Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
kamel : Quand le cœur vous parle
 Publié le 07/07/10  -  13 commentaires  -  473 caractères  -  347 lectures    Autres textes du même auteur

À ceux et à celles qui expliquent le bonheur par de simples petits mots.


Quand le cœur vous parle



J’ai attendu
Et j’attends encore
Un mot
Pour alléger mes remords.

J’ai trouvé en vous
Un soir
Une douce allégresse
Des histoires merveilleuses
L’oubli du désespoir.

J’ai attendu
Et j’attends encore
Vos mots
Pour renaître en corps
Sans stress ni détresses.


Pensif
Nostalgique
Votre souvenir embellit mon passé
Lien éternel
D’un amour sans fin.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Lunastrelle   
7/7/2010
 a aimé ce texte 
Pas
Un texte mignon, et simple comme vous l'avez dit... Oui, le bonheur peut s'exprimer ainsi, surtout quand on arrive pas à trouver les mots...

Mais c'est tout de même un peu trop court pour moi, il n'y a pas assez de contenu pour que je puisse me faire une idée précise...

Par exemple ici:

J’ai trouvé en vous
Un soir
Une douce allégresse
Des histoires merveilleuses
L’oubli du désespoir.

J'aurais aimé que tout ceci soit développé: cette douce allégresse, qu'a-t-elle provoqué? Quelles sont ces histoires merveilleuses? Sans en dire de trop, juste les évoquer...

Désolée, peut-être à une prochaine fois...

   jaimme   
26/6/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Le thème est évidemment très beau: l'attente de mots, peut-être d'un mot. Celui qui fera passer d'une délicieuse soirée à un amour sans fin. Mais la richesse est dans la dernière strophe: cette attente transfigure cet amour peut-être unilatéral. Tant que l'être aimé ne pose pas ses mots l'espoir existe.
Au-delà je pense que cette histoire méritait plus que quelques mots simples ou du moins que ces mots soient agencés de façon plus poétique. C'est, à mon goût, mignon, mais pas assez poétique.
Bonne continuation.

   shanne   
26/6/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,
En lisant ce poème, oui, mon cœur m'as parlé...Je suis sensible à cette dernière strophe et surtout: Lien éternel d'un amour sans fin.
Le bonheur existe par de simples mots, et même les mots deviennent parfois inutiles.
Merci pour cette lecture

   brabant   
29/6/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Vous annoncez la couleur et vous vous y tenez.
Déjà vous reprenez l'exergue; ensuite vos petits mots sont simples.
Effectivement.
Comme le bonheur, comme la mélodie du bonheur.

D'ailleurs votre texte ressemble à une chanson; du moins à une chansonnette:
- "J'ai trouvé en vous
Un soir
...
L'oubli du désespoir"
me renvoie à "Je suis seule ce soir" de Léo Marjane.
- "J'ai attendu
Et j'attends encore"
me renvoie à "J'attendrai (ton retour)" de Rina Ketty.


-- "Votre souvenir embellit mon passé". Roucoulons la romance.
Le bonheur est simple comme une chanson. Ah ! l'époque de Tino ! Mon grand-père l'appelait "le roucouleur". Il s'y connaissait, c'était un coulonneux Dans ce cas précis, c'était aussi une mauvaise langue.

La dernière strophe - dernier couplet ? - c'est Lucienne Boyer: "Parlez-moi d'amour".


Ce texte délicieusement suranné nécessite une musique.

   bulle   
3/7/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Ce qui me plaît dans ce texte, c'est l'évanescence de l'instant qui se mue en éternité.

L'ensemble n'use pas d'images très poétiques, voire même assez convenues, mais les lignes marquent le pas sur le sensoriel avant tout. Rien de très original mais il y a un petit impact qui fait mouche.

Je trouve la découpe bien adaptée à la respiration qui s'entend en battements..

J'ai donc bien aimé cette apparente simplicité, qui se traduit plutôt pour moi en fragilité.

   Marite   
7/7/2010
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai aimé ces "pensées" d'un instant, car pour moi, plus que de la poésie, même libre, ce sont des mots en éclairs qui nous traversent parfois lorsque nous prenons le temps de nous poser. Merci Kamel pour ces bonheurs simples qui font respirer le coeur.

   Anonyme   
7/7/2010
 a aimé ce texte 
Pas
je ne suis pas du tout touchée par cette simplicité.
ça manque de force et d'émotion, trop lisse, trop convenu, trop banal, trop, trop.
j'aime le fond, mais ça ne suffit pas, il n'y a aucune essence, ça manque de corps, des mots sans âmes. même dans la simplicité il faut que les mots viennent du ventre, l'amour et son souvenir sont dit ici, mais je ne le ressens pas, ça ne transperce pas. ce sentiment devrait être écrit avec un peu plus " d'épiderme", ici c'est raconté sans soupirs, sans souffle, sans non-dits, sans vibration, sans chaleur.
je ne parle pas d'érotisme mais d'émoi.

dommage pour moi, une autre fois.

   Anonyme   
7/7/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
De la simplicité, dans ces quelques vers ... Le deuxième paragraphe est celui qui m'a plu le plus (notamment "J'ai trouvé en vous / un soir / une douce allégresse") ; le troisième, le moins (je n'ai pas aimé "renaître en corps" ni "sans stress ni détresses", un peu facile à mon goût).
J'aime l'idée du souvenir qui embellit le passé, mais elle me paraît un peu contradictoire avec l'attente de ce mot pour guérir ?
Un écrit de qualité inégale, pour moi.

   belaid63   
8/7/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↓
des remords à peine murmurés
la quête d'un amour que l'auteur décrit d'une manière superbe dans son dernier vers

j'aurais voulu un petit peu plus de mots pour décrire cette attente, cette espèrence

ce poème se lit avec le coeur

merci Kamel

   David   
11/7/2010
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Kamel,

Le poème me fait penser à la course éperdue d'une tribu préhistorique tentant de préserver la braise minuscule qui leur permettait seule de rallumer un feu, c'était dans le film "La guerre du feu". C'est le desespoir quand celle-ci est étouffée par les flots, au passage d'une rivière... plus tard, cette même fuite les fera rencontrer une autre tribu, capable de produire le précieux élément.

J'ai lu ce poème comme cela, comme l'avenir des préhistoires et les lubies qui forgent les réalités, c'est sobre mais pas sans passion, il manquerait pour moi un refrain ou quelques mots qui se retiendraient comme un air de chanson.

   widjet   
15/7/2010
 a aimé ce texte 
Pas
Plat et convenu quand ce n'est pas disgracieux ("sans stress ni détresse") ou maladroit (le "renaître en corps", c'était pour le jeu de mot ?).

Ouais, bah, quand le coeur me parle, il lui arrive aussi de débiter des banalités...

Vraiment pas terrible tout ça... Désolé.

W

   Mistinguette   
15/7/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Kamel

Tout d’abord, sachez que je lis très peu de poésie.
La plus part du temps je n’y comprends pas grand-chose. Et quand ça ne rime pas c’est encore pire.
Je suis tombé par hasard sur votre poème et sans pouvoir expliquer pourquoi vos mots m’ont touchée.

Un seul minuscule bémol : Sans stress ni détresses.
Il me semble que le mot stress n’est pas très poétique. Enfin, je ne suis pas une spécialiste…

En tout cas, Merci pour cet agréable instant de lecture.

   Mwa   
15/10/2010
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Bonjour,

Un poème n'as pas besoin d'être complexe pour être beau et le plus souvent, émouvant. Une poème simple peut se révéler sous son plus beau jour, malheureusement ce n'est pas le cas ici.
"J’ai attendu
Et j’attends encore
Un mot
Pour alléger mes remords."
Le début est simple et annonce l'esquisse d'un poème plaisant.
"J’ai trouvé en vous
Un soir
Une douce allégresse
Des histoires merveilleuses
L’oubli du désespoir."
La suite est moins plaisante voire faible.
"J’ai attendu
Et j’attends encore
Vos mots
Pour renaître en corps
Sans stress ni détresses."
Pour un poème sensuel "stress" casse le rythme ( déjà peu correct ) du poème.
"Pensif
Nostalgique
Votre souvenir embellit mon passé
Lien éternel
D’un amour sans fin."
La fin sauve les meubles et s'achève sur une note plutôt douce.
Sans plus.


Oniris Copyright © 2007-2020