Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
Luz : Eau et lumière [Sélection GL]
 Publié le 23/07/15  -  9 commentaires  -  1189 caractères  -  161 lectures    Autres textes du même auteur

Mouvements d'eau et de lumière.


Eau et lumière [Sélection GL]



GOUTTES D’AURORE

L’aurore s’ouvre au vent.
Une perle de glace, presque goutte d’eau, suspendue à une branche fine, scintille de bleu limpide. Elle va tomber dans la lumière du matin, et rouler comme une larme sur les feuilles d’automne ; début d’un lent cheminement vers la source au pied du hêtre et du houx.

Là, entre les pierres et la mousse, les filets d’eau claire s’écoulent sans trêve ; aucun n’étant exactement identique au précédent.
Et il est vain d’espérer qu’un seul soubresaut de ce courant ne revienne un jour en ce lieu de hasard, assemblé des mêmes gouttes d’aurore.


LUMIÈRE DU SOIR

Le soir, doucement ocre, diffuse ses odeurs bourdonnantes, et les raisins transpercés de lumière luisent sous les feuilles qui tremblent.

Elle marche à côté d’un chemin de pierres et de poudres – vive silhouette noire tranchant le soleil bas. Son pas foule l’herbe qui bruisse à fleur de vent léger.
Loin, sur la colline d’ambre claire, on dirait qu’elle danse contre l’embrasure du jour finissant.

La vie est ce souffle d’or et de sang joyeux, l’éclair inexprimable du temps.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bipol   
27/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
votre texte en fait est deux

deux beaux tableaux vivants

un sur le ruissellement de l'eau

j'aime l'idée que l'eau ne reviendra jamais

marquant le temps qui s'écoule

l'autre sur cette silhouette de femme

à côté du chemin

j'ai beaucoup aimé vos images dans ces deux tableaux

   margueritec   
6/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Belle déambulation où aube et crépuscule se rejoignent. J'ai beaucoup apprécié le cheminement vers la source que vous avez bien rendu de même que l'assertion sur le hasard, qui rend bien compte de nos espérances inutiles : "Et il est vain d’espérer qu’un seul soubresaut de ce courant ne revienne un jour en ce lieu de hasard, assemblé des mêmes gouttes d’aurore."
On aimerait accompagner dans la lumière du soir cette femme qui semble se marier à la poésie du décor que vous avez évoquée par de belles alliances de mots " les raisins transpercés de lumière", "d’un chemin de pierres et de poudres", l’herbe qui bruisse à fleur de vent". On aimerait se perdre avec elle, le temps de "ce souffle d’or et de sang joyeux".
Merci de m'avoir entraînée vers des chemins impalpables, frais et lumineux magnifiés par l'eau et la lumière.

   Lulu   
6/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je préfère les gouttes d'aurore à la lumière du soir ; peut-être parce que j'aime particulièrement le matin... Cela dit, je trouve que belles vos images. Elles sont magnifiques.
On se prend à observer avec un appareil photo ce qui se produit sous nos yeux... "Une perle de glace" d'abord, puis tout cette eau qui s'écoule pour réaliser qu'elles sont l'association de nombre de gouttes... d'aurore, bien sûr.
Dans la lumière du soir, j'ai bien aimé sentir le tremblement des feuilles, puis l'ensemble de vos images, de vos couleurs.

Tous mes encouragements.

   PIZZICATO   
23/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une poésie aussi légère qu'une aquarelle ; des images délicates comme : le "cheminement" de cette "perle de glace, presque goutte d’eau" qui va " rouler comme une larme sur les feuilles d’automne ".
Au milieu de cette nature paisible une " silhouette noire tranchant le soleil bas ". Un tableau peint avec des mots.
J'aime beaucoup.

   papipoete   
23/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Luz; visions de peintre troquant le crayon contre le pinceau, le parchemin écartant la toile du chevalet.
L'aurore où naît toute vie, dont celle de l'eau qui coule jusqu'au ru naissant.
Le soir quand la lumière du soleil couchant transperce les raisins, on peut voir une silhouette féminine marcher au vent léger, se déplacer telle une ombre chinoise et danser sur la colline d'ambre claire...
Rien que pour ces deux images, qu'il est doux le lever et le coucher du jour...

   melancolique   
25/7/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Luz,

Un texte d'une grande douceur, qui crée une belle ambiance, je me suis laissée emporter par cette poésie et par les images très belles.

Je retiens surtout:
"Loin, sur la colline d’ambre claire, on dirait qu’elle danse contre l’embrasure du jour finissant. "

Merci pour ce moment de poésie.
Au plaisir de vous relire.

   Pussicat   
28/7/2015
"Une perle de glace, presque goutte d’eau, suspendue à une branche fine, scintille de bleu limpide. Elle va tomber" / je n'aime pas la conjugaison « Elle va tomber... »/ "dans la lumière du matin, et rouler comme une larme sur les feuilles d’automne ; début d’un lent cheminement vers la source au pied du hêtre et du houx."  / l'écriture est facile... passage banal,

"Là, entre les pierres et la mousse, les filets d’eau claire s’écoulent sans trêve ; aucun n’étant exactement identique au précédent."  / les récurrences sur le son « en », « an » sont regrettables

Un texte qui se laisse lire, sans plus,

à bientôt de vous lire,

   ameliamo   
28/9/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quelles belles images ! Tant délicatesse, de sensibilité. Une vraie poésie pour le délice de l’âme.

   Asrya   
17/10/2017
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Hum... je suis septique.
La construction est intéressante "Gouttes d'aurore" ; "Lumière du soir" ; assez évocatrice pour être intrigante.
Toutefois, une fois plongé dans votre texte... je n'ai pas retrouvé la sensation que m'évoquait ces deux "titres".
D'accord... ce n'est pas laid à lire, il y a des images agréables, on pourrait y lire une peinture en effet.
Mais... je trouve que les images sont trop simples et manquent de recherche, je n'ai pas réussi à me laisser embarquer pleinement, ni à savourer l'essence même de votre verve.

Au final, beaucoup d'adjectifs pour "pas grand chose" ; "ambre claire" , "jour finissant", "odeurs bourdonnantes" etc.
Ça fait beaucoup à mon sens.

Merci malgré tout pour la lecture,
Au plaisir de vous lire à nouveau,
Asrya.


Oniris Copyright © 2007-2018