Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
izabouille : Le monde à l'envers [Sélection GL]
 Publié le 21/08/18  -  16 commentaires  -  3032 caractères  -  134 lectures    Autres textes du même auteur

Inspiration express après une balade.


Le monde à l'envers [Sélection GL]



Caché derrière un bouton d'or,
un chêne s'endort.
Parti avec un pissenlit,
un peuplier sourit.

Le trèfle a perdu sa quatrième feuille,
elle s'est envolée avec un écureuil.
Et que dire du muguet,
ses clochettes font des pets.

Ça sent la rose
à un kilomètre à la ronde,
et ça rend moroses
toutes les fourmis du monde.

L'érable a peur des oiseaux de malheur.
Ils font des nids dans ses hauteurs.
Des nids empoisonnés
remplis de plumes cendrées.

Des nids pleins d'amertume
que les hiboux écument,
de leur bec ensanglanté,
par les combats de coqs armés.

Les coccinelles et les sauterelles
ont refusé de manger les hirondelles.
Mais les guêpes audacieuses
ont dévoré les mouettes rieuses.

Elles se moquaient d'un phoque
qui avait des idées loufoques.
Une libellule a vendu son âme
à un caïman qui crachait des flammes.

Et les abeilles ont façonné
des pots de miel en béton armé.
Les araignées tissent des cottes de mailles
et les chenilles écrivent en braille.

Les cerfs ont des cornes de rhinocéros
et l'ours brun n'a plus rien de féroce.
Il est devenu un chat en peluche
qui ronronne sous les paluches.

Plus rien ne va
dans ce monde de rats.
Les chats ne sont plus gris,
même la nuit.

Les chiens n'aboient plus,
les caravanes ne passent plus.
Les colombes ont perdu leur blancheur
mais les crapauds sont toujours baveurs.

Le mille-pattes a perdu une chaussure
et le bourdon déteste la confiture.
Le pinson a égaré sa gaîté
sur un boulevard mal famé.

Et toutes les poules ont une rage de dents
parce que le coq a craché du sang.
Il n'a plus de crête,
pauvre petite bête...

C'est un moustique
qui la lui a volée,
une drôle de bique
qui avait un gros nez.

Il a dit je te prends ta couronne,
c'est pour une lionne.
Elle n'a plus aucun bijou,
c'est à cause de son époux.

Il l'a quittée pour une gazelle,
à l'œil de biche mais sans cervelle.
Une gazelle qui aime un lion,
on n'a jamais vu ça dans la région.

Mais l'amour n'a aucune frontière,
lui a répondu le pivert.
Il a eu le coup de foudre pour une girafe
qui s'était fait mettre en carafe
par une armée de poissons volants
qui voyageaient avec un varan.

Les diables ont déserté la Tasmanie,
ils ont filé vers la Russie.
On les a vus en mer de Chine
parler avec une ballerine.

Elle cachait des papillons sous son tutu,
tous envolés, tous disparus.
Elle a pleuré, elle a dansé,
et tous les océans se sont retournés.

Les méduses ont fait pousser des ailes
à tous les oursins infidèles.
Les mers ont ravalé leurs enfants
et les forêts ont délivré les rêves d'antan.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Vanessa   
5/8/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,
L'idée de ce monde à l'envers est sympathique .
Il n'y a pas suffisament de rigueur rythmique pour rendre la lecture agréable.
Et puis surtout, il n'y a pas de fin à votre texte.
Une petite conclusion aurait été bienvenue.

   Eclaircie   
7/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Les balades réussissent à l'auteur qui nous livre là un bestiaire original.
Parfois un peu long, un peu monotone dans la construction, trop souvent selon le schéma sujet-verbe-complément.
Mais pour compenser l'imagination se taille la part du lion.

Un bon moment de lecture, merci du partage.

Éclaircie

   lucilius   
9/8/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Cette longue énumération de loufoqueries me semble issue d'un défilement d'idées plus ou moins incongrues, chaque strophe ouvrant la porte à une autre qui se voudrait encore plus renversante. Fort bien, mais l'impression qui en ressort est celle d'une plume qui en est à ses balbutiements ; donc cahoteuse, peu aboutie, au travail imprécis. Et la profusion de rimes plates (ou suivies) ne valorise pas l'ensemble. Je suis désolé, mais ce texte où la flore est "avalée" par la faune n'a de renversant qu'une écriture aux accents juvéniles.

   Brume   
10/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Quelle imagination. Je trouve le poème un peu long mais j'ai passé un bon moment. J'ai souris pendant toute ma lecture.
Gros coup de coeur pour cette strophe pleine de grâce :
- " Elle cachait des papillons sous son tutu,
tous envolés, tous disparus.
Elle a pleuré, elle a dansé,
et tous les océans se sont retournés. "

J'aime moins la 11eme strophe que je trouve trop banale, voire ennuyeuse et sans charme.

Par contre je trouve très dommageable ce "nids " répété 3 fois et de plus très rapproché à la 4ème et 5eme strophe.
Il aurait été préférable de trouver d'autres termes.

Une poésie loufoque comme il y en a peu sur Oniris, et ça fait toujours plaisir d'en lire surtout quand l'écriture est de bonne qualité. Les images sont fortes et surprenantes.

   Anonyme   
21/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
L'idée est amusante pour une illustration de l'expression " Le monde à l'envers ".
Certaines strophes m'ont fait sourire. Mais l'écriture, à mon avis, reste un peu superficielle.
J'ai trouvé ce texte un peu long malgré tout.

   Anonyme   
21/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Au début c'est très bien commencé; mais je trouve que l'auteur de ce beau poème a vite oublier le rythme initiale pour plus penser aux descriptions de ce monde à l'envers.
un beau texte pour nous rappeler le monde dans lequel nous vivons, mais faudra penser à retravailler les aterrisages( penser à bien conclure le poème pour donner une idée fixe et finie aux lecteurs )

   Anonyme   
21/8/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour Izabouille.

Je trouve l'ensemble vraiment très scolaire, l'effet des rimes non croisées dans ces vers plutôt brefs renforçant cette impression.
Je vois votre très long poème comme un empilement d'idées courtes.
Alors bien sûr, cela doit être sympathique à écrire mais je ne crois que très modérément à 'l’immédiat' (comme l'indique votre préambule) incisif et saisissant en matière de poésie.
Il y a pourtant le départ de beaucoup de choses, mais qui tombent à l'eau, à mon sens, et sans que je puisse les sauver.
A vous lire.

   hersen   
21/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Le gros problème que je ressens à la fin de la lecture est que l'auteur n'a pas su faire de choix pour illustrer son propos. Pour frapper, il vaut mieux faire court, surtout quand tout est construit sur ce qui finit par être sans surprise. Alors l'étonnement du début, qui m'a plutôt bien disposée pour lire le texte, s'est mué en une sorte de routine.
Et je trouve que c'est très dommage, car il y a de bonnes choses, des bonnes trouvailles.

Je n'ai pas compris la raison d'une 17ème strophe plus longue que les autres de deux vers qui déstabilise dans le rythme.

Mais l'auteur a de l'imagination, je le relirai avec plaisir.

   Lulu   
21/8/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour,

J'ai trouvé ce texte intéressant sans y trouver beaucoup de plaisir. Cela tient notamment à la longueur du texte. Je crois qu'on peut faire de longs poèmes, mais il faut trouver le rythme et la tension nécessaires pour capter l'attention du lecteur. Ici, je trouve que c'est un peu trop long...

Cela dit, il y a de belles trouvailles, comme ici :

"Plus rien ne va
Dans ce monde de rats
Les chats ne sont plus gris
Même la nuit"...

Ensuite, je trouve dommage que vous ayez poursuivi avec d'autres proverbes… Ce qui fait le charme du texte, c'est l'invention, le côté créatif, non le côté répétitif dans lequel on semble tomber, finalement…

Avec ce titre, "Le monde à l'envers", j'imagine qu'il y a, en effet, beaucoup à dire, mais je crois sincèrement qu'un texte plus court aurait été plus percutant.

Tous mes encouragements.

   jude-anne   
22/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Izabouille,
"Sur le plancher, une araignée se tricotait des bottes.
Dans un flacon, un limaçon enfilait sa culotte."
Vous m'avez fait sourire, revenir en enfance...
Bon c'est parfois un peu long, il y a beaucoup de répétitions mais l'idée est bonne. Vous vous jouez des mots et jouer avec eux.
ça peut être ludique la poésie.
A vous relire.

   Queribus   
22/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Votre poème apporte une note de fraicheur et d'humour,ce qui n'est pas si fréquent en poésie; toutefois, le poème me semble trop long avec une superposition d'images qui finit par donner un côté un peu monotone à l'ensemble.

Le tout fait preuve d'un sérieux travail mais il mériterait, je pense, d'être repris et simplifier pour y gagner plus d'efficacité.

Bien à vous.

   Willis   
22/8/2018
Il est des promenades qui loin de rasséréner, perturbent. Cela semble être le cas, ici.
Plus sombre et négatif que vos impressions, c'est la dépression profonde.

Est-ce de l' humour noir ? Dans ce cas, vous excellez, et je propose d'ajouter la Poésie Noire, aux formes déjà existantes.

Ce qui donne un peu de répit, à ce chaos :

Il a dit je te prends ta couronne,
c'est pour une lionne.
Elle n'a plus aucun bijou,
c'est à cause de son époux.

Il l'a quittée pour une gazelle,
à l'œil de biche mais sans cervelle.
Une gazelle qui aime un lion,
on n'a jamais vu ça dans la région.

   papipoete   
22/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour izabouille
vous vous lancez dans cet exercice tellement difficile de faire sourire, si non rire ; rien que pour cela votre poème vaut d'être lu et savouré dans ses tournures farfelues " à l'envers " !
Chaque strophe recèle une pépite, un zircon tout du moins, et la gageure est largement atteinte !
Je voudrais avoir votre coup de plume, pour de temps en temps égayer le lectorat et m'entendre dire << vous nous avez fait bien rire ! >>
Bravo pour la performance, et surtout, récidivez !

   JcJaZz   
22/8/2018
Burlesque, totalement surréaliste et puis drôle de surcroit
J'aime beaucoup ce genre poésie qui sort des sentiers battus
Par contre, dommage qu'il soit un peu trop long à mon goût ce qui dilue les remarquables et excentriques images
Et puis je rejoins Vanessa, une conclusion aurait parachever cette œuvre originale dans le style surréaliste : "ceci n'est pas poème"
Merci et bravo

   solo974   
29/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour izabouille.
Un titre très bien choisi et de l'humour à revendre.
J'ai préféré certaines strophes - la première et la quatrième, notamment, m'ont beaucoup plu en raison de leur caractère poétique intrinsèque - à d'autres. Mais ce n'est là que mon point de vue.
Un poème inégal, qu'il aurait peut-être fallu "resserrer", mais un joli brin de plume de toute évidence.
Excellente continuation à vous.

   siracolan   
31/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai bien aimé ce texte, un poil long, mais révélateur d'une singularité, d'une originalité, d'une personnalité si rafraichissante et tellement bienvenue !

j'enlèverai quelques lourdeurs, évitez peut-être les "parce que", "car qui" etc pour gagner encore de la légèreté mais gardez bien votre poésie et votre fantaisie.


Oniris Copyright © 2007-2020