Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
Lariviere : Fragment du crépuscule (morceau 5)
 Publié le 31/07/07  -  6 commentaires  -  679 caractères  -  124 lectures    Autres textes du même auteur

Fragment


Fragment du crépuscule (morceau 5)



Dictature de papier. Asphyxie des alvéoles.
Frivole sollicitude des passions folles. C’est le marasme dans les chambrées. C’est la fuite de nos étoiles. Percée de l’humanité coule sanguine sur les parvis merveilleux de nos cœurs. Sanctuaire vert réfléchit sa mystique et fait éclater nos yeux d’acariens.
Destin de rossignol. Malaise microbien des dilutions. Mirage de varan.
Les ouragans tourbillonnent dans les foyers putréfiés de nos machinations. Bourbillon. Aiguille de velours. Abcès. As de pique caresse de ses baisers mortels les chevilles ouvrières de nos mélancolies.
L’homme,
Éternel sacrifié sur l’autel de ses frondes.



 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   daphlanote   
31/7/2007
Encore une fois, définitivement, j'ai aimé.
Mais.
Je trouve le texte...
Peut-être trop joli. Pas assez cru.

   Cyberalx   
31/7/2007
J'ai vu qu'il y avait 9 fragments de crépuscule en tout (pour le moment) ce qui diffère d'autant mon commentaire sérieux et posé.

Blague à part, si je vois trainer ta plume... Je te la pique aussi sec, l'ami.

   Pat   
19/12/2007

   nico84   
20/1/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Avant de commenter, je me suis renseigner, sur les frondes, le bourbillons, le varan, le parvis (quel manque de culture !) pour un peu mieux comprendre tes images.

J'aimerais un jour que tu m'éclaires davantage mais j'ai compris que tu parlais de tourments, de douleurs, de l'Homme. J'ai encore moins compris le début.

Mais je comprends ainsi que tes fragments les plus courts ne sont pas les moins profonds, je crois qu'il se dégage une vraie richesse, une beauté dans tes écrits, un authentique artiste ...

   Anonyme   
2/7/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Mimimi

La fuite des étoiles (rapport avec la fuite des cerveaux je pense, non?).

J'aime moins les parvis merveilleux de nos coeurs.

Malaise microbien des dilutions. Mirage de Varans. J'aime beaucoup.

Et voilou.

Un joli petit coup de blues, j'aime assez l'asphyxie des alvéoles. Comme si le papier s'étouffait de ne pas être utilisé par désir.

L'as de pique qui caresse de ses baisers mortels les chevilles ouvrières de nos mélancolies. Ouais. Comme si en souhaitant s'élever on se reniait. EDIT ou comme si on laissait l'appat nous tuer...
ou j'ai mal compris, ça m'arrive.
Mais vu comme ça ça me plait assez.

Mirage de Varan. J'adore. C'est bizarre de mirager sur des Dragons de Komodo...quand on a un destin de rossignol... c'est très joliment dit.

Merci.
Jusqu'ici c'est çui-çi que j'aime le mieux dis donc.
Es

   jaimme   
9/10/2009
 a aimé ce texte 
Bien
"nos yeux d’acariens"? Glup!!!
Plutôt dans l'ordre du vivant, mais du glauque, ce fragment.
Pas très optimiste sur l'homme. Sur son action, son devenir.


Oniris Copyright © 2007-2019