Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
josy : Quand vient le soir
 Publié le 30/12/17  -  6 commentaires  -  853 caractères  -  156 lectures    Autres textes du même auteur

Je lance la bouteille à la mer…


Quand vient le soir



Tu me transportes Poésie
Quand je lis Baudelaire
Aragon
Prévert
Ou Neruda
Tu viens doucement changer ma vie
Avec ton langage de soi(e)
Tes crépuscules aux contours délicats
Tes nuits qui fêtent la verveine
Tes aubes où tout respire
Vois-tu toujours le jour qui s'estompe ?
Vois-tu encore la pierre qui s'use ?
Vois-tu les mots enfermés dans ma bouche
Quand je m'assois le soir sur un banc du square ?

L'ombre des doutes est un doux climat
Il est des choses du ciel et de l'air
Qui renient la parole
Quand je vois les arbres bâiller
Chuchoter et puis dormir…

Fleuve de folies
Les paroles sont un long gémissement
Et une éternelle extase ignorante
Où s'attachent la vérité
La profondeur du silence
Si tranquillement beaux !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Gouelan   
15/12/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour,

La poésie belle comme le silence des mots. Écrire le silence sans l'assommer de mots...

J'aime particulièrement la 2è strophe.
Le chant de la nature et l'ombre des doutes sont les mots du poète.

Une poésie à chuchoter dans le vent.
J'aime beaucoup.

   papipoete   
18/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
libre
L'auteur chaque soir, a rendez-vous avec son amie la poésie, qui se cache en Baudelaire, Aragon, Prévert ou Neruda .
Entre elle et ses porteurs de vers, s'engage alors un dialogue susurré ;
NB la strophe qui suit Neruda est fort jolie, puis " je vois les arbres bailler/chuchoter et puis dormir " est douce confidence .
" ton langage de soi (e) " ; je ne comprend pas la présence des parenthèses ?
papipoète

   Anonyme   
30/12/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Des vers- pépites dans cet hommage à la poésie : " tes crépuscules aux contours délicats" , " Il est des choses du ciel et de l'air qui renient la parole", d'autres encore.
Mais je trouve l'adresse à la poésie- amie moins percutante avec les deux anaphores successives : " Tes" puis " Vois-tu" .
Certains vers, que je trouve personnellement trop "limpides", : " Tu me transportes Poésie"ou " Tu viens doucement changer ma vie" rendent l'ensemble, selon moi, inégal.
Reste que le choix d'un hommage à la Poésie est bien sûr bienvenu...
Merci pour le partage...

   Eccar   
30/12/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,
Belle poésie que cette ode à la Poésie. Langage de soi(e) et d'autres, ces mots qui racontent le crépuscule, la nuit, l'aube, le temps qui ne semble plus user rien.
"L'ombre des doutes est un doux climat
Il est des choses du ciel et de l'air
Qui renient la parole
Quand je vois les arbres bâiller
Chuchoter et puis dormir…"
La totalité de ce passage est d'une grande beauté, d'une telle facilité apparente, la Poésie résumée en ces quelques verts.
Et que dire de cette "éternelle extase ignorante", est-ce là en trois mots le résumé de nos vies, de la vie...
Vous êtes descendu profondément dans les méandres de mon esprit et avez gentiment joué de cordes sensibles.
Merci à vous pour ce joli cadeau.

   PIZZICATO   
30/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Pour ma part, je verrais bien ce texte se passer de cette suite de Noms et débuter directement par : " Tu viens doucement changer ma vie ".

De belles images pour honorer la poésie qui accompagne la vie d'un-e auteur-e.
" Vois-tu les mots enfermés dans ma bouche
Quand je m'assois le soir sur un banc du square ? "

" Quand je vois les arbres bâiller
Chuchoter et puis dormir… " original

   Marie-Ange   
31/12/2017
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Voilà un texte sur la "Poésie" encore bien trop basique, avec cette énumération de poètes mise en avant. C'est ce qui, je l'avoue mis à mis un frein à mon enthousiasme.

C'est du déjà lu, soyez plus inventif, plus créatif, j'ai à lire, tous ces écrits, qui traitent de sujet, l'impression que La Poésie est ennuyeuse, figée dans le temps.

J'aimerai qu'un jour, un de ces textes soit comme un feu
d'artifice inoubliable ou comme une passion sans égale ou bien
encore une explosion de saveurs.

En attendant, je retiendrai de ce texte "Tu viens doucement
changer ma vie", c'est peut-être cela le plus important,
le reste n'est que bavardage.


Oniris Copyright © 2007-2018