Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
Lariviere : Fragment du crépuscule (morceau 10)
 Publié le 10/08/07  -  6 commentaires  -  1123 caractères  -  54 lectures    Autres textes du même auteur

Fragment


Fragment du crépuscule (morceau 10)



Pour un oui ou pour non, se fanent les chevelures.
Les hymens se décollent comme tombent les feuilles de l’automne.
Toutes les femmes modernes sont des Ariane essayant de tisser le fil doré des jours incontrôlables.
Thésée, lui, se morfond désormais dans son palais. Ivre. Impuissant. Languissant.
Les yeux bouffis par l’alcool et la fierté. L’arrogance est de mise, musculature bestiale et bas débit de parole également perdus les orbites, rêves hagards dans des paraboles métalliques remplaçant les transplantations méningées. Représentations visuelles palpables d’un tout petit carré. Paradis moderne. Écran blanc. Et Télémaque régénère indéfiniment.

Épisode odysséen.

Diaspora en diapo coule dans les capitales dans des flots dorés sans pudeur ni réserve.

Les garçons disent :
Les yeux des filles sont plus impénétrables que leur vagin.

Et les filles de répondre :
La bite des mecs est plus incisive que leur cœur…

Et vulgarité déchire le doux voile blanc des candeurs pures et des choses dites avec des mots de fleurs…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Ama   
10/8/2007
Je trouve que tu écris les meilleurs poèmes de tout Oniris. Et je pense ca parce que je peux ne pas accorder la moindre attention au sens de tes mots, la sonorité me suffit. La forme n'est pas cadrée par la convention des vers ou autres et le rythme est souvent bon. D'ailleurs, pour celui-là, j'ai rien compris, enfin j'ai pas essayé, parce que j'avais envie de l'écouter seulement.

   Cyberalx   
10/8/2007
Pareil qu'Ama (sauf que moi j'ai compris des trucs, je crois) et même tes premiers écarts de langage n'entachent pas ces fragments merveilleux du crépuscule.

   Pat   
19/12/2007

   nico84   
20/1/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
J'ai fait un tour par la mythologie (le minotaure ...) et j'ai un peu mieux compris. Les femmes s'offrent davantage, tu le déplore, elles évoluent.

J'ai aimé encore et encore la profondeur de ton écriturenbravo, malgré en effet, ce volontaire écart de langage mais dans le contexte, je crois que c'est justifié, encore une idée géniale.

   jaimme   
10/10/2009
 a aimé ce texte 
Passionnément
Un poème qui mérite publication et hommage.
Intelligence, références: mytho et logique , quoi! Excellent!
Une poésie présente à tous les étages, avec encore plus de danger d'explosion!

Oui, un peu d'amour M'sieurs-Dames et que le risque merveilleux de se brûler les ailes, mais main dans la main, vous décolle de la télé!

   Anonyme   
2/7/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
9/4/2009

Je suis donc une Ariane, mais je plains ce Thésée... qui me rappelle vaguement des gens que j'aurai connus... que je connais surement encore...

Oui c'est absolument dans le ton que ça doit prendre... c'est méchant, c'est cru, c'est un rien vulgaire, mais c'est aussi comme ça pour le sujet traité, alors...

Je suis moins fan du coup... surement la proximité d'Ariane...
Es


Oniris Copyright © 2007-2019