Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
madawaza : J'ai des masques
 Publié le 08/06/16  -  15 commentaires  -  1672 caractères  -  246 lectures    Autres textes du même auteur

Il faut toujours s'adapter !


J'ai des masques



Je prends un air évaporé
On me dit « in »
En prenant l’air encanaillé
Je les fascine
J’ai des masques
Pour les snobards
J’ai des masques
Pour les jobards

Je prends un air effarouché
Ils me câlinent
Et prenant un air déchaîné
Ils se débinent
J’ai des masques
Pour les grognards
J’ai des masques
Pour les trouillards

Et pourtant
L’homme qui saura
Me déguiser en flamme
Me déguiser en rêve
Et pourtant
L’homme qui saura
Me déguiser en femme
Me déguiser en Ève
M’aimera

Je prends un air émerveillé
Ils s’imaginent
Quand je prends l’air intéressé
Ils baratinent
J’ai des masques
Pour les vantards
J’ai des masques
Pour les bavards
Je prends un air émoustillé
Ils se dandinent
Je prends un air enamouré
Et ils se ruinent
J’ai des masques
Pour les paillards
J’ai des masques
Pour les avares

Et pourtant
L’homme qui saura
Me déguiser en flamme
Me déguiser en rêve
Et pourtant
L’homme qui saura
Me déguiser en femme
Me déguiser en Ève
M’aimera


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
23/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Selon l'occasion, je saurai m'adapter, portant le masque qui sied ; il a toutes les couleurs, toutes les allures mais seul l'homme qui pourra me déguiser en ce que je suis sans artifice, m'aimera ...
Bien des rôles, l'héroïne est prête à interpréter, tant que l'Amour ne brillera pas dans les yeux de celui qui saura ...
Des masques amusants, d'autres effrayants, mais votre peau de femme me fait rêver ...
papipoète

   Mauron   
25/5/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Un très beau texte, qui dit en chantant, qui sait suggérer par et dans les sonorités. Une poésie selon mon cœur, profonde et juste, où tout ce qui est dit n'aurait pas pu être dit autrement. Bravo!

   PIZZICATO   
8/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
" S'adapter " oui !
L'auteur sait fort bien se glisser dans l'esprit de la femme.
La femme qui, une fois capté le sens du vent, parvient le plus souvent à ses fins. Elle connaît tous " les masques "...

Et pourtant..." Et pourtant
L’homme qui saura
Me déguiser en femme
Me déguiser en Ève
M’aimera "

   Pouet   
8/6/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bjr,

Bravo déjà pour les jeux de sonorité et le choix des mots.
Je trouve le refrain particulièrement réussi.

Franchement un bon petit texte qui semble simple comme ça au premier coup d’œil, mais les rimes en "ine" et en "ar" sont bien trouvées et l'ensemble se lit vraiment bien. Rien à redire sur la forme perso.

Le fond bon, une femme qui sait jouer de ses charmes de façon opportune, cela ne me transcende pas plus que cela mais la réalisation tient bien la route.

   David   
8/6/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Madawaza,

Bon, alors d'un côté de mon avis, c'est assez chantant et bien construit, avec du sel et de l'humour. De l'autre côté, c'est complétement affligeant comme caricature de séductrice, avec son "prince charmant" qui va la "déguiser en femme, en Eve"... non, mais oh ! Déjà, ça serait encore faire semblant de "déguiser", et de toute façon déguiser une femme en femme, c'est absurde. Surtout, je trouve qu'il y a un paradoxe entre une obsession du contrôle, de la situation de séduction, et son but que je rapprocherais d'un "lâcher prise", sauf que les "masques" doivent agir comme autant de mousquetons, de lignes de vie, de harnais d'escalade.

Et puis aussi c'est définitivement sexiste de décrire des hommes sur un adjectif qui rime à connard/salopard et autres joyeusetés. Et "l'homme qui saura" aussi, ça doit être sexiste.

C'est pas du tout un chemin pour devenir une fâmme, c'est plutôt un faux raccourci pour une vie de sacrée lopette, qui claquerait des dents et tremblerait des genoux.

   Anonyme   
8/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Et bah dis donc, si je vous suit à la lettre, vous devez être une sacrée belle gonzesse, pour mener les mecs à la baguette comme ça. Bon, je plaisante évidemment. ( Quoiqu'il se peut, après tout que ce soit vrai ). Allez, bas les masques, ou plutôt, trêve de plaisanterie.

Je le trouve rondement bien mené votre poème. Ces masques, que l'on se collent au visage, selon la situation. On peut être hypocrite, menteur, jovial, etc... C'est triste, mais bon, à qui n'est-il jamais arriver, dans une situation quelconque,pour arrondir les angles, d'être autre, que ce que l'on est d'habitude ?
Et j'ai bien aimé aussi votre refrain, mi-ange, mi-démon. Cela résume bien la nature humaine, avec ses hauts et ses bas, et celui qui vous aimera, c'est celui qui aura trouvé le juste milieu.
Merci, vous avez fait tomber le masque, et j'en ris.

   Pimpette   
8/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
mada

C'est bon mais j'aurai dit:
"un masque"

Une belle série de vocabulaire comme j'aime et que tu fais souvent très bien...ici c'est parfait...tout est verbes et substantifs...quand on lit,on a aucun caillou dans la chaussure...Tu piges?

Tu es de mieux en mieux partie dans cette forme libre et ferme!

   leni   
8/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
un jeu carnavalesque

J’ai des masques
Pour les snobards
J’ai des masques
Pour les jobards

J’ai des masques
Pour les grognards
J’ai des masques
Pour les trouillards


on peut choisir sa chance

enigmatique néanmoins


l'avenir le dira

Amusant Salut cordial Leni

   Anonyme   
8/6/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonsoir,

Au début je pensais qu'il s'agissait d'une femme, puis d'un homme... Maintenant je ne sais plus. Car ça pourrait être aussi bien une femme devenant encore plus femme, qu'un homme voulant se travestir en femme...

Bref, j'ai trouvé ce poème assez prenant avec toutes ces rimes en é/ard et ce rythme effréné... Sans parler de la répétition de "j'ai des masques".

Wall-E

P.S. : Je viens de m'apercevoir que ce "poème" était classé dans la catégorie "Chansons et slams", d'où le rythme effréné, finalement.

   plumette   
8/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'aime le thème, j'aime le rythme, j'aime les mots, tous ces qualificatifs en ard ! et j'ai pensé à une strophe avec des prénoms " les bernard" " les gérard"... "les gaspard"

Et le refrain m'enchante, à prendre au 2ème degré, rien n'a changé sous le soleil ( si j'ai compris!) c'est encore et toujours un regard d'homme qui fait advenir la femme.

Bravo!! y a plus qu'à la chanter.

Plumette

   Lulu   
8/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour madawaza,

j'aime beaucoup ce texte que je trouve nettement plus sensible que les précédents. En tout cas, je suis plus touchée. Je trouve que c'est entraînant, et le refrain est plaisant.

Bravo, et bonne continuation.

   funambule   
8/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Juste excellent ! Voila une chanson, ce qu'elle est, ce qu'elle devrait être hors toute prétention. C'est chantant, bien construit... sans nous prendre... ni pour ces cons, ni pour de intellos... et c'est quoi d'autre une bonne chanson. Peut-être un peu dépassé ou pas assez audacieux... mais tellement vrai... enfin j'espère... je redoute un peu aussi... parce que... les masques je connais aussi ;)

   Dolybela   
9/6/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Merci pour vos mots, les retrouver sont toujours un plaisir. Le thème est très bien choisi, rappelant tous ces masques que nous portons pour plaire. Pet-on cependant parler de personne fausse? N'est ce pas les gens extérieurs qui font le masque également ? On retrouve aussi la figure de la femme fatale, celle qui sait être à la fois toutes les femmes et aucune. Le rythme est toujours très bon, tout comme l'énergie du poème véhiculée par la répétition des mêmes rimes en "é", "in" et "ar" (sauf pour le "refrain"). Beaucoup d'anaphores donc, ce qui renforce l'aspect mélodique mais qui dévoile aussi peut-être la mélancolie d'un personnage qui s'ennui et attend. Le texte dépeint les nuances des hommes et la volonté de trouver "l'homme qui saura". Peut-être l'homme qu saura faire vivre le personnage sans masque, l'homme qui la fera vivre intensément. Ceci nous mène à une question intéressante : vit-on réellement lorsque l'on porte un masque?
Merci encore pour votre texte très enrichissant et excellemment bien écrit.

   Marite   
9/6/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bien plaisante cette petite chanson qui, en fait, est bien plus sérieuse qu'il n'y paraît ... le rythme, les mots, les rimes ... tout ce qui convient pour nous faire sourire. Et tant que j'y pense, les masques seraient-ils l'apanage de femmes ? Les hommes n'en portent-ils pas aussi ?

   Robot   
10/6/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
J'ai mis longtemps à essayer de trouver quel sens donner à ce texte et même aujourd'hui je ne suis pas sûr. Donc autant poser la question et indiquer comment j'interprète même si c'est à côté de la plaque.
S'agit-il d'une femme ? Car déguiser une femme en femme, j'ai du mal à comprendre. J'ai lu finalement ce texte comme si le narrateur était un transsexuel à qui les hommes faisaient la cour. Et que celui-ci rêvait qu'on ne voit que son souhait d'être ce que profondément il ressentait être et qu'il doit toujours s'adapter comme dit dans l'incipit.
Enfin, ce n'est pas très évident car "je" est quelque peu unisexe et ne permet pas de clarifier.


Oniris Copyright © 2007-2019