Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
JamesLuckard : Hors des murs
 Publié le 04/02/18  -  9 commentaires  -  300 caractères  -  150 lectures    Autres textes du même auteur

Un court texte, un court appel poétique à la dignité humaine.


Hors des murs



Aussi loin que la mer nous porte,
Les images passent.
Quand notre regard vague se pose,
Le vide nous répond.
La solitude nous rassemble,
Unis par la peur sans visage.
Inondé par les larmes pudiques des âmes perdues,
Notre bateau ivre boit notre santé.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eccar   
21/1/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,
Quand un texte est court, il doit être intense. C'est mon avis. Ici, j'ai du mal à ressentir cette intensité. J'ai lu et relu. C'est aisé puisque c'est court. J'ai imposé en moi les images que vos mots voulaient créer. J'ai retenu qu'une seule bonne réflexion "unis par la peur sans visage."
Par contre "le bateau ivre" qui se veut référence, je l'espère, est trop célèbre, trop fortement marqué en notre inconscient pour être utilisé dans votre texte relativement léger.
Désolé.

Eccar

   solo974   
24/1/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour,
Je n'ai pas aimé votre poésie libre.
Tout d'abord, je n'ai pas compris son exergue : je ne vois pas dans votre texte, en effet, de réel "appel poétique à la dignité humaine". Mais ce n'est là, bien sûr, que mon point de vue.
De plus, la référence explicite au "bateau ivre" de Rimbaud ne m'a pas convaincue.
Enfin, l'expression "boit notre santé" est trop prosaïque selon moi.
Désolée.

   Provencao   
26/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un appel poétique à mon sens à la mesure de la dignité humaine qui repose toujours sur sa propre réflexion, qui est celle du Bien et du Respect.

j'ai trouvé votre texte, bien que peu court, prioritaire, voire urgent.
Même si la lecture demande de l'attention, en vos mots forts et riches

Tout un chacun, sa dignité ont trouvé là de passionnants défenseurs.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   papipoete   
4/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour JamesLuckard
gageure que de retenir sa plume, surtout quand elle meurt d'envie de s'épancher !
NB vous la retenez bien, tel un mustang fougueux, alors elle glisse sur le papier, des traces de larmes sèches, des frissons de solitude, et " votre bateau ivre " vogue aussi loin que la mer vous porte " .

   Marie-Ange   
5/2/2018
 a aimé ce texte 
Pas ↑
C'est bien trop court, malgré plusieurs lectures, pour avoir un ressenti.

"Les images passent", elles ne font hélas que cela et elles ne suggèrent rien de probant, étant trop éphémères.

"Notre bateau ivre" comme cela manque d'originalité ... dans un écrit aussi court.

Il faut chercher à davantage marquer les esprits quand on fait aussi bref ... ici c'est du déjà lu et relu ...

   PIZZICATO   
4/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Malgré l'attention portée à ces quelques vers, je ne suis pas parvenu à saisir " l'appel poétique à la dignité humaine ".

Pour ma mart, j'y vois plus un questionnement sur la vie et l'idée de la mort" Unis par la peur sans visage ".

" Notre bateau ivre boit notre santé " ??

   Arielle   
4/2/2018
Je ne vois que l'évocation d'une embarcation chargée d'immigrants perdus en mer pour expliquer ce trop court poème qui appelle à une explication de l'auteur ...

   Eclaircie   
5/2/2018
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Bonjour JamesLuckard,

En première impression, votre poème me semble trop court, trop timide pour le sujet que vous me semblez aborder.
La présentation de votre poème laisse entendre une évocation des migrants perdus en mer, pour certains. C'est l'idée que j'ai de votre écrit.
Le "nous" alors allié à des sentiments très personnels comme la "solitude", la "peur" m'amène à douter du sujet.
C'est à dire que votre texte ne différencie pas le spectateur de l'acteur et me laisse un doute.
L'évocation du "Bateau ivre" est surprenante allié au verbe d'action "boire" et "boire notre santé". Je ne comprend pas vraiment le sens de "santé" ni surtout la santé de qui.

Sur un court poème, je crois qu'il faut être plus percutant, précis et vif pour que le lecteur adhère.

Bonne continuation.

   jlouisgillis   
22/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
D'abord, un seul mot : MERCI !
Suis-je détendeur de la vérité ? NON !
5 expériences de morts imminentes sur 60 années de vie mon amené à la réflexion....
Vais-je parodier le Général de Gaule par "Je vous ai compris" ?
Certes, non !
Voici ce que j'interprète et ressens :

"Aussi loin que la mer nous porte" = expressions de nos vies successives et notre conscience spirituelle existentielle.

"Les images passent" = (théorie de la réincarnation donc) la roue temporelle de vies successives...

"le vide nous répond" = plein-vide si bien-connu ;-) n'est pas si vide, car, il participe à la dynamique de l'Univers plein de vers quantiques pleins de vers de lumières de toutes les couleurs dont poétiques. ;-)

"La solitude nous rassemble" = égo et individualisme nous séparent pour mieux nous rassembler dans l'égoïsme matérialiste forcené !

"Unis par la peur sans visage" = la relation vers autrui passe nécessairement et justement au travers de soi-même...Ce dont vous avez peur en autrui n'est que le miroir de vos propres faiblesses que vous tentez d'oublier sans répit.

"Inondé par les larmes pudiques des âmes perdues" = notre petite voie intérieure qui nous dit que cette bêtise-là a déjà été commise...aucune âme n'est définitivement perdue...Même une personne aussi terrifiante et terrible qu'un Adolphe Hitler peut remonter vers la "Lumière"....Mais cette remontée se paye spirituellement et n'a aucune mesure par rapport à nos critères existentiels présents...et hors sujet ! ;-)

"Notre bateau ivre boit notre santé" = "oufti" !!! ;-) si vous saviez l'importance de vos "pensées_intentions_actes" sur le "TOUT existant et vivant du plus humble à l'inimaginable" vous ressentiriez une infinité de choses....de quoi vous bouleverser de façon définitive sur votre devenir en marche...

Que dire de plus ? :
"Paix sur terre, et, bonne intention aux gens de bonne foi, tout comme bonne foi aux gens de bonne(s) intention(s)...sachant que l'enfer est pavé de bonne(s) intention(s)... ;-)

Cordialement et bonne continuation.
jlg


Oniris Copyright © 2007-2018