Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
karminator : Devant son écran
 Publié le 26/12/08  -  3 commentaires  -  696 caractères  -  89 lectures    Autres textes du même auteur

Poème sur un homme qui regarde des photos d'une de ses amies sur le net, et qui ne peut s'empêcher d'être avec elle, il en est presque amoureux, malgré la fatigue et sa beauté trop grande.


Devant son écran



Ce soir, il est impossible de ne pas...

se baigner dans les courbes lutines et farandoleuses
de ton physique, perdu dans la virtualité des sens
noir douceur
rose colère
noir arrogance
rose fraîcheur
même si les poches sous les iris donnent envie de caresser
doucement les délicatesses des édredons du repos
la folie
et ta vie
et la frénésie
et l'immortalité
ne plus être enfin qu'une marionnette désireuse
de t'envoler, détonant tout désir et amertume passés
danser
voler
mourir
jouir
puis caresser sans fin ce souvenir lyrique
Ce soir, il est impossible de ne pas...

te regarder


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   David   
27/12/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Karminator,

Il est soit trop long, soit trop court, mais j'aime bien quand même cette espèce d'aparthé entre "Ce soir, il est impossible de ne pas... " et "te regarder". Le lecteur en lit plus sur l'état de celui qui écrit que sur ce qu'il regarde et rapporte dans le poème, j'ai bien aimé "farandoleuses" une jolie trouvaille. Le sens ne suis pas vraiment les vers, le découpage est précis mais je ne sais pas s'il apporte beaucoup, j'ai pensé qu'il avait un air de prose...

   Ephemere   
30/1/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour, c'est une ode à la télévision ? C'est quoi le film ?
Bon, j'aime moyen, le sens est abscons.
FMR

   Anonyme   
4/11/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Mon imagination trotte, et c'est ce qui me plait, tout est dit, sans dire, les mots sont choisis avec subtilité, j'ai particulièrement aimé "même si les poches sous les iris donnent envie de caresser
doucement les délicatesses des édredons du repos", des images choquent et s'entrechoquent, écrit sympathique à lire.


Oniris Copyright © 2007-2020