Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
lala : Oubliée dans son coffret
 Publié le 20/11/15  -  10 commentaires  -  976 caractères  -  217 lectures    Autres textes du même auteur

Mémoire ! Comment t'oublier ?…


Oubliée dans son coffret



Je t'oublie si souvent, intime essentielle,
Le chaton de mes jours qui sertit l'avenir
Dans ses griffes maties dont le temps va venir
Tamiser une image confidentielle.

J'aime avec toi sourire aux souvenirs lointains,
Au passé ciselé d'or fin et de diamants,
Aux facettes qui brillent d'un vif chatoiement,
Papillonner, bercée de rires enfantins.

Les jours de nostalgie je te fais confiance,
Je me laisse couler, tu me laisses nager,
Abandonner mes sens, regretter, naufragée,
Mon doigt blafard sans solitaire ou alliance.

Quand la maille forçat ou le fermoir menotte
Ont transformé l'humain en atroce dément,
Pour inventer demain dans un écrin clément
Tu me parles devoir, je réponds patriote.

Mon joyau protégé dans la soie cérébrale,
Mémoire du futile et du spirituel,
Je t'oublie si souvent, intime essentielle,
Protège-moi toujours d'une fin sépulcrale.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   cervantes   
2/11/2015
 a aimé ce texte 
Pas
Grandiloquence, images sans saveur, non je n'adhère pas du tout.

La première strophe est incompréhensible avec des comparaisons artificielles et forcées.

Mais que viennent faire devoir et patriote de la quatrième strophe?

Mon joyau protégé dans la soie cérébrale ??? quelle comparaison laide!

Désolé je suis mal à l'aise dans ce texte du bout à la fin!

   Hananke   
20/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Ce texte abscons à la première lecture mérite d'être pénétré.

L'idée est d'abord très originale de comparer sa mémoire
et son esprit à une pierre précieuse.
Bijoux d'or et de diamant pour les souvenirs enfantins.
Les mains nues les jours de nostalgie.

Et ainsi de suite jusqu'à cette fin sépulcrale tant redoutée.

Mais cette mémoire enluminée comme des joyaux est-elle
trop omniprésente pour l'auteur qu'il souhaite l'oublier
ou pouvoir s'en séparer ou la quitter comme on quitte un bijou ?

Quelques fois, oui, comme il serait bien de ne pouvoir
penser à rien, ce serait reposant.

Oui, vraiment un poeme qui mérite de l'attention
et le détour.

   Vincendix   
20/11/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un texte qui alterne le bon et le moins bon sur le plan de l’écriture mais je trouve que l’idée de parler à sa mémoire est originale.

Le premier quatrain est bizarrement construit, une entrée en matière ratée à mon avis, par contre, je trouve excellent le deuxième. Dans le troisième, le dernier vers est « parlant », Dans les deux derniers, je décèle aussi quelques maladresses.

Il y avait certainement moyen de faire un peu mieux sur ce sujet qui sort de l’ordinaire, un potentiel imaginatif à travailler.

   Anonyme   
20/11/2015
A force de vouloir trop ciseler l'écrit on perd parfois l'essentiel: l'émotion. Pourtant le sujet et la métaphore (mémoire/ bijou) ne manquent pas d'originalité. La strophe 1 pose problème par sa syntaxe même (à quoi se rattache "intime" et "confidentielle"?) et les images. Je n'ai pas compris non plus la fin de la quatrième strophe, même si je pressens des images intéressantes avec "fermoir menotte" non développé. J'ai un peu de mal avec la fin, notamment le dernier vers. Pourtant l'alliance de "intime essentielle" en apparente opposition avec la mémoire ouvre toute une réflexion. Il y aurait à dire aussi sur les sonorités et le rythme. Bref un texte riche, trop peut être qui mériterait un autre traitement.
Je suis très partagé, mais en tout cas il ne faudrait pas abandonner une si belle idée en chemin. Je me sens incapable de choisir un niveau d'évaluation; excellent sujet, quelques réussites, trop d'images, une rédaction à reprendre. Pardon pour ces "jugements" très extérieurs, car je pressens derrière ce texte toute une émotion qui passe mal dans les mots.

   Ramana   
20/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai relu plusieurs fois votre poème pour en saisir le sens. J'ai cru comprendre que vous redoutiez que le temps qui passe dilue cette heureuse et plus ou moins ancienne mémoire d'objets "futiles et spirituels", mémoire dans laquelle il vous est vital de vous ressourcer. Ces souvenirs "d'or fin et de diamants" viennent contrer la rigueur de votre perception d'adulte, rigueur due au contexte de votre vie présente ("naufragée" ; "mon doigt blafard sans solitaire ou alliance" ; "l'humain en atroce dément").
Mais pour ne pas devenir un sépulcral mort - vivant, je reste persuadé de ceci : plutôt que nous réfugier dans nos souvenirs qui ne sont que rêves du passé, souvenir par lesquels nous nous inscrivons nous-même dans une image figée, mieux vaut nous efforcer de vivre le plus intensément possible le moment présent, y compris les moments difficiles, afin de pouvoir les transcender.
Sinon, j'aime bien, autant que la forme, le fond de ce poème où vous dévoilez cet "intime essentiel" qui constitue la trame de votre être comme de vos vers.

   papipoete   
20/11/2015
bonjour chère lala; un texte dont j'aurais pu traiter le sujet, avec les mêmes idées, sans l'excellence des mots.
La mémoire qui s'enfuit, ne laissant poindre quand le ciel est bleu, que les souvenirs heureux; égrainant par gros nuages les regrets comme cet annulaire sans alliance.

Mais je dois avouer que les lignes suivantes m'apparaissent troubles, et crains de travestir l'idée en conclusion.
Je m'abstiens donc de noter

   Anonyme   
21/11/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Bonsoir Lala

J'ai eu un peu de mal avec cette mémoire même si je trouve intéressant de la comparer à un bijou ! c'est vrai qu'elle à besoin d'être sorti de son écrin ,de brillance pour ne pas ternir à long terme ,mais je me suis un peu perdue dans toutes ces allégories , et j'ai trouvé l'ensemble un peu lourd .
J'ai aimé
"J'aime avec toi sourire aux souvenirs lointains,
Au passé ciselé d'or fin et de diamants,
Aux facettes qui brillent d'un vif chatoiement,
Papillonner, bercée de rires enfantins." qui donne une mémoire finement brodée de souvenirs

Merci

   lala   
22/11/2015

   Curwwod   
27/11/2015
 a aimé ce texte 
Un peu
C'est sans doute un texte très travaillé, mais finalement sur une belle métaphore de départ vient se greffer une quatité d'images rutilantes, précieuses, mignardes qui parasitent l'émotion par des couches de dorures successives dont le poid étouffe le sentiment.
Combien j'aurais aimé que ce thème soit traité avec simplicité.
Désolé.

   lala   
28/11/2015
Commentaire modéré

   Cristale   
28/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ce poème l'exprime très bien : la mémoire est un bijou dont il faut prendre grand soin afin qu'il ne se ternisse et ne perde tout éclat de lumière.
Je ne suis pas très emballée par la forme du texte dont je pense qu'il manque un peu de lyrisme, mais je le suis quant aux nombreuses expressions relatives à la bijouterie. À l'heure d'un certain appauvrissement de notre si ancienne et jolie langue, je trouve ici une recherche et un soin particulier dans l'emploi de métaphores "joaillères".

Merci pour vos mots adamantins :)

Bien cordialement,
Cristale


Oniris Copyright © 2007-2020