Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Lapsus : Ce qui me manque
 Publié le 04/12/10  -  11 commentaires  -  1421 caractères  -  219 lectures    Autres textes du même auteur

...


Ce qui me manque



Ce qui me manque
n'est pas d'écrire ;
tu n'es pas là,
c'est donc pour rien.

Mais si j'écris,
c'est en dément,
Diogène, à moi !
ma jarre est vide.

Je cherche l'homme
qui s'est enfui,
je cherche l'homme
privé d'esprit.

Car si le charmeur de serpent
flûte sa belle mélodie,
mais que le cobra n'est pas là,
toute musique est inutile.

Car si le danseur de la pluie
rythme la course des nuages,
mais que la terre ignore l'eau,
combien de pas sont à pleurer.

De mon soleil tu t'es ôtée,
en me laissant le nœud gordien.

Ce qui me manque
n'est pas de vivre ;
tu n'es pas là,
c'est donc pour rien.

Mais si je vis,
c'est en manant,
Villon, à moi !
ma plume est triste.

Chante la neige
qui s'est enfuie,
chante la Vierge,
oh ! je t'en prie.

Car si le commandeur se lève
et fait se déployer l'armée,
mais que le pays est désert,
qui peut crier à la victoire ?

Car si je bénis tous les mots
pour la dernière des batailles,
mais que jamais tu ne les lis,
que chaque mot aille en enfer !

Neiges d'antan, nuits de rapine,
tu m'as laissé le nœud de corde.

Ce qui me manque
c'est de t'écrire ;
tu n'es plus là,
je le sais bien.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
26/11/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai beaucoup aimé ce texte qui peut s'adresser à tout le monde. Il m'a parlé d'une manière évidente par le biais d'un champ lexical judicieusement choisi où la musique s'est invitée admirablement. Merci pour cette lecture.

   Arielle   
27/11/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Charmée d'abord par la musique de ce poème, presque chanson avec son alternance de vers de 4 et 8 syllabes et son presque refrain qui évolue jusqu'aux deux derniers vers qui deviennent pathétiques, laissant entendre que l'absence est sans remède et le narrateur sans illusions.

Une seconde lecture s'enrichit de tout un jeu de références historiques mais je ne suis pas certaine de leur opportunité. Peut-être sont-elles un peu trop nombreuses et détournent-elles ma lecture du thème principal du manque ?
Je garderais bien volontiers le noeud gordien pour son rappel :

"tu m'as laissé le nœud de corde."

mais Diogène ne me paraît s'éloigner un peu trop du but recherché (même si Alexandre, le soleil...).

En revanche j'aime beaucoup :

"Car si le charmeur de serpent
flute sa belle mélodie[,]
mais que le cobra n'est pas là,
toute musique est inutile."

   Lunastrelle   
28/11/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Un texte vraiment apprécié, et dont le rythme emballe le lecteur. Les mots ont une petite touche surréaliste, tout en étant réfléchis et posés. Du coup, j'embarque à coup sûr dans un univers que j'affectionne.
N'y a-t-il pas une petite touche de philosophie qui s'ajoute à tout cela?

   Marite   
4/12/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Si les trois strophes aux vers très courts entrecoupant ce poème me plaisent, j'ai un sentiment d'inachevé à la fin ... j'attendais encore deux autres strophes pour équilibrer l'ensemble.
Cela dit, les autres strophes ne me donnent pas l'impression de "poésie". Je trouve que ce sont de simples phrases coupées en quatre pour faire une strophe. Mais c'est peut-être ainsi que se présente la poésie contemporaine ... les spécialistes du genre sont mieux placés que moi pour une appréciation adéquate.

   Chene   
4/12/2010
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonsoir Lapsus

Je suis déçu... Ce poème est loin de la qualité expressive d"un "La tentation Javert" ou de "Ce soir je rêverai de runes". Les registres sont différents, certes, mais dans cette lecture de "Ce qui me manque", je me suis lassé très vite. Est-ce l'effet répétitif ? Je ne saurais le dire. Peut-être trop long aussi.

En espérant mieux lors d'une prochaine lecture...

Chene

   Cristocdleballe   
5/12/2010
 a aimé ce texte 
Pas
Une lecture avec quelques belles images, une recherche d'originalité se ressent, mais pour ma part, je me suis lassé vers le milieu du texte, le rytme ne m' a pas plus, du coup le fond ne m'a pas convaincu.

Bonne journée

Christophe

   shanne   
5/12/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Un texte qui me plait beaucoup, un vide qui est bien exprimé, oui, tu n'es plus là et ma jarre est vide...
Je cherche l'homme qui s'est enfui,
je cherche l'homme privé d'esprit
Oui, ce manque peut nous anéantir, en tout cas, il est bien décrit.
Un grand bravo

   placebo   
7/10/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↓
J'ai apprécié les images claires (le charmeur de serpents, le faiseur de pluie), ayant toujours des problèmes de compréhension dans les poèmes. Le thème du manque, de la complémentarité, j'ai donc l'impression.

''Je cherche l'homme
qui s'est enfui,
je cherche l'homme
privé d'esprit.''

Je suis tout de suite perdu, là. Est-ce que cela veut dire qu'il manque quelque chose à cet homme, son esprit ?

J'aime bien la modification de l'état d'esprit (ce qui me manque, c'est de t'écrire) avec un glissement plus prononcé dans le champ lexical de l'écriture. Les deux avant-dernière strophes m'ont l'air de changer un peu de style (''mais que jamais tu ne les lis, que chaque mot aille en enfer !''), presque dans la lamentation. Ça m'a un peu dérangé au début, mais c'est peut-être pas mal, parce que j'ai moi aussi trouvé le texte un peu long.

L'ensemble m'a paru assez léger, peut-être un rapport avec la vacuité du thème ? :)

Merci pour cette lecture,
placebo

   Lapsus   
10/12/2010
Pour faire écho à ce texte et à vos commentaires je réponds sur le forum dédié.

   Anonyme   
15/12/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↓
J'apprécie les strophes rapides de ce poème et l'allure de litanie. La nostalgie nourrit bien la poésie. J'ai été désarçonnée par les strophes longues au rythme différent (Lapsus, à moi !) parce qu'elles m'ont sortie de cette nostalgie de façon inopinée, je vous promet que ça déboussole. Donc du charme mais des aspects déroutants.

   Coline-Dé   
1/1/2011
 a aimé ce texte 
Pas
Beaucoup de références, bon... mais moi, ce qui me manque, c'est simplement la poésie ! J'ai du mal à la trouver dans ce texte que je ne sens pas "habité". Dès lors toutes es références me paraissent artificielles. Dommage.


Oniris Copyright © 2007-2020