Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Jeser : Vî Camaråde
 Publié le 03/09/07  -  2 commentaires  -  2922 caractères  -  341 lectures    Autres textes du même auteur

Èsse por lu ? Èsse po l’pèkèt ?


Vî Camaråde



Oreu-ti don tant des tracas ?
I'n respond mînm' pu à sè djins,
A mon qui s' machine seuye à plat...
Cè seûr, c’ès des… emmerdemins.

I n'va nin sûr lèyi toumé
Ses frés, ses meyeus camarådes
Pasqu'on donn' des match' à l' télé
Èn n'a bin d' trop', ça m' rin malåde.

Si asteur, pu nouk ni dit rin,
To n' sèpant quwè dire ou catchi
Dji tuse qui cesteu mi d'vin l'timps
Qwand on polév s' i dilåhi.

È si d' j' prindév' on p' tit pèkèt ?
Avou çoula, on n' cour' nou risse,
Comme l'à tofér di noss' Tchanchet,
A cådition del beur bin frisse.

Qwand dji d' monéve à Djù-d'là-mouse.
Y na di çoulà … fwér longtimps,
Avou m' sårå so n' pitit' blouse.
Djèn n'a hufflé di timps z-in timps.

Dji m' rafèye di l'avu el boque,
So l' linwe ça fé dè caretchons
Ni v'né nin dir’ qui dji débloque.
Pasqui dji tron'ne to t' nant l' huffion.

Marcél èst sûr co d’vin sès draps,
I fáreût s’ t’aler l’dispièrter,
Po qui vinsse mi dîre sin ratna…
« Volà qui d’ j’arèstèye d’ovrer » !!!

Djhan, sins rîme ni rame !



_____________________________


Traduction française.


Vieux camarade.

Qui dira si le titre est adressé à Marcel ou au péquet

Marcel se tait, Marcel se terre,
Ne répond plus à mes questions,
Ploie-t-il sous le travail à faire ?
Sous trop de sollicitations ?

Il ne peut pas laisser tomber,
Ses frères et meilleurs camarades,
Pour un bon match à la télé,
Si c’est pour ça, j’en suis malade !

Si maintenant chacun se tait
Parce qu’il ne sait plus quoi dire
Alors, de loin, je préférais
Le passé où l’on savait rire.

Peut-être qu’un petit « péquet »
Cette boisson alcoolisée
Qui plaît à « Nanesse » et « Tchanchet »
Ouvrirait les bouches clouées ?

Quand j’habitais en Outre-meuse
Il y a de ça fort longtemps,
Vêtu d’une vieille vareuse
J’en ai « sifflé » allègrement.

Pourquoi résister plus longtemps
À retrouver son goût en bouche ?
C’est vrai, je tremble en le prenant
Allez-vous dire que c’est louche ?

Marcel se tait, Marcel se terre,
Mais il pourrait se réveiller,
Et dissiper tout le mystère
Qu'autour de lui il fait planer.

Jean... sans rime ni raison *


____________________________________

NB : Tchantchet et Nanesse ou François (d'origine italienne pourtant) et Agnès sont les deux symboles de liège. Nous les fêtons le 15 août à "Djù-d'là-mouse" c'est-à-dire en Outre-meuse, l'âme wallonne de la ville.

* Présente ses plus plates excuses aux Wallons pour l'usage audacieux qu’il fait d’un patois qui mérite mieux.



 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Pattie   
11/5/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Je trouve que c'est très joli, graphiquement, ces mots que je ne comprends pas.
J'ai essayé d'en lire, ça semble à mi-chemin entre le quebecquois et le parler du ch'nord. Mais c'est trop épuisant à lire en version originale. J'aimerais l'entendre lire !
En version française, ça ressemble à une chanson à boire.

   Anonyme   
31/5/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Cela en effet ressemble fort à une chanson à boire, que l'on fredonne au cour d'un banquet en bonne compagnie. C'est sympathique mais je ne suis pas vraiment captivé par ce genre d'écrit.

Lecture plaisante, fluide, fond qui paraît sans fausse note, ensemble gentillet.


Oniris Copyright © 2007-2022