Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Lyl_mystic : Musique
 Publié le 02/07/15  -  6 commentaires  -  2706 caractères  -  99 lectures    Autres textes du même auteur

Tutututut.


Musique



C'est l'abri ensoleillé sous la pluie froide des faiblesses que le monde vous refuse...
C'est le secret que l'on tient devant les rails du métro
et les crottes de pigeon...
C'est l’accueil hospitalier que l'on trouve face au tintement métallique des portes et des portails...
C'est plus saisissant que l'éphémère beauté des oiseaux qui s'envolent,
et des soleils écorchés à vif...
C'est le bruit des voitures sur le gravier qui devient étoiles
filant le silence
au rythme du rêve échoué vers l'horizon lointain...
C'est la poésie toujours là sous les apparences qui vous écrasent.
C'est la légèreté sous les lourdeurs
que le cœur pleure tous les jours...

C'est ce qui fait vivre l'inexprimable et l'invisible,
lui donne une demeure quand la brutalité des réalités n'en veut jamais...
C'est l'extension directe de l'esprit diffus et las.

C'est le plaisir égoïste dans le pouvoir offert de recréer les secousses,
les dissonances
les mouvements aériens,
mystérieux...

C'est un mensonge que l'on perpétue à la mémoire de tous les mensonges que le cœur écrit inlassablement
sous les portiques de la solitude...
La solitude de tous devant l'éternelle piqûre de l'incompréhension du monde...

C'est la couleur qui n'existe que dans notre mémoire,
c'est le souvenir de ceux qui portaient les mirages de nos idéaux.

Ce n'est rien qu'une immense décharge où l'on retrouve émus et reconnaissant tout ce que le monde a englouti trop vite...
On y retrouve ici l'innocence des aurores boréales,
l’instantané fleuri des enfances farouches...
On y retrouve les passions qui soulèvent,
les montagnes qui soufflent un peu du vent vertigineux de l'espérance alors que l'on sombre à la manière d'un phoque sur l'horizon,
perdu loin sur les récifs...

Mais c'est l'odeur de la violette,
et l'écho salé des mers...

C'est ce déluge permanent des notes dans l'air,
c'est le silence imposant entre deux autres,
le ciel qui s'ouvre en des villes entières dans ce fossé d'espace-temps.

C'est la nuit dans le jour,
c'est le printemps éclatant de couleurs,
à l'odeur de figue
et à la sensation si glaçante,
c'est ce contraste permanent qui vous tord le cœur,

jusqu'à n'être qu'un peu d'averse sur les murs gris et les objets...
C'est tout ce qui passe inaperçu à n'être pas visible.
C'est un hommage d'intensité à nos vies intérieures,
au-delà des mots,

c'est tout ce que je n'ai pas écrit...
Ça ne s'écrit pas,
jamais...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bipol   
9/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Jusqu'à n'être qu'un peu d'averse sur les murs gris et les objets...
C'est tout ce qui passe inaperçu à n'être pas visible.
C'est un hommage d'intensité à nos vies intérieures,
Au-delà des mots,

C'est tout ce que je n'ai pas écrit...
Ça ne s'écrit pas,
Jamais...

je n'ai pas aimé ce c'est ...

qui construit votre texte

il est lancinant et m'ennuie

mais en même temps

il marque le tempo

de votre partition

car on entends bien votre musique

et vos images sont bien choisies

qui tendent vers cette conclusion qui me touche

j'ai beaucoup aimé

   LeopoldPartisan   
10/6/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
un petit peu septique au début car pour le tout premier vers j'ai du m'y reprendre à deux ou trois fois.
Faut parfois que je m'échauffe un peu. Et puis cela se lit comme coulent des notes parfois tristes et tragiques. Pourtant plus le thème se développe plus mon Oreille se laisse porter tant par le son des mots que par les images évoquées avec sérénité et souplesse dans les arpèges. J'ai aussi reconnu des personnages à jamais disparus auxquels j'avais tellement cru. Vraiment j'ai grandement apprécié cette lecture qui vraiment ne fait pas tututut

   Pimpette   
2/7/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
je crois reconnaître ta voix!
De toute façon ta façon d'écrire un texte poétique est exactement celui que j'aime. ... le seul ici qui ait vraiment un avenir...mais les autres sont infiniment respectables!!!!

Le vocabulaire est d'une richesse incroyable et c'est lui qui donne le ton et le sens...Je ne cite rien mais je note haut!

MOi j'aurais fait un peu plus court pour que le lecteur arpente vite la totalité du texte dans toute sa force, sa densité!

   emilia   
2/7/2015
Une généreuse partition musicale pour nous dire que la poésie est toujours là, prête à transfigurer le réel, à traduire à la manière de Louis « l’inexprimable et l’invisible » au souffle « du vent vertigineux de l’espérance… », pour un déluge de notes, au-delà des mots, dans un style anaphorique également qui souligne l’intense jaillissement de la pensée…

   Eylia   
2/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup, peut-être est-ce parce que ça mélange deux passions : la poésie et la musique; et qu'ici les deux sont très bien retranscrits.
Le texte est fluide, plaisant à lire, peut-être juste un petit peu trop long.
Le meilleur reste la chute qui est si vraie...

   Robot   
20/7/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Belles images et beaux sentiments pour un art si difficile à traduire en mots. On ne peut qu'évoquer le ressenti intime et c'est ce que fait superbement ce texte.
La musique accompagnatrice du bonheur ou du malheur, de la sérénité et des agitations, la solitude ou la présence, oui, c'est bien exprimé ce foisonnement de perceptions et d'émotions contradictoires.


Oniris Copyright © 2007-2019