Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Lariviere : Guanaco, la jeune femme, et le Niglo (Où l’art chez les tziganes de peler les filles, Kafka, et les hérissons en hiver…)
 Publié le 23/12/07  -  9 commentaires  -  443 caractères  -  208 lectures    Autres textes du même auteur

C'est l'histoire de Guanaco, d'une jeune femme et d'un hérisson...
On peut dire qu'il "pèle", parce que ça se passe en hiver, et que les manouches tchèques manquent d'habillement...


Guanaco, la jeune femme, et le Niglo (Où l’art chez les tziganes de peler les filles, Kafka, et les hérissons en hiver…)



Un hérisson
Tournait en rond
Sur l’eau gelée

Un brave garçon
L’air moribond
Le regardait

Une jeune femme
Avec sa flamme
Lui déclara :

Je ne sais pas ce qu’elle lui déclara,
Et vous pourriez avoir un peu d’imagination, merde !

Et la glace se brisa
Et la glace se brisa
Ha Ha Ha Ha Ha !

Elle se brisa d’un trait
Dans un énorme fracas.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bernalot   
23/12/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
C'est facétieux en diable, et je ne sais pas quoi dire...Merde ! Mais j'ai aimé

   Anonyme   
23/12/2007
J'ai l'impression (renforcé par le titre...) qu'il me manque un contexte pour y prendre du plaisir ?

Peux-tu m'ouvrir ma coquille ? on dirait un poème écrit sous le charme et l'euphorie d'un instant qui m'échappe..

Je vais surtout prendre de l'info sur la signification du titre qui me semble PRIMORDIAL !

   Anonyme   
23/12/2007
Je crois que j'y suis presque =>

kafkaïen : qui renvoie à quelque chose d'absurde et d'illogique, de confus et d'incompréhensible.

   pounon   
23/12/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
"Tout corps plongé dans l'absurde subit une poussée de haut en bas et...Coule des jours heureux"
Telle est ma devise même pour un hérisson.
Dans ma jeunesse il y avait un journal d'humour imprimé sur fond vert; c'était le... Hérisson.

   Anonyme   
28/12/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Le trait en plus ici, c'est l'esprit décalé, un titre hyper moderne, une petite poésie musicale et joyeuse qui me fait dire que vraiment j'ai aimé.

   Anonyme   
16/1/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Je te laisse un lambeau de félicitation rien que pour le titre. Là t'es carrément assis sur le réalisme... Synapses dorlotées par cette rivière nacrée...

   Anonyme   
30/9/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Drôle, léger, sympathique.
J'ai apprécié l'absurde, comme je l'aime, et le ricanement d'ironie HaHaHa.
Mais… sans plus, un petit texte pour divertir, dont je n'ai pas compris (car je crois qu'il y en a un) le sens profond et caché.

   David   
1/5/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Larivière,

Puisqu'il y a un langage des fleurs, il doit y en avoir un des petits animaux de jardin : le hérisson, version terrestre de l'oursin, en un peu plus expressif avec son museau, version animale de la chataigne, version vivante de la masse d'arme, sans le manche et la chaine. Chacun est réputé piquant de quelque côté qu'on le prenne, et pourtant fragile (si, une masse d'arme, à douze mètres d'un peloton d'execution, c'est fragile aussi... ).

Ce que je lirais comme clé, c'est que parfois, il ne faut surtout rien dire... j'en veux pour preuve le titre long, et le rire digne de Néron au violon dans Rome incendiée.

   Anonyme   
2/7/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Estelle2L   
9/7/2009

ainsi fond fond fond et pouf, plus de hérisson...

Je suppose que c'est une forme de private Joke... je suis certaine qu'avec quelques explications sur les clés ça doit être plus drôle encore.
ça me fait penser à une comptine (le genre qui part en quenouille, Bali-Ballo ou Martine-titine... enfin...), le genre qui fait marrer les gosses parce que c'est tellement absurde...

J'ai bien rigolé et je suis certaine que ça va me trotter (je cherche ce qu'elle a pu lui dire...je cherche)

Edit : ben oui quand on parle avec sa flamme, la glace fond... hon hon... bon m'a fallu plus de deux mois quand même à piger... lol


Oniris Copyright © 2007-2020