Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
julien19 : Enterrement de ma jolie fleur blanche
 Publié le 12/09/19  -  9 commentaires  -  856 caractères  -  151 lectures    Autres textes du même auteur

Enterrement de ma jolie fleur blanche jadis tourmentée dans l'alcool.


Enterrement de ma jolie fleur blanche



Elle était si fière, ma jolie fleur blanche. Étirée, affinée vers ses hanches, soufflette le froid par son teint pâle. Maquillée, gelée, crispée, au sein de cette collégiale décorée. Bouquets d'amies colorées et étourdies, touchées par cette journée sépulcrale, si spéciale.

S'étale, se fait estimer, s'entête et s'épanche toute glaciale, turlurette figée. Flanche, se fane, s'endette en courbettes et regrette ses larmes et suées alcoolisées. Tête noyée, au déjeuner matinal, dans un pied de cristal rosé osé, en perd ses pétales admirés, tombés sans lutter.

Disparaît dans un dernier éclat d'été. Discrète, coquette, trompée par son charme déloyal. Emportée, malgré notre passé magistral, par une gaieté d'assoiffée. Allongée, mains croisées, enlevée par ce mal létal qui a tout gâché... Elle était si fière, ma jolie fleur blanche.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   lucilius   
25/8/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
L'alcool tue ! Ce n'est pas nouveau mais c'est toujours difficile de l'évoquer. Je ne suis pas adepte des phrases qui commencent par des verbes (s'étale, … Disparaît…). En six lignes, difficile de faire le point entre une femme tuée par l'alcool et une fleur qui s'étiole au milieu de son bouquet dans un vase de cristal.
Cet enterrement est, à mon sens, un peu trop pudique

   ours   
27/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour

Tout d'abord, je crois que c'est l'émotion que vous partagez qui m'a plu et ému, car on ressent votre amour pour cet être perdu. J'ai aimé la façon dont vous parlez de votre "fleur blanche" avec beaucoup d'affection, de respect. Il y a de la pudeur, pourtant beaucoup de choses sont dites même des détails du quotidien difficile à support pour l'entourage.

Sur la forme, j'ai aimé le rythme "éthéré", beaucoup de brisures, de ponctuation, beaucoup d'adjectifs et de verbes comme autant de pensées qui se présentent à nos esprits sous le coup d'une émotion vive ou d'une soirée un peu arrosée.

Ours
Humble pour son premier com' en EL

   papipoete   
12/9/2019
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour julien
ma " fleur blanche ", toi que j'ai tant aimée, pour ton port gracieux, ton parfum suave, te voilà gisant au milieu de cette nef, fleur à jamais fanée qu'une " turlurette " figée accompagne vers l'au-delà...
NB quand la prose se fait jolie, sans vers en habits du dimanche, elle émeut le lecteur, face à cette victime du Grand Inquisiteur...Alcool.
Les lignes de l'auteur nous installent aux bancs de la collégiale, et nous partageons son grand tourment...

   senglar   
12/9/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour julien19,


J'aime qui se risque à la poésie en prose, catégorie souvent mal récompensée :) Je vois ici que le monstrueux alcool n'est pas venu à bout de la beauté de votre "jolie fleur blanche" dont il a semble-t-il rehaussé la blancheur devenue en quelque sorte virginale. La voilà donc sainte et vierge en cette collégiale au milieu de "Bouquets d'amies colorées", distinguée.

De belles images avec la "turlurette figée" et le "pied de cristal rosé..."

Elle a vécu, la jolie fleur blanche aujourd'hui emportée, pour certaine ce fut par la vague marine, pour une autre par la phtisie, pour une autre encore par... Aucune n'est vraiment morte car la mémoire de l'amant - un temps comblé - a suppléé. Un luth, une guitare qui se taisent restent de jolis instruments. L'amour lui-aussi est ici resté, nostalgique et attendri, apaisé.


senglar

   STEPHANIE90   
12/9/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Julien19,

j'ai hésité à commenter votre prose.
Elle a un truc qui me chiffonne (alors que je sens que vous partagez de belles émotions), il m'a fallut trois lectures pour mettre l’œil dessus.

Je ne comprend pas l'utilisation des temps : imparfait suivi de participe passé dans la première et la dernière strophe.
Ce vers est un peu dur à comprendre :
"Discrète, coquette, trompée par son charme déloyal." Ah, l'alcool et son charme déloyal. C'est qu'il m'a fallut réfléchir, ce doit être l'heure, j'ai un peu de mal. Pourtant je suis à jeun... Sourire

Strophe centrale, le présent !?! >>>J'aurai mit celle-ci en première strophe avec : Ma jolie fleur blanche s'étale, se fait estimer, s'entête et s'épanche toute glaciale, turlurette figée...

Beaucoup d'énumérations, des phrases sans sujet, celui-ci est évident puisque le titre est le sujet donc... J'admets.
L'absence quasi systématique d'article me questionne aussi.

Bref, pour de la prose poétique je suis un peu perdue. Peut-être un peu trop libérée à mon goût.

Mais la métaphore "sépulcrale" de cette jolie fleur blanche m'a séduite et j'ai fini par saisir l'ensemble. Me voici, me voilà ! J'ai bien aimé vous lire. Merci à vous,

Stéphanie

   Davide   
12/9/2019
Bonjour julien19,

Le titre est explicite - heureusement - mais l'enchaînement des trois paragraphes est surprenant d'un point de vue narratif.

Les souvenirs (du début ?) de l'enterrement de cette femme ("teint pâle", "journée sépulcrale" etc.) sont déroulés par le narrateur sur le ton d'une confession. Le temps de l'imparfait, exprimé par un seul verbe ("était"), situe l'action dans un passé incertain.

Un brusque retour au présent s'effectue dans le deuxième paragraphe ; l'usage du présent de narration caractérise le flash-back, le matin où cette femme a perdu la vie : "...en perd ses pétales admirés, tombés sans lutter."

Le troisième paragraphe, à son tour, nous ramène sans transition au présent d'énonciation, celui de l'enterrement. Et des regrets qui enceignent le narrateur (et le poème) : "Elle était si fière, ma jolie fleur blanche."

Le choix de ces différents "moments" successifs aurait dû être beaucoup plus clair, suivant un cheminement précis ou indiqué à travers des procédés de mises en forme du texte (italique, gras, parenthèses...). Ce défaut de construction rend, à mon sens, le texte franchement inintelligible et antipoétique.

C'est dommage, car la métaphore filée de la "jolie fleur blanche" était prometteuse, voire franchement convaincante. L'écriture est belle, soignée et poétique, parsemée de jeux de sonorités.
Les nombreuses appositions grammaticales donnent un peu plus de personnalité à ce court poème. J'aime bien !

Pour aller plus loin, je dois avouer que je n'aime pas vraiment cette forme en prose, dont les "pavés" (paragraphes) garrottent l'expression de l'émotion.
Le libre et son évanescence auraient peut-être donné plus d'éclat à ce texte émouvant.

De (très) bons ingrédients, mais leur mélange ne m'éveille pas l'appétit.

Merci pour la lecture,

Davide

   Donaldo75   
14/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Julien,

Réussie, cette poésie en prose, me suis-je dit lors de ma première lecture. Parce que la poésie en prose, ce n'est pas facile à composer sans raconter, décrire, gloser, jacter j'en passe et des plus éloignées de la nature poétique. Eh bien là, je me suis régalé, comme on dit dans le sud de la France.

Bravo

Donaldo

   Queribus   
16/9/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Tout d'abord, je vous dirai que j'ai bien apprécié cette écriture sous forme de trois "mini-versets"(je ne sais pas si le mot existe). Toutefois, j'ai trouvé le contenu un peu touffu et manquant de simplicité notamment à la deuxième strophe: S'étale, se fait estimer, s'entête et s'épanche toute glaciale...? J'avoue que j'aurais préféré quelque chose de plus accessible au premier abord; je sais aussi, combien il est difficile d'aborder la poésie en prose, les deux, en principe, s'accordant difficilement.

Pour moi, votre écrit sera adoré par certains et décrié par d'autres(il est difficile de plaire à tour le monde). Pour son originalité et son ton différent, je mets une bonne appréciation.

Bien à vous.

   Ombhre   
21/9/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour Julien,

un texte touchant, sur un sujet grave et triste, mais qui m'a laissé sur ma faim. Si j'ai bien aimé certains passage (Bouquets d'amies colorées et étourdies / s'endette en courbettes et regrette ses larmes et suées alcoolisées), l'enchaînement syncopé d'adjectifs ou de verbes a nuit à ma lecture. De même pour l'usage que j'ai trouvé trop répété de verbes sans sujet.
L'idée de départ s'est pour moi perdue dans une forme trop hachée, hermétique, qui pénalise le partage de l'émotion. Une écriture plus fluide aurait sans doute mieux servi l'intention que j'ai crû percevoir.

Cordialement.
Ombhre.


Oniris Copyright © 2007-2019