qui pose, parfois, les pieds sur quelque chose de fragile, un peu comme la "danse du verre".
(Puisque vous parlez de txistu vous auriez pu parler de ttun ttun plutôt que de tambourin!)
Il y a de la saveur aussi, un peu comme l'omelette aux piments verts, succulente, mais qui brûle l'estomac quand on va se baigner, à minuit, dans l'océan (à moins que ce soit le vin blanc, on ne sait plus trop mais bon, ça vaut mieux que de sauter du pont Pannecau!) :)
En résumé, belle photo!
(Je ne suis pas très fan des points de suspensions, surtout quand il y en a beaucoup. Les plus pertinents sont ceux du dernier vers, les autres sont superflus, à mon avis.)

   Cat   
7/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Ithaque,

Sépia, c'est un des premiers mots autour duquel j'ai tourné, des images plein la tête. J'avais une dizaine d'années. Il y avait, d'un côté les couleurs, de l'autre le noir & blanc, et entre ces deux finalités : le sépia, avec ses airs rétro aux accents joyeux timbrés de sanglots retenus. Un peu comme si une tranche de vie s'était retrouvée fossilisée dans une couche de marne protectrice. Tout se serait retrouvé figé en l'état, les sourires sur les visages, le bonheur de l'instant, les flonflons du bal, tout... Et depuis ce temps, à chaque fois que je retombe sur ce mot, sépia, les mêmes émotions me reprennent aux tripes.

Tout ça pour te dire à quel point ton poème me touche, tant la photo cornée dans le portefeuille ravive des souvenirs teintés de cette touche si particulière. Surtout nimbé par tes mots à la douce tendresse - « Des confettis dans le regard » est à tomber - et surtout ce moment où l'on comprend que cette promesse de gamin « toujours la fête ! » ne sera pas toujours facile à tenir, car ainsi va la vie...

Merci pour l'émotion partagée.
A te relire, t'écouter encore.

Cat

   Provencao   
7/6/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
"Je range la photographie
Sépia, cornée, au portefeuille
Et suis une envolée de feuilles,
Tourbillons et chorégraphies,"

Belles images et souvenirs où certes, on raconte son enfance, mais ce poème n’est ni le simple témoignage de ces souvenirs, ni sa pure évocation : on est pris par l'histoire et le poème le produit.

Belle rencontre entre " Te souviens-tu?" et"l'enfant y croit" aussi importante que l'histoire elle-même manifeste du souvenir.

Au plaisir de vous lire
Cordialement


Oniris Copyright © 2007-2018