Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
JamesLuckard : Jamais atteint
 Publié le 26/02/16  -  5 commentaires  -  1333 caractères  -  118 lectures    Autres textes du même auteur

Que pouvons-nous faire, immobiles et transis ?


Jamais atteint



Suspendue à mon infaillible fragilité,
La marionnette au visage de cire, avatar de ma schizophrénie,
Ne fait qu'imiter la lente descente,
Des abîmes aux mirages.

Sans pouvoir dire non, ni acquiescer à mon voltige solitaire,
Mon somnambulisme éveillé suit, nonchalamment, les mouvements du pendule,
Vieilli par les trop longues heures passées à la répétition.
Elle, manteau dont se vêtissent les saisons, thèse de la routine, et symbiote du déjà-vu,
Rêve de se mouvoir dans son obscur reflet.
Lui, l'inconnu que je défie du regard, inlassablement,
Depuis les heures fatiguées à l'attendre,
Sourit aux marionnettes, amies fidèles des hommes endormis.

Enseveli dans les draps immaculés de l'avenir non vécu, l'inattendu surgit.
La rose éclatante, tenue dans la main de celui qui ne pourra sentir,
Réveille le printemps, longtemps réfugié dans le havre hivernal,
Où les enfants abandonnés du grand saule solitaire
Tapissent l'écorce du rosier en éclosion.
Jamais seule, la Nature fantasmée transporte
L'espoir que nous, funambules, tentons d'atteindre.
Objectif vain, car immobiles, nous ne pourrons le rejoindre ;
L'horizon.
Antithèse de la marionnette désarticulée,
Métaphore de notre possession, l'incontrôlable.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
26/2/2016
Si j'ai apprécié les quatre premiers vers, je dois dire que, au fur et à mesure de ma lecture, je me suis perdu dans ce dédale d'images que je n'ai pas comprises et dont je n'ai pas bien trouvé de relation entre elles.
D'aucuns pensent qu'il n'est pas nécessaire de comprendre une poésie mais de la ressentir ; pour ma part c'est, ici, ni l'un ni l'autre.

   David   
26/2/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour JamesLuckard,

Je trouve quelque chose à l'image de fin, l'horizon en antithèse du pantin désarticulé, ça m'a fait penser au théâtre en ombre chinoise, avec des marionnettes derrière un drap, ça m'évoque en quelque sorte un tombé de rideau, la chute des marionnettes qui ne laisserait qu'un drap blanc.

Le somnambule devient funambule comme si c'était de même, c'est un peu trop flou à mon goût, comme "l'avenir non vécu" qui m'évoque un pléonasme, une lourdeur d'expression.

Il me semble que le thème du poème est un "spleen", et ça me semble plutôt une prose, il n'y a pas tant de jeux de vers, ils sont assez allongés et plus portés par les images que par leurs cadences. Il n'y a pas d'effets "ritournelle", refrain, reprise. C'est pas un défaut mais ça parle du point de vue sur la poésie, faut s'attendre à un choc des paradigmes.

   StayinOliv   
27/2/2016
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour,

Je n'a malheureusement pas compris votre poème. Trop d'images, trop de métaphores, forment un texte brouillon dont je peine à suivre le fil directeur. Je ne doute pas qu'il y ai de la poésie, mais elle est trop alambiquée pour moi.

Olivier

   Robot   
28/2/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Chaque vers est une image mais pour moi l'ensemble ne donne pas un poème cohérent. Chaque vers bouscule l'autre et le lecteur n'a pas le temps de respirer. Peut-être cet effet était-il recherché mais ce foisonnement m'a laissé en survol sans que je puisse me poser sur du tangible.
Je reconnais cependant des vers bien travaillés.

   Anonyme   
5/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime la théâtralité de votre poème. Si ce n'est une trop grande confusion, mais est-ce la vie pour vous (?), j'aurai complètement adhéré. Remarque : "Sans pouvoir dire non, ni acquiescer à mon voltige solitaire,", ma voltige aurai, je crois était la bienvenue, donnant du sens. Lui est par trop énigmatique, qui est-ce ?
J'aime bien la personnalisation du temps. Bref, après lecture et relecture, j'apprécie !


Oniris Copyright © 2007-2022