Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
Lylah : Le secret des fleurs
 Publié le 18/01/18  -  18 commentaires  -  1184 caractères  -  290 lectures    Autres textes du même auteur

Le saviez-vous ?


Le secret des fleurs



Au déclin du soleil, le dernier visiteur a déserté les lieux.

Le temps marque le pas.

Le silence, relayé d'herbe en d'herbe, propage la nouvelle : libres !

On s'ébroue.
On soupire.
On sourit.
On s'étire.

La pose a été longue
– l'été attire du monde –
il faut tenir le rôle et feindre l'immobile.



Nimbé de crépuscule, ignoré des regards, le peuple végétal entre en métamorphose.


La scabieuse, froissée par le vol d’un bourdon, lisse sa robe mauve.

La pervenche saupoudre son caraco soyeux d’une once de poudre d'or (offrande enamourée d'un machaon volage).

Discrète, l’anémone ravive le velours de son étole pourpre d’une perle de pluie.

Pour parer ses épines d’un voile de douceur, l'aubépine déploie l’impalpable mantille, tissée de transparence, qu’une araignée hier lui a laissée en gage.


Il est temps !

Le chœur des jacinthes égrène le prélude d'une valse embaumée.

En habit de gala, le réséda s'incline devant la centaurée.


Ce soir, comme chaque soir, il y a bal dans la clairière…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Mokhtar   
18/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Belle idée romantique que de prêter à la gent florale une vie nocturne quand le visiteur humain s’est retiré.

La scène devient alors pain bénit pour le lyrisme du poète, qui n’a plus qu’à butiner parmi les harmonieux noms des fleurs, et les images bucoliques qu’elles suggèrent.

À la lecture de ce bonbon (!), je me joue dans la tête un film d’animation, avec des scènes ludiquement anthropomorphiques, qu’auraient produites les studios Disney. Peut-être même l’ont-ils déjà fait ?
Mais si ce texte est suggestif, s’il est source d’évocations et de rêves, c’est qu’il a la grâce. Le thème choisi était propice à la facilité ? Raison de plus pour distinguer cet exercice de style, et son haut niveau d’écriture.

Très opportune, cette bouffée de printemps à l’époque sombre des frimas.
Mesdames les actrices de la scénette sont d’accord. Qui pour complaire au poète ont harmonisé leurs époques de floraison.

Mokhtar, en EL, le 05/01/2018

   Brume   
5/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour

Ho comme vos fleurs sont charmantes, elles sont trop belles. Tout s'anime dans mon imaginaire.

Votre poème est un rayon de soleil. L'écriture est élégante.
Ma lecture me donne l'impression d'être dans un monde féerique alors que vous ne faites que de décrire un monde réel. C'est la magie de votre plume.
C'est tout plein de couleurs, vos vers sont une prairie.

Rien à dire sur la forme. C'est parfait.
Bravo.

   Gouelan   
10/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un conte floral, tous au bal !
Les fleurs ont une vie qu'on ne soupçonne pas toujours.
Un peu d'imagination et on entre dans leur monde.
On sent l'attente, le mouvement, les préparatifs, puis l'ouverture du bal.
J'ai aimé ces jolies princesses.

   Marite   
18/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Hé bien non Lylah, je ne le savais pas et ne m'y étais même jamais arrêtée ... aussi quel merveilleux cadeau nous offrez-vous avec cette découverte du mystérieux monde floral. Tel que décrit dans ce poème il est si enchanteur que nous pouvons être tenté de participer à ce bal nocturne.

   Anonyme   
18/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Les parures de ces petites fleurs animées par leur liberté ( voile, mantille, étole pourpre...) ont autant de finesse que votre texte tissé avec légèreté et savamment orchestré. Un texte de dentellière. J'aime beaucoup le " on" qui désigne avec révérence ces danseuses qui vont faire leur entrée au bal et l'attention délicate portée à chacune de ces majestés, nommées dès leur entrée dans la valse. Une lecture "royale" donc, qui vous enchante...

   PIZZICATO   
18/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
La délicatesse de votre plume réapparaît pour notre plaisir de lecture.

Comme c'est agréable d'assister aux 'préparatifs' de toutes ces fleurs pour le " bal dans la clairière " "comme chaque soir " à la fin de l'été.

Une poésie emplie de fraîcheur.
Merci pour les très belles images " embaumées ".

   papipoete   
18/1/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
bonjour Lylah
sur le dos d'une sauterelle semble arrimée votre plume qui marche, ou saute d'une tige à l'autre, et nous envoie en français, sans SMS ces messages bucoliques !
Qu'il fait bon se promener loin du gasoil et des PV, où le seul outrage est d'abuser de ce spectacle que vous nous offrez !
Je n'ai vraiment pas envie de voyage inter-galactique quand je re-découvre sous vos mots les beautés de la Terre !
" pour parer ses épines d'un voile de douceur, l'aubépine déploie l'impalpable mantille, tissée de transparence, qu'une araignée hier lui a laissée en gage " .... comment trouver plus poétique !
Bravo pour cette page de plénitude !

   Marie-Ange   
18/1/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
J"ai été complètement subjugué par vos dires à partir de
"Nimbé de crépuscule ...", dès cet instant je n'ai pas
décroché une seconde tant c'est magnifiquement beau, coloré,
délicat, tout cela nous est si finement proposé, j'en suis sans
mots.

Je suis admiratif de votre dextérité à nous dépeindre ainsi la nature
avec autant d'engouement, de savoir faire, d'observation sans failles. C'est une splendeur, qui éveille à merveille l'émotion.

Franchement une lecture dès plus agréable, même si je n'ai pas trop "aimé" le début de votre écrit.

   Bidis   
18/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ce qu'il y a, avec ce poème, c'est qu'après sa lecture, je suis restée un peu prisonnière d'une atmosphère colorée, odorante, impalpable et légère. Mouvante aussi. C'est d'autant plus curieux que je n'étais pas vraiment convaincue au moment même par ce que je lisais...
Un texte magique donc.

   Pouet   
19/1/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bjr,

Un magnifique poème que voici!

Un Toys story végétal... :)

Seul le dernier vers vient à mon sens rompre le rythme de l'ensemble, mais comme c'est le dernier, cela peut sembler opportun; toutefois, de par son côté trop "explicatif", il est peut-être superflu.

Quoi qu'il en soit, une superbe écriture mise au service de délicates images.

Un régal.

   framato   
19/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Lylah,

à la première lecture, je suis un peu resté sur ma faim : c'est joli, ça renouvelle un peu les images des poésie qui parlent de fleur mais bon...

Ensuite, connaissant l'apôtre, j'ai essayé de passer outre les évidences. Et le premier vers m'a ouvert une porte : le dernier visiteur a déserté les lieux. Le temps marque le pas.

Après, je ne sais pas vraiment expliquer pourquoi, au lieu de lire un texte décrivant des fleurs, je me suis vu plongé en plein milieu d'un carnaval en maison de retraite.

Alors, je suis certain que ma lecture est absurde, mais c'est celle que j'ai eue et je l'ai trouvée hyper souriante. Je suis très conscient que je raconte une histoire différente que l'histoire écrite, mais c'est cette histoire là que j'ai lu (et c'est cette lecture qui m'a touché et que j'ai convoqué pour qu'elle me touche). Un drôle de texte, loin de ce que tu produis habituellement (bcp plus de mots), mais j'ai vraiment aimé.

   troupi   
20/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Lylah.

Qui croirait que ces fleurs que l'on croit immobiles aient une aussi intense vie ?
J'ai vraiment beaucoup, beaucoup aimé cette histoire qui est soutenue par une écriture fluide et tellement imagée.
Bon avec Lylah ( tiens encore une fleur) on a l'habitude des mots choisis avec délicatesse et une fois encore c'est réussi. Bravo !

   MissNeko   
20/1/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour

Un poème bien délicat et aérien. J ai aimé l idée que le soir les fleurs s adonnent à un bal.
Le champ lexical de la fleur et des senteurs est si riche que le lecteur peut imaginer aisément la scène.

Mon passage préfèré :


Pour parer ses épines d’un voile de douceur, l'aubépine déploie l’impalpable mantille, tissée de transparence, qu’une araignée hier lui a laissée en gage.

Sublime


Un très bon moment de lecture.

   Ithaque   
20/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
A vous lire, j'ai l'impression d'avoir une "parenté" avec ces fleurs qui en ont marre de prendre la pose.
Ah! redevenir soi ! disent elles, une fois rendues au silence !
J'aime bien vos tournures et vos angles de vue d'auteur . En personnifiant les fleurs vous leur donnez une âme , peut être est ce pour cela qu'on emploie l'expression "à fleur d'âme"? ;-)
Bravo ! Plaisir à cette lecture !
Ithaque

   Luz   
20/1/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Lylah,

J'imagine aussi la stridence des grillons dans la nuit qui accompagne le bal...
C'est très poétique, j'ai beaucoup aimé.
Il y a juste le premier vers avec 3 fois le son "dé", je trouve que ce serait mieux avec "a quitté", par exemple, mais c'est juste une impression comme ça.
Merci.

Luz

   emilia   
20/1/2018
Ainsi, les fleurs se sont laissées surprendre en pleins préparatifs par une fée de la poésie conviée à leur bal nocturne : la scabieuse légère, au port gracieux, la pervenche à la couleur nuancée, l’anémone, cette fille du vent à la fragile élégance, l’aubépine blanche et fine, les jacinthes et le réséda en grappes odorantes, chacune d’elles parée de ses attraits, ainsi que la centaurée, se laisse griser par une « valse embaumée »…, quel charmant et réjouissant tableau empruntant les caractéristiques de la féminité et de la séduction à travers le lexique vestimentaire associé ( robe, caraco, étole, voile, mantille…), les sensations visuelles, olfactives et tactiles évoquées comme le velours, la soie, la transparence suggestive et la revendication d’une libération… ; grand merci à vous pour cette vision onirique d’une parenthèse enchantée…

   kreivi   
20/1/2018
Vous aimez votre jardin, c'est certain.
Mais on dirait que votre jardin, lui aussi, vous aime.
Amour partagé, c'est ça la magie de la poésie.

   Goelette   
10/3/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Je suis souvent passée, silencieuse pour mieux respecter les paroles de fleurs si délicatement peintes dans ce ravissant "bal"
Sous votre plume magique, ces Dames-fleurs se parent et que le seul Monsieur-fleur ne peut que s'incliner... comme vos lecteurs devant tant de beauté!


Oniris Copyright © 2007-2018