Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Vincendix : Les roses sont si belles [Sélection GL]
 Publié le 11/09/19  -  13 commentaires  -  746 caractères  -  200 lectures    Autres textes du même auteur

Ce petit texte m’a été inspiré par la situation qu’a connue un beau-frère, une situation que j’espère ne jamais subir !


Les roses sont si belles [Sélection GL]



Les roses sont si belles,
Dans le jardin d’en bas,
Chaque jour des nouvelles,
Mais toi tu n’es plus là.

Morte la balancelle,
Je ne m’en servais pas,
Déserte est la tonnelle,
Puisque tu n’es plus là.

Toujours des hirondelles,
Qui nichent sous le toit,
Chantent les tourterelles,
Tu ne les entends pas.

Tes robes de dentelle,
Et tous tes falbalas,
Adieu la bagatelle,
Car toi tu n’es plus là.

Je vais dans la chapelle,
Prier les saints de bois,
Que la vie est cruelle,
Quand toi tu n’es plus là.

Que les roses sont belles,
Dans le jardin d’en bas,
Chaque jour des nouvelles,
Tu ne les verras pas.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
17/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un poème poignant car tout en nuances, en allusions, en scènes vécues.
La mort, le deuil, l'absence douloureuse sont présents dans chaque vers mais seulement évoqués par un souvenir ou un vécu devenu solitaire.

Un poème pour le recueillement, car il n'est pas encore l'heure de penser un nouvel avenir.

Les mots utilisés sont simples, les images sautent aux yeux, comme un dialogue entre le vivant et celle qui est partie pour toujours.

Bravo à l'auteur.

   Lebarde   
17/8/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Petit poème charmant en forme de ritournelle usant à la pelle des rimes en elle qui serait très belle dans une maternelle.

Le thème un peu triste, d’une absence ou d’une disparition est traité avec élégance simplicité et fraîcheur.
Mais bon je ne m’enthousiasmerai qu’avec modération.

Les images sont sans surprises et assez entendues et attendues, mais j’ai trouvé la lecture agréable et le texte pourrait être facilement compris, appris et récité dans les écoles primaires.
Finalement à la relecture j’aime assez.

Sur la forme tout paraît correct, sauf dans l’avant dernière strophe où les rimes ? bois/là pourraient justifier la perte du neo-classique. Les spécialistes jugeront!
Merci.

En EL
Lebarde

   poldutor   
20/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Voila une belle poésie sans fioriture, empreinte de regrets, qui exprime simplement mais avec tellement d'amour la peine et le mal de vivre du délaissé
"Que la vie est cruelle"

et le leitmotiv :
"...toi tu n'est plus là...

"rappelant la complainte déchirante de Dick Rivers : tu n'es plus là.

Bien écrite en vers hexasyllabiques, cette poésie est pleine d'humanité.
J'aime.
Cordialement.
poldutor en E.L

   papipoete   
21/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
néo-classique
la nature n'a pas changé, et les roses éclosent nouvelles chaque jour ; les oiseaux piaillent autour de la balancelle qui tangue sous le vent ; non, rien n'a varié mais tu n'es plus là...
NB un thème à écrire pour Elle, mie ou enfant, mais plutôt dulcinée pour la bagatelle ! Qui a aimé, qui a chanté, qui a souri à sa Belle, et contemple cet environnement, ne peut que partager ces sentiments... quand l'autre n'est plus là...
Dans l'avant-dernière strophe, je n'aurais pas dit " quand toi ", qui évoque un moment qui peut se renouveler ? J'aurais écrit " sans toi qui n'es plus là "
Un bien joli texte, la dernière strophe en particulier, dans ce néo-classique délicat!
papipoète

   FANTIN   
22/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Simplicité du vocabulaire employé et leitmotiv en finale qui répète de façon lancinante l'incontournable évidence. En six quatrains rimés avec beaucoup de naturel, vous évoquez la cassure soudaine, la disparition, le vide laissé par l'être aimé qui "n'est plus là", et la vie déphasée qui continue sur son erre.
Un poème émouvant sans pathos ni déclamation. Un poème réussi avec des évocations de détails du quotidien qui disent la vie doublement volée.

   eskisse   
24/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Dire le manque , l'absence, déplorer la fin d'un partage, la fin d'un "nous", vous y parvenez avec justesse.

Les roses et les hirondelles restent, la belle s'est effacée du tableau et ne participe plus au monde du "je".

Le thème de la disparition est distillé habilement : "morte" , " déserte" , "n'es plus là", et les sensations de la belle ( vue , ouïe ) sont éradiquées.

Une vague de mélancolie plane sur le poème.

Merci pour ce partage

   leni   
11/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
salut vincendix
un ecrit simple qui va droit au butLe ythme lancinant des rime en elle et a cree un climat de tristesse voilée c'est une aquarelle parfois un peu
floue C'est très beau Lu a haute voix ça chante bravo

Morte la balancelle,
Je ne m’en servais pas,
Déserte est la tonnelle,
Puisque tu n’es plus là.

on ne peutle dire plus simplement

Voici mon quatrain préféré


Je vais dans la chapelle,
Prier les saints de bois,
Que la vie est cruelle,
Quand toi tu n’es plus là. j'aime prier les saints de bois

On touche au dérisoire

BElle peinture BRAVO SALUT AMICAL LENI

   Cristale   
11/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Vincendix,

Voici un joli texte pétri de poésie.
Deux rimes : "elle" "a"
...Et ces roses écloses sans elle qui ne les verra pas.

Joli et triste mais la tristesse a mis sa robe de beauté dans les yeux du poète et la rime féminine danse avec la rime masculine sur un pas de six absolument charmant, et émouvant.

Merci pour la joliesse de vos mots,
Cristale

   senglar   
11/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Vincendix,


L'histoire d'un deuil, et les roses qui sont là pour en faire souvenir. Je trouve la scène paradoxale, incongrue, ironique, antinomique en songeant à la phrase de Fontenelle telle qu'elle est rapportée par Diderot :
"De mémoire de rose, on n'a jamais vu mourir un jardinier."
Or les roses sont bien présentes ici pour faire souvenir de la jardinière.
L'éphémère renvoie donc ici à l'immortel tout en prenant le pas dessus en quelque sorte.

Les rimes en -elle, -oi, -a, donnent une tonalité très féminine et aussi pré-automnale et déclinante à ce poème sur l'absence parcourue par une impalpable et douce tendresse mélancolique.

Une invite à méditer sur la relative brièveté des choses... Mais je reviens à Fontenelle :
"De mémoire de rose, il n'y a qu'un jardinier au monde."
Et le jardinier est ici présent qui songe à sa jardinière.


Senglar

   Davide   
11/9/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Vincendix,

Je trouve émouvante l'économie de mots pour évoquer le deuil.
Je trouve encore plus remarquable la pudeur qui embaume ce poème ; en effet, aucune émotion n'est clairement exprimée, toute la douleur est contenue dans un paysage métaphorique, simplement contemplatif, personnifié par moments : "Morte la balancelle".
Même le vers 19 ("Que la vie est cruelle") a l'apparence d'un constat, à l'image de ce leitmotiv : "tu n’es plus là."

Les hexasyllabes sont chantants grâce à l'alternance des rimes en [elle] et en [a]. Les unes ([elle]) sont ouvertes, les autres ([a]) fermées, symbolisant le contraste entre la beauté du paysage ayant été témoin de leur amour et le deuil qui le consume à présent.
Le mot "pas" fait mal, notamment dans le dernier vers, éteignant toute lueur d'espoir après la prière dans la chapelle.
Pour le narrateur, ce "Tu ne les verras pas" veut dire, en réalité : "Je ne te verrai plus".

J'ai été - un peu - gêné par quelques allitérations ou rapprochement de consonnes ("roses sont si" et "robes de dentelle" en particulier) ainsi que par l'insistance du "toi" (v.4, v.16 et v.20). Si cette dernière traduit habilement l'acharnement de la douleur, je ne trouve pas son usage très "poétique". Mais c'est un détail !

Par ailleurs, je ne comprends l'usage systématique des virgules en fin de vers ; en prose, par exemple, je n'écrirais pas :
"Les roses sont si belles, dans le jardin d’en bas", mais "Les roses sont si belles dans le jardin d’en bas".

Enfin, musicalement encore, le rapprochement de ces deux vers à la formulation proche n'est pas très heureux : "Que la vie est cruelle" (v.19) et "Que les roses sont belles" (v.21).

Quoiqu'il en soit, j'ai trouvé ce poème beau et touchant.

Merci du partage,

Davide

   Anje   
12/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Comment éviter le risque de monotonie d'un poème à deux rimes ? En les faisant danser ensemble comme dans Les roses sont si belles sur une musique vive qui cache aussi la mélancolie du vers long. Les mots sont justes, placés au bon endroit comme les dalles menant au jardin d'en bas. Merci de nous avoir ouvert ce portillon du souvenir douloureux.

   STEPHANIE90   
12/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Vincendix,

votre poésie m'a beaucoup touché. Elle est toute en délicatesse, les souvenirs ressurgissent à travers l'absence de l'être aimé avec cette strophe "... tu n'es plus là" , ce pronom "tu n' " qui revient comme un leitmotiv ineffaçable.

"Les roses sont si belles" mais, une seule manque au tableau et la mélancolie prend ses aises...

Merci beaucoup pour ces si beaux vers...

Stéphanie

   BlaseSaintLuc   
13/9/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Décidément, hélas, l'absence est à ce point inspirante, que nos amis poètes nous sortent des perles de rosée sur champs de fleurs d'émotions !

Quelle belle rythmique, un brun lyrique, Messieurs les Musiciens à vos arpèges !

Je crois que c'est pour cela que je suis sur Oniris, pour lire ces textes et essayer d'en être digne.

Ce n'était pas évidant avec toutes ces rimes en elle, mais le pari est gagné, je m'incline.


Oniris Copyright © 2007-2019