Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Sumero : Le saut
 Publié le 09/06/16  -  8 commentaires  -  1025 caractères  -  194 lectures    Autres textes du même auteur

Poème.


Le saut



Parfois un simple saut suffit
Un simple saut vers le néant
Vers le néant qui m'envahit
Parfois un simple saut suffit

Parfois encore un océan
Un océan débordant d'ombres
S'épanouit Abîme béant
D'où sortent d'étranges péans

Je crois plonger en ses décombres
Comme le soleil dans la rose
J'ai dans l'œil une tache sombre
Je crois plonger en ses décombres



J'écris pour dire peu de choses
Que mon esprit est écaillé
Comme un toit étranglé de lauzes
Comme un vieux reptile morose

Semblable aux têtes empaillées
Qui trônent d'un regard trompeur
Au-dessus d'âtres éraillés
Tant les brasiers les ont choyés



Qu'un ange orgueil du créateur
Il aurait suffi qu'un seul ange
Me ravisse de ma torpeur
Me montre les beautés d'ailleurs

Et le saut n'aurait plus suffi
L'ennui se serait dissolu
Je ne me serais pas enfui
La peine n'aurait plus valu


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
21/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime bien ce côté psalmodique de votre poème, comme des litanies mélancoliques ; il présente des images insolites, décalées, tel le soleil qui plonge dans la rose ou le vieux reptile morose. J'aime particulièrement le quatrain des têtes empaillées.

Un sujet rebattu, mais je trouve que vous parvenez avec des mots simples à lui donner un éclairage personnel.

   Marite   
24/5/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Beaucoup de répétitions dans ce poème qui gagnerait à être retravaillé en allégeant le propos. Par exemple, surligner en couleur les mots ou expressions reprises deux ou trois fois et voir s'il n'est pas possible, en les supprimant ou en les remplaçant de rendre le message plus clair.
La première strophe serait très compréhensible ainsi :

Parfois un simple saut suffit
Vers le néant qui m'envahit ...

   bouloche   
9/6/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très bien… en peu de mots vous dites beaucoup de choses, la tristesse, l’ennui, l’angoisse, l’incertitude, très justement ressenties, un fardeau lourd à trainer dans la vie que vous avez dépeint dans un style léger, musical et nuancé.

   Anonyme   
9/6/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
L'expression d'un mal être profond.
Les deux premiers quatrains m'ont intéressé ; ensuite, les images un peu grandiloquentes, à mon goût, ne m'ont pas séduit. Parfois même, surprenantes comme :
" un vieux reptile morose "

" Semblable aux têtes empaillées...
Au-dessus d'âtres éraillés
Tant les brasiers les ont choyés " .

   leni   
9/6/2016
 a aimé ce texte 
Bien
c'est l'expression d'un malaise qui donne un peu le cafard C'est bien écrit mais que c'est triste et même pas une note d'espoir Merci Salut cordial
Leni

   Vincente   
11/6/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonsoir Sumero,
J'ai bien aimé les trois premières strophes qui sont fortes en évocation, bien ciselées, malgré quelques répétitions, et puis la dernière qui fait un beau final, pas gai, mais très touchant.
Il me semble que la 5è n'apporte rien au poème à part un appui de lancinance qui accentuerait votre tristesse.
Les 2 premiers vers de la 6è strophe me semblent formés dans une syntaxe bizarre "Qu'un ange orgueil du créateur - Il aurait suffi qu'un seul ange " ?
L'ensemble "vaut la peine", il faut le retravailler, car il y a une belle veine...
Bonne continuation.

   Marie-Lune   
11/6/2016
J'aime beaucoup le côté sombre et mélancolique de ce poème. Plusieurs figures de style y sont présente et elles contribuent à créer des images qui accompagnent le lecteur durant sa lecture du poème. Les répétitions ne me dérangent pas, je trouve qu'elles accentuent l'idée de désespoir et de non-sens.

   Curwwod   
12/6/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
C'est triste, sombre, d'un funèbre dont on ne saisit pas vraiment la cause, la justification. Je n'ai pas trop aimé l'écriture qui me paraît très perfectible.
"Parfois un simple saut suffit
Un simple saut vers le néant
Vers le néant qui m'envahit
Parfois un simple saut suffit" : les répétition ne me paraissent guère utiles dans ce texte sauf pour la rime.
"L'ennui se serait dissolu" Dissolu, vraiment ?
Quelques images assez jolies cependant qui sauvent un peu l'ensemble.
"Comme le soleil dans la rose
J'ai dans l'œil une tache sombre..."


Oniris Copyright © 2007-2022