Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Luz : L’escargot de l’épicerie
 Publié le 14/11/20  -  20 commentaires  -  814 caractères  -  234 lectures    Autres textes du même auteur

Aucun journal n’a relaté ce fait divers, à l’exception d’un petit entrefilet dans « L’Écho des poireaux ».


L’escargot de l’épicerie



L’escargot l’est tombé de la botte de poireaux
sur le tapis l’a roulé
devant le lecteur de code à barreaux
qu’a marqué pas compris

la caissière jeune jolie polie
de l’épicerie de Foufnie-les-Oies
me l’a présenté

il bougeait pas
tout luisant de bonheur dans sa main
j’aurais bien aimé moi
briller pareil suspendu
de désir au bout de ses doigts fins

m’a demandé vous le prenez
j’ai répondu oui sera bien
au fond de mon jardin
avec le nain

m’a dit oh mais l’est mort on dirait
j’ai répondu non l’a froid lui ferai
le bouche-à-bouche que veux-tu

m’a pas fait payer l’escargot l’ai installé
dans mon caddie entre deux feuilles de laitue


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
5/11/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Oooh, c'est tout mimi c't'histoire ! Ça me fait plaisir de lire un petit récit escargotin qui démarre bien, pour moi, avec
l'a roulé
devant le lecteur de code à barreaux
qu’a marqué pas compris

En revanche, la troisième strophe me casse l'ambiance avec son anthropomorphisme et son recentrage sur le narrateur ou la narratrice (pas de marqueur grammatical même si je pense plutôt à un homme), parce que je n'en ai rien à faire qu'il ou elle veuille se faire suspendre le désir aux doigts de
la caissière jeune jolie polie
Heureusement ensuite vous revenez à l'escargot, on le croit mort, et pis non, il trouve un refuge douillet entre deux feuilles de salade dans le chariot en attendant le nain de jardin. Pour une fois que quelque chose tourne rond dans ce monde !

   Gemini   
6/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai bien aimé l'emploi du registre familier qui rajoute à la cocasserie de la scène.
C'est à la fois drôle, frais, et subtilement surréaliste.
Ça fait penser à Desnos peut-être mâtiné d'Audiard.
Ça donne envie de visiter Foufnie-les-Oies, et de lire la rubrique des chiens écrasés de "l'Écho des poireaux".
Excellent.

   embellie   
6/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Cette poésie me fait penser aux petits personnages de Sempé, aux amoureux de Peynet, aux poèmes de Prévert. Le langage enfantin convient tout à fait au propos. La forme, libre, ajoute au charme. Le même thème en poésie classique, je ne peux même le concevoir.
Je dis "bravo" et "encore" ! Merci à l'auteur(re).

   TheDreamer   
14/11/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une poésie charmante toute de douceur et de délicatesse. Un instant de grâce au milieu de la cohue d'un monde où les petits moments insignifiants en apparence sont des bribes de lumière qu'il faut saisir et garder en soi.

Merci.

   fugace   
14/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je crois que je vais m'abonner à l'écho des poireaux pour y retrouver quotidiennement mon lot de fraîcheur, d'enfance, de simplicité.
C'est bien écrit, on sourit au bouche à bouche de réanimation de la bestiole qui retrouve finalement son bonheur entre deux feuilles de laitue.
Merci pour cette lecture.

   Lebarde   
15/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Histoire loufoque tant dans le fond que dans la forme qu’on pourrait avec succès raconter pendant plusieurs jours en suivant ( on sait en effet que les petits enfants aiment à écouter les histoires jusqu’à les connaître par cœur ) avant le dodo du soir.
C’est plaisant et mignon tout plein, le ton est enfantin et enlevé.
Bravo.

J’ai bien aimé la première strophe et les deux derniers vers pour les trouvailles sur l’épicière ajoutant un côté mercantile au propos qui échappe peut être aux bambins, mais réjouit le lecteur amusé que je suis.

Poème bien sympa qui éloigne des sujets habituels qui nous sont généralement offerts.

Merci

Lebarde

   plumette   
14/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
on dirait une petite comptine, mais pour adulte!
Voilà une mignonne histoire un brin coquine, avec cet escargot qui passe du poireau, au tapis de caisse puis à la main de la caissière et jusqu'à celle du narrateur:

"il bougeait pas
tout luisant de bonheur dans sa main
j’aurais bien aimé moi
briller pareil suspendu
de désir au bout de ses doigts fins"

la supression des articles est une trouvaille qui donne encore plus de relief à la narration.

Une fois de plus, luz, quel talent pour capter la poésie des petits moments du quotidien et nous la faire partager!

   papipoete   
14/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour Luz
comme le dit " plumette " un peu plus haut, l'escargot est à la fête ce jour d'hui !
l'on se donna le mot, que l'on ne fit pas mieux pour évoquer ce drôle de rampeur un brin bourlingueur, qui ne s'éloigne jamais de son toit, si ce n'est pour son ultime quart-d'heure !
ce ton de benêt à la Fernand Raynaud, convient à ce récit oh combien touchant ; il put sortir de ma bouche d'enfant, quand les mots ne couraient pas la phrase ; quand un petit pois ou un mini escargot nous occupait pendant des heures !
NB un scénario où rien ne manque ; entre la surprise du client, la jolie caissière ; et ce " vous le prenez quand-même qu'il a l'air mort ? "
la 4e strophe est vraiment craquante, et je regrette que mes petits-enfants soient maintenant bien grands ; sûr qu'au bord de leur lit, je leur aurais raconté...l'histoire d'un escargot tombé d'une botte de poireaux !
à l'heure où les nouvelles dans le journal du coin, et au JT ne font que nous tourmenter, nous avons besoin de nourriture " essentielle " et ce texte à savourer est d'une infinie tendresse !

   dream   
14/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
« L’escargot de l’épicerie donne le ton de cette historiette complètement foutraque et mignonne à la fois, qui prend un malin plaisir à jouer sur de nombreux clichés. Avec l’auteur, orfèvre poétique en tout genre, on est content d’avoir caracolé pendant quelques instants et ça fait vraiment du bien dans cette période si trouble et si troublée.

Mon passage préféré :

« m’a demandé vous le prenez
j’ai répondu oui sera bien
au fond de mon jardin
avec le nain »

Ah ! L’évocation du nain de jardin me fait particulièrement rigoler car j’ai une véritable aversion pour ces petits personnages hauts en couleur qui pullulent devant quasiment toutes les « villas » -comme ils disent de par chez moi- de la campagne environnante.

Bravo au poète pour ce très agréable moment de détente. Ah ! Ah !

dream

   hersen   
14/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Petit conte, petite fable, petite rencontre ?
Non, rien de tout ça, c'est juste un petit instant de pureté face à cet escargot... si bien entouré dans l'épicerie.
C'est fait avec trois fois rien, et je dis trois fois bravo !

Merci d'être passé par l'épicerie !

   Cristale   
14/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Adorable !

L'est petite la poésie
l'est aussi vraiment trop jolie
l'aime très beaucoup tous les vers
qui sont beaux comme l'univers
de l'escargot dans la salade
l'était trop bien la promenade
dans le petit conte de Luz
de Honfleur à Saint-Jean-De-Luz.

   Pouet   
14/11/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Slt,

gratuit le petit geste de liberté, pas soumis au code barre le gastéropode aventureux.

On peut y voir une petite anecdote avec en fond plus de profondeur peut-être, sur la société de consommation, la fragilité de l'être face à la meule du monde. Mais bon, je brode un peu...

   Vincente   
14/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Quelle bonne idée que d'avoir redonné vie à ce "fait divers" si modeste qu'il aurait pu tomber dans l'oubli.
Le voilà requinqué dans les mots ingénus de ce gentil poème.

J'ai beaucoup aimé et l'idée et le regard et l'expression, sauf dans cette strophe, "m'a dit… / … / que tu veux", à côté à mon sens, dans la suite narrative et par cette immixtion du "bouche-à-bouche" peu en phase avec le registre et d'un intérêt discutable.

   Eclaircie   
15/11/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Bonjour Luz,
(Troublée par tant d'escargots au menu, je n'ai pas eu le temps de commenter ce poème en EL, "l'est parti trop vite" en correction. )

J'avais été un peu déroutée en première lecture par l’absence de nombreux pronoms personnels. En relisant je trouve ce "menu" encore plus délicieux et digeste.
Je salue le soin extrême apporté à cette composition.
Par exemple je vois sur internet qu'il existe bien les expressions *
"Foufnie-les-Berdouilles" et "Perpète-les-Oies", la première est belge, la seconde française, le mix des deux, une super trouvaille !
La musique que cet escargot joue est à la fois, fraiche, limpide, novatrice sans heurter l'oreille des mamies-papis, intergénérationnelle, très littéraire et poétique.
Le poème fait à la fois appel à l'enfant en chacun de nous mais aussi plus loin à la mise en lumière de la simplicité des liens entre humains, pour peu qu'on s'en donne la peine. Et sans clivage entre la bête et l'humain. Juste évocation de créatures vivantes.

Je le copie et le ferai connaitre à mes petits enfants, mes amis et mes connaissances. (Pas mes enfants, ils m'ont poliment remercier par le passé, ils ne sont pas sensible à cette forme de poésie, ni à d'autres en fait ; enfin si, sensible à la poésie de l'instant, mais pas de l'instant écrit.)

Dans son genre, la meilleure des compositions possibles à mes yeux.

Merci du partage, bravo !
Éclaircie

   Robot   
15/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Beaucoup d'humour dans cette écriture au langage parlé dont la forme s'adapte bien au sujet.
Je me demande si l'histoire n'est pas venue d'un fait réel, d'un escargot véritablement tombé de la botte de poireau.

Des vers sympa que j'apprécie pour leur verve et leur authenticité.
"la caissière jeune jolie polie"
"j’aurais bien aimé moi
briller pareil suspendu
de désir au bout de ses doigts fins"

Et le final !

   Myo   
15/11/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Personnellement, j'ai un peu de mal à m'enthousiasmer à cette lecture.
Je dois avoir perdu une partie de mon âme d'enfant dans les méandres de la vie.

Mais le thème est gentillet et le traitement très original.

Bravo pour cela.

   Cat   
16/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Elle est craquante tout plein la balade du petit escargot qui "l'est tombé de la botte de poireaux pour finir dans le caddie entre deux feuilles de laitues" !

J'ai adoré le ton de circonstance. Il est tip top au poil trié sur le volet d'une belle inspiration qui a poussé le poète à nous offrir cette fabuleuse et tendre aventure.

Avec sa fossette joyeuse en coin, elle nous sort du banal avec une époustouflante fraîcheur .

Bravo, et merci, Luz, m'suis régalée !


Cat

   Lariviere   
16/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Ce que j'ai aimé dans ce texte c'est l'audace du style qui malmène un peu la syntaxe mais qui apporte un rendu très plaisant.

L'histoire est touchante, le ton est humoristique, décalé, et j'ai aimé cette poésie qui se distille sans avoir l'air, sur fond et forme...

Merci pour ce bon moment de lecture

   Donaldo75   
17/11/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Luz,

J'ai beaucoup aimé ce poème dont le décalage m'a bien plu. Il y a un ton qui fait un peu penser à du Bobby Lapointe et aussi à Zazi dans le métro. C'est plus une impression, un peu comme quand on entend le son d'un film sans en voir les images. Et c'est ça que j'aime dans la poésie, surtout en forme libre, la capacité à m'emmener dans des zones éloignées de mon confort quotidien ou des mornes plaines que je vois à la télévision en boucle sur BFM TV.

Bravo !

Donaldo

   Atom   
20/11/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Un poème aux allures de BD plutôt sympathique.

Poème qui mine de rien respire le "bio" et surtout le véritable terroir :
S'il y a un escargot (ou une limace) dans vos poireaux ou salades c'est plutôt bon signe. Non ?
Et si en plus l'épicière du coin est jolie...

J'aime bien l'idée du "code à barreaux / qu'a marqué pas compris
Ce petit tacle à la grande distribution qui quelque part... à fait des petits.

Moins fan en revanche du ton "naïf " pour ne pas dire - benêt - utilisé pour décrire la scène.


Oniris Copyright © 2007-2020