Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
kullab : Morosité
 Publié le 31/01/09  -  16 commentaires  -  732 caractères  -  170 lectures    Autres textes du même auteur

Quand les wagons usés se ferment en grinçant...


Morosité



Quand les wagons usés se ferment en grinçant
Et qu’hurle une sirène au timbre métallique,
Un ogre de béton, de son boyau béant,
Avale goulûment la foule antipathique.

C’est un vaste parcours en de noirs souterrains,
Un climat de tombeau sans étoile et sans lune,
Un chaos fracassant d’écrous et de vérins ;
On croirait s’enfoncer dans la fosse commune.

Compagnons rechignés, ô blafards ennemis,
Votre fiel n’a d’égal que votre peau cireuse
Dont les pores puants suintent d’étrons jaunis :

Otez de vos faciès cette moue odieuse !
Mais dans un grincement se fige le cercueil
Et la voix décharnée : « arrêt Porte d’Auteuil ! »


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
31/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ca donne envie de prendre le métro...Au début de ma lecture , j'ai cru que vous parliez de ces wagons blindés de la honte qui se dirigeaient à une sinistre époque vers Auschwitz...C'est dire combien votre description de ces métro d'antan donne envie...

Beaucoup apprécié le vocabulaire choisi, les tunnels comparés aux "ogres" de bétons", la rame de métro comparée à un tombeau, et c'est vrai que les passagers font toujours la g.....
Les bruits des portes qui se referment sont aussi là. Très bien!

Pour la forme, je vois que votre poésie a été publiée en "poésie classique". Une question aux experts: on a le droit de changer de rimes d'un quatrain à l'autre?

   Anonyme   
31/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une ambiance très bien rendue...
J'aime ce genre d'écriture aussi.
Superbes "étrons jaunis"...! lol
Bien sympatoche.

   widjet   
31/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
D'accord avec les deux comms précédents ! Très chouette et très bien écrit ! Vendu !

Widjet

   Anonyme   
31/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Faire un sonnet classique évoquant le métro ?
Fallait oser. L'initiative est bienvenue...

   Anonyme   
31/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une vision du métro quelque peu morose, voire morbide. J'apprécie le vocabulaire utilisé mais l'image :"étrons jaunis" beaucoup moins. Ce n'est rien, ce poème reste tout de même réussi.

   FredericBruls   
31/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est en l'occurrence un sonnet shakespearien, avec sa structure très particulière du distique à la fin du sizain. Ceci pour répondre à Sallymara.
J'ai bien aimé le ton particulièrement lugubre du poème. Il rend bien l'ambiance aliénante de ce moyen de transport qui fait de nous des taupes...C'est tellement bien conçu qu'on est content de retourner à la lumière. Ouf !
On remarquera la syncope très hardie du deuxième vers Et que hurle, fallait-il dire, le h aspiré devient muet ici.
EDIT : Pour répondre à la question d'Alexandre, le vers est parfaitement correct, puisque l'usage classique veut qu'on fasse la synérèse de "suintent".

   Flupke   
31/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le zoo humain. Très bonne peinture. Des parallèles bien tracés, des exagérations maitrisées. Le résultat est très bien.
Excellent sonnet. Bravo

   nico84   
31/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai compris tout de suite le métro, et c'est bien rendu, même si quelque fois (je ne l'ai pris que rarement) une trompette ou un accordéon interrompent ce silence, la morosité s'invite souvent dans ces wagons.

Un poil éxagéré mais j'ai aimé la pointe d'humour à la fin, comme une belle chute.

Bravo !

   Anonyme   
31/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Belle image de l'ogre. Peut-être "étrons" était-il un peu fort mais bon...comme le dit si bien Félicien Marceau et la chute de ce poème que j'ai aimé :
"La critique est aisée mais l'arrêt difficile"

   maminova   
31/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
voici un lien très intéressant sur le sonnet ...
http://membres.lycos.fr/jccau/ressourc/sonnet/dec/sonevolu.htm
ceci dit, c'est du bel ouvrage !

   Anonyme   
31/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un sujet inépuisable mais très peu exploité, il fallait y penser !
Un régal du début à la chute dont j'apprécie particulièrement les deux derniers vers. Petite ombre au tableau : n'y aurait-il pas treize pieds dans le dernier vers du premier tercet ?
Ca n'enlève rien à la qualité du sonnet que je qualifierai de très bien ! Alexandre

   jensairien   
31/1/2009
pas mal comme atmosphère et de belles images terribles comme "on croirait s'enfoncer dans la fosse commune" qui dit beaucoup en peu de mots

j'aime nettement moins "dont les pores puants suintent d'étrons jaunis" d'autant que je n'ai pas bien compris ce que sont ces étrons jaunis

J'aime aussi le dernier vers qui ramène le poème à la froide réalité avec la voix nasillarde du haut-parleur : "Arrêt Porte d'Auteuil!"

   David   
3/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Kullab,

Un oeil de poète bien noir, un poème éclatant, bravo !

   patapapier   
7/8/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Dans sa tombe Baudelaire doit regretter de ne pas avoir connu le métro.....

   CharlesVerbaud   
6/11/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Faciès compte pour 3 syllabes. Je ne trouve pas d'exemple, mais cela serait cohérent avec l'étymologie, qui donne aussi faci-al.

Je me suis demandé jusqu'à la fin où nous menaient ce sonnet. J'ai pensé aux trains vers Auschwitz, c'est dire jusqu'où j'ai cherché (c'est fosse commune qui m'y a poussé).

Le sujet est original, même si globalement je ne suis pas enthousiaste.

   Anonyme   
20/2/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je pénètre dans un univers qui m'est étranger, les images en sont très frappantes, cela ne donne pas trop l'envie de fréquenter cet endroit, il semble bien sinistre, de même que les gens qui s'y engouffrent. Il y a de quoi ne pas avoir un moral au plus haut. L'image du cercueil interpelle, de même que la voix décharnée, pour avoir une fois pris le métro, je n'avais pas ce souvenir là, mais c'était une fois en passant, je pense que cela doit être différent lorsque c'est répétitif.

Malgré cette ambiance un peu "sombre", ce poème n'est pas déplaisant à lire, il est fort bien écrit, je l'ai trouvé très fluide, j'en fais plusieurs lectures.


Oniris Copyright © 2007-2020