Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
LenineBosquet : L'usine hantée (usitant "t")
 Publié le 23/07/16  -  9 commentaires  -  858 caractères  -  228 lectures    Autres textes du même auteur

À la machine à café de l'usine, moi je vais me prendre un thé...


L'usine hantée (usitant "t")



T'as trimé trente ans sur ton tour pauvre prolo,
Et t'tiquais quand au taf tu croisais un rebeu.
Tu t'trompais d'tendance dans l'industrie, peureux,
Et n't'attendais pas à l'attaque des robots.

Le truc c'est qu'maintenant ça limoge, ça dégage.
Toi t'enrages ton travail c'est ton temps, ton rang,
Ton ménage, ta patrie, un parent, ton sang.
Alors tout à ton cri tu protestes et t'engages.

Au début tu t'tâtais d'toquer chez les cocos
Puis t'as vite capté qu'ils étaient hors-jeu.
C'est tout vu tu t'es dis, moi je n'vois plus qu'eux
Et t'as opté pour la tactique des fachos.

T'inquiète, tonton, tu l'auras ton enfilage,
Les mirages des tribuns, promesses des tyrans,
L'enfumage des trimards, prouesse des puissants.
Tu t'es tissé, tocard, ton propre naufrage.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Miguel   
9/7/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un texte engagé mais clairvoyant, qui dit les choses dans le langage adéquat à la situation. Quelques fautes cependant, qui n'éteint pas nécessaires pour faire "prolo". En tout cas le message méritait d'être passé, et la tonalité "couleur locale de l'usine" ajoute au réalisme (car rien n'interdit à la poésie d'être réaliste, au besoin).

   MissNeko   
23/7/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je ne suis pas fan du registre du langage mais ce texte engagé ( enragé?) à un fond si juste que j en oublie la forme.

   PIZZICATO   
23/7/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Toujours ce langage argotique pour servir vos poésies qui, ma foi, le supportent assez bien.
Ici une satire aigre douce du "prolo" qui cherche vainement à quel saint (?!) se vouer pour espérer améliorer sa vie.

Le dernier quatrain est sans ambigüité quant au résultat...

   Pimpette   
23/7/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Lenin'

ce que j'aime là- beaucoup- ce sont les trouvailles de la langue!
C'est très énergique!
Et marrant!
Et peu m'importe le sens politique du texte...

""Au début tu t'tâtais d'toquer chez les cocos
Puis t'as vite capté qu'ils étaient hors-jeu.
C'est tout vu tu t'es dis, moi je n'vois plus qu'eux
Et t'as opté pour la tactique des fachos.

J'adore l'incipit très spirituel!

Si, comme je le pense, un poème est avant tout la recherche d'un vocabulaire moderne qui vivifie le texte...le tien est extra et je le note comme tel!!!

   Vincendix   
23/7/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je n’aime pas trop le langage employé et les élisions mais ils conviennent bien au sujet.

Concernant le fond, c’est un constat plutôt qu’un « coup de gueule », et il est vrai que les « prolos » sont déboussolés, beaucoup sont passés de bâbord à tribord…Pour finir immanquablement par-dessus bord.

   Pouet   
24/7/2016
Bjr,

J'aime bien le style d'écriture comme d'hab.

Suis pas trop fan du fond en revanche. "L'hésitation" entre le "communisme" et l'extrême droite ne me cause pas même si je sais bien que malheureusement cela existe. Sans doute à cause de mon éducation, je me fais "une certaine idée du communisme" qui, en dehors de toute considération historique, rassemble pour moi des valeurs d'humanisme, d'internationalisme et de fraternité qu'on ne retrouve pas du tout dans des mouvements style FN. Je vomis personnellement les idées rances véhiculées par l'extrême droite et n'y vois rien de commun avec la lutte pour les droits du peuple, la mise en avant de la culture, de la tolérance et de la diversité. Pour ma part donc je ne vois pas de motifs d'hésitation entre deux formes de pensées opposées.

Sinon, sans doute est-ce dû encore à mes origines "prolo", je ne retrouve pas ce que j'ai connu dans la description de la tournure d'esprit du type dont on parle dans le texte. Perso j'ai côtoyé des gens syndiqués qui foulaient le pavés et se battaient pour leurs acquis et y'avait bien des rebeus, des renois et tout ce qu'on veut dans les rangs.

Bref non, pour moi c'est pas ça un "prolo", mais bon cela n'engage que moi. Si la gauche au pouvoir préfère la Finance au "petit peuple", je ne crois pas que cela soit les cas de toute la "vraie" gauche en France. Je trouve un peu facile de prétendre que ce sont les ouvriers qui font le jeu du FN, car ce n'est à mon sens qu'un vote coup de gueule, de protestation, car à force de se faire entuber faut aussi un peu comprendre.

Mais regardons aussi, par exemple, du côté des jeunes de moins de 30 ans de bonne famille et de leurs idées rétrogrades et conservatrices. Car la jeunesse aujourd'hui c'est aussi ça...

Je n'évalue donc pas car mes idées me regardent et certaines choses provoquent en moi des réactions épidermiques qui n'ont rien à voir avec la littérature.

A plus.

   Sodome   
26/7/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Du rythme (je ne comprends pas trop le "hantée" de l'usine, mais peu importe) et du sens.

C'est assez beau, bravo !

   bipol   
27/7/2016
pour le fond je suis entièrement

en accord avec Pouet

pour la forme ce n'est pas le style

que je préfère

   LenineBosquet   
27/7/2016


Oniris Copyright © 2007-2018