Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
jerodebloc : Dessalé
 Publié le 23/06/07  -  4 commentaires  -  1582 caractères  -  70 lectures    Autres textes du même auteur

Pour âmes romantiques vouées aux tourments de l'esprit... oui, il faut bien, de temps à autre, leur adresser une pensée...


Dessalé



Dessalé

Décalé
Déchiré
Dévasté
Mais debout, je tiens la barre
Quel est le cap
Il n’y a plus de cap

Vogue la galère au rocher
Vaque mon âme au péché
Vogue la galère au rocher
Vaque mon âme au péché
Je viens de dessaler

Émacié
Fatigué
Exténué
Je délire sur cet esquif démâté
Que la houle pousse sur le récif
Que la vague va broyer

Vogue la galère au rocher
Vaque mon âme au péché
Vogue la galère au rocher
Vaque mon âme au péché
Je viens de dessaler

Affolé
Disjoncté
Déjanté
Je bande mes muscles, mon corps affamé
Pour garder sauve une coque qui crie
Pour garder vive une coque qui souffre et plie

Vogue la galère au rocher
Vaque mon âme au péché
Vogue la galère au rocher
Vaque mon âme au péché
Je viens de dessaler




Déboussolé
Désorienté
Effrayé
Je t’offre mon âme Belzébuth
Je me lie à ton royaume de damnés
Pourvu que l’écueil ne m’accueille

Vogue la galère au rocher
Vaque mon âme au péché
Vogue la galère au rocher
Vaque mon âme au péché
Je viens de dessaler

Assoiffé
Apeuré
Oublié
Par la mort adoubé,
Je rêve de cette plage
Je vois cette crique qui me recueille

Vogue la galère au rocher
Vaque mon âme au péché
Vogue la galère au rocher
Vaque mon âme au péché
Je viens de dessaler







 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Cyberalx   
13/7/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je sais, ils sont pas constructifs mes commentaires sur les poèmes... J'adore et voilà.

   David   
30/1/2011
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↓
Bonjour Jerodebloc,

Le titre m'a attiré l'oeil, j'ai aussi apprécié un passage à l'agencement bien trouvé pour un poème je trouve :

"Pour garder sauve une coque qui crie"

Il y a une élision naturelle entre deux mêmes consonnes, qui fait lire plutôt "cokikri".

Mais bon, le traitement est assez lourd, même en considérant le texte comme une chanson, ce rythme à base de son é très nombreux pèse tout au long des vers. La métaphore marine s'égare quelque fois je trouve :

"Je t’offre mon âme Belzébuth
Je me lie à ton royaume de damnés"

Qu'est-ce que Belzébuth vient faire ici ?

Beaucoup de répétitions, le vocabulaire du texte est trop pauvre à mon goût, et ça semble être par construction, peut-être une recherche de rythme :

"Quel est le cap
Il n’y a plus de cap"

"Pour garder sauve une coque qui crie
Pour garder vive une coque qui souffre et plie"

"Pourvu que l’écueil ne m’accueille"

   brabant   
16/3/2013
 a aimé ce texte 
Bien
Je vois plutôt ce texte comme une chanson, lancinante, avec le leitmotiv de la vague, de la houle qui empêche de garder le cap et la menace de la damnation symbolisée par le démâtage ; mais au fond de lui le naufragé a gardé la foi et une crique salvatrice se profile. Je gage qu'il avait sacrifié à la pratique des ex-voto et que le ciel l'en récompense ici.

J'ai bien aimé ce poème qui bat au rythme de la mer et du combat du naufragé :)

   Anonyme   
10/1/2017
 a aimé ce texte 
Pas
Je m'attendrais à beaucoup mieux, au bout d'un moment, j'ai décroché, même si j'ai continué ma lecture jusqu'à la fin de l'écrit.

Je suis au regret de vous dire que votre écrit, ne m'a procuré aucun ressentiment, tant par la forme que par le fond.

Tous ces jeux de mots entre autre (vague,vogue) n'arrivent pas à donner de l'originalité à votre écrit, qui reste sans relief.

C'est bien trop répétitif, cela finit par donner une impression de monotonie, on vient à s'ennuyer, plus rien ne se crée, aucun mouvement, c'est un texte qui reflète immobilisme dans son ensemble.


Oniris Copyright © 2007-2020