Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
kano : Le temps
 Publié le 17/05/11  -  9 commentaires  -  904 caractères  -  207 lectures    Autres textes du même auteur

L'obscur ennemi.


Le temps



Le temps incline sa sombre hotte,
Et verse lentement son poison noir
Dans les rouages de nos corps ;
L'effroyable circule dans nos veines.

Ce sculpteur taille à même la peau,
Il creuse sur nos visages
Les reliefs de nos années d'excès ;
Et l'ange devient hideux.

Le temps prend en otage les souvenirs,
Il les garde, les tord, les déforme,
Leur faisant dire ce qu'ils n'ont jamais dit,
Et les pires deviennent les forts !

Nos vies sont le tabac que le temps fume,
Roulées entre les parois d'un cône inéluctable,
Minute par minute, les cendres s'accumulent
Quand ses poumons s'emplissent de nos instants perdus.

Entendez-vous l'écho funèbre
Du choc du marteau
Dans le tribunal du remords ?
Le temps, hélas, a rendu sa sentence,
Et nous a condamnés à mort !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Charivari   
30/4/2011
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Nos vies sont le tabac que le temps fume -> je trouve que cette image est vraiment très belle. Le reste, en revanche, non. J'ai l'impression que ce texte enfonce des portes ouvertes. Dès le premier vers ( la hotte du temps) j'ai trouvé les métaphores assez maladroites et les aphorismes, qui se veulent percutants, tout à fait creux, à l'instar des vers de la fin : le temps nous a condamné à mort -> c'est une vérité de La Palice, ça, pas besoin de prendre un ton aussi solemnel...

Sinon, il n'y a pas de vraie recherche niveau sonorité ou rythme. Désolé, je n'ai pas trop apprécié

   socque   
3/5/2011
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Une belle image que celle du temps fumant nos vies comme une cigarette, mais je trouve laid le vers "Nos vies sont le tabac que le temps fume" ; il me semble qu'il aurait été intéressant de chercher une formule plus retorse pour le dire qu'assener la comparaison d'emblée. Tout le quatrain file une métaphore intéressante, mais je le trouve mal rythmé.
Le "poison noir" et l'effroyable qui circule dans les veines sonnent trop baudelairien à mon goût, mais j'aime les rouages des corps (quoique du poison ne fasse pas de mal, en général, aux rouages ; le mélange de métaphores me paraît dommageable).
Le deuxième quatrain, sobre, me plaît bien.
Le troisième me paraît maladroit, lourd (mal rythmé).
Enfin, pour moi les deux derniers vers sont inutiles. Un poème à retravailler à mon avis.

   Arielle   
9/5/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Je suis touchée par les idées très justes du temps qui passe et nous condamne.
Elles s'appuient sur des images que je trouve exprimées avec originalité même quand elle sont plutôt communes.
Le vendangeur, le sculpteur, le fumeur et le juge ne sont pas révolutionnaires comme allégories du temps mais leur présentation, ici, est efficace et glaçante.
Je regrette cependant l'absence de rythme et je verrais mieux ce poème en prose qu'avec cette disposition en quatrains que rien ne justifie

   chachnikov   
17/5/2011
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Bonjour,

Ce qui me géne énormément, c'est que le temps soit un bourreau dans cette poésie ou le responsable de la nature de l'homme, de ses maux.
Je n'adhére donc pas au contenu de ce texte. Et sans vouloir être désagréable j'ai la sensation que l'auteur est trés jeune.

Dans ce vers par ex :
"le temps prend en otage les souvenirs"
le temps qui est une antité(dommage ce qui le rend plus saisissable) devient terroriste par le mot otage. Souvent ce mot est utilisé à mauvais escient mais là je trouve qu'il allourdit le vers, le sens, l'imaginaire.

Le rythme me parait correct sauf la première strophe où
le dernier vers se décroche du tempo.

Bonne continuation

   Lunar-K   
17/5/2011
 a aimé ce texte 
Vraiment pas ↑
Personnellement, je n'ai pas du tout aimé la métaphore du tabac que je trouve presque risible tant je la trouve inadéquate (c'est-à-dire déplacée). La manière de l'introduire n'y est sans doute pas pour rien : "Nos vies sont le tabac que le temps fume", tant elle manque d'originalité.

Pourtant, c'est cette strophe qui contient, selon moi, les deux seuls vers qui se démarquent vraiment :

"Roulées entre les parois d'un cône inéluctable,
Minute par minute, les cendres s'accumulent "

Alors, bien sur, je trouve le contexte assez navrant, mais ces deux vers, pris indépendamment, sont vraiment bons.

En ce qui concerne le texte dans son ensemble, je trouve que ce qu'il lui manque, c'est une plus grande cohérence. Une métaphore par strophe (métaphores fort peu innovantes par ailleurs), c'est trop pour moi. D'autant qu'aucune n'est vraiment approfondie. J'aurai préféré une seule métaphore, plus globale et travaillée, que cette succession de métaphores à peine survolées...

   dodolili   
22/5/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

Dans l'ensemble, j'ai bien aimé mais, j'ai quelques remarques:

1) Je n'ai pas compris le vers sur les souvenirs : "Et les pires deviennent les forts".

2) Ensuite pourquoi avoir autant peur de vieillir? Ce que je veux dire, c'est un thème tellement abordé que j'aurai essayé plus d'originalité surtout dans le titre....

3) J'aurai ensuite mis une majuscule au mot temps qui est personnifié.

(4) Pourquoi tu penses perdre ton temps? C'est glauque, ça m'a fait peur de te lire, on dirait qu'il n'y a rien de bon à vieillir, que tu n'as fait que des vilaines choses dans ta vie, en tout cas si tu voulais me faire déprimer, c'est réussi :)

J'ai bien aimé la comparaison avec la clope, bien choisi.
J'aurai plutôt mis seconde par seconde que "minute par minute".

   Anonyme   
23/5/2011
Des images en distorsion. Voilà c'est un poème distortosionné. Ce n'est ni un compliment ni l'évocation d'un possible défaut. Juste ma façon de le regarder. Bien sûr ce n'est pas le genre que j'aime, je n'ai pas su l'apprécier mais j'ai cru comprendre le travail de l'auteur.

   Anonyme   
4/6/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Et bien moi, je trouve ces poésie très réussie. L'auteur a été capable de personnifier le temps dans toute son horreur( vengeur, bourreau, qui prend, garde tord et déforme etc..) à un tel point que les différents lecteurs prennent en grippe le temps et le haissent ou prennent sa défense. Personne ne reste indifférent après cette lecture que l'on poursuit jusqu'à la fin. Je trouve le temps tortionnaire à tous les points de vue: le temps qui passe, le temps perdu, le manque de temps, le temps de mourir et nous sommes tous pressés par le temps. J'ai aimé les images de ce poème et admiré la trouvaille de la cigarette.
Ce n'est pas le temps qui est sous le pouvoir de l'homme, mais l'homme qui est, le pauvre, sous le pouvoir du temps.
[Miron Costin

Bravo!

   fugace   
21/11/2012
 a aimé ce texte 
Un peu
Une bonne sonorité du texte, mais trop d'images "clichés", usées.


Oniris Copyright © 2007-2020