Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Jeser : L'aube
 Publié le 13/08/07  -  4 commentaires  -  1551 caractères  -  45 lectures    Autres textes du même auteur

Avec l'âge, les nuits se font plus courtes et permettent de voir le jour se lever.


L'aube



Que ce soit aux temps chauds ou encore en décembre.
C’est le calme parfait quand je quitte la chambre
Pour gagner le bureau. L’ambiance y est feutrée
Près de l’ordinateur, lumière tamisée.
Je lance la machine, qui ne fait aucun bruit,
Pour refondre à nouveau quelque dernier écrit.
Dehors c’est le silence et la nuit se termine
Sous un ciel nuageux qui fait sa grise mine.
Aucun être vivant ne trouble le repos
De cet endroit désert, tous les volets sont clos.

Je vois mourir la nuit, l’écran du moniteur
Reflète peu à peu le ciel et sa couleur.
Pendant que mon esprit trouve les solutions
De problèmes posés pour leurs complications.
Je prétends profiter de ces derniers instants
Où les bruits de la vie ne me sont pas gênants.
Mais la rue s’anime, se tache de lumières
Qui atténuent l’éclat de quelques réverbères.
Et flashent le facteur s’allégeant du fardeau
D’un courrier bien trop lourd qui lui courbe le dos.

Maintenant, c’est fini, la nuit a succombé.
C’est un jour progressif qui vient la remplacer.
Sera-t-il de soleil ou marbré de nuages ?
Nous verra-t-il frileux ou mettra-t-il en nage ?
Je le saurai plus tard, car je veux terminer,
D’abord, ces quelques vers jetés sur le papier.
Puis filtrer le café, éveiller la maison,
Lever tous les volets, mon chien sur les talons.
Et c’est ensemble alors, en franchissant la porte,
Que nous découvrirons ce que le ciel apporte.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
13/8/2007
je ne suis pas une experte en poésie (je commence à peine à en écrire moi-même) mais je trouve celle-ci très agréable, légère... elle raconte quelquechose qui nous ressemble, j'aime beaucoup.

   guanaco   
25/8/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup
De l'art de rendre l'ordinaire...extra ordinaire, tel est celui dans lequel excelle l'ami Jeser!
(Il y a des chances pour que je me couche à l'heure à laquelle tu te lèves!)
;)

   TITEFEE   
25/8/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
et comme tous ceux et celles qui aiment bien avoir des commentaires pour se situer je viens te dire ici, que ta poèsie ressemble à mes levers à l'aurore...j'aime comme toi le silence et les odeurs de la nuit
alors je te l'ai enregistrée comme j'enregistre les poèmes qui me parlent

http://www.archive-host2.com/membres/up/1086141494/laubedeJeser.mp3

   Anonyme   
13/6/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
J'aime beaucoup ce poème-ci de vous, votre écriture est plus simple, moins alambiquée, ce qui lui donne une formidable teneur. Je me suis plongée avec délectation dans ce texte, comme il est vrai, vivant, il en est très émouvant. J'ai suivi chacun de vos instants mot après mot.

Il y a vraiment de très belles images comme :

" Dehors c’est le silence et la nuit se termine
Sous un ciel nuageux qui fait sa grise mine. "

" Mais la rue s’anime, se tache de lumières
Qui atténuent l’éclat de quelques réverbères. "

Vraiment très beau texte, très agréable, j'en ai apprécié grandement le fond et la forme.


Oniris Copyright © 2007-2020