Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
madawaza : Je t'aimeras
 Publié le 04/07/18  -  12 commentaires  -  2255 caractères  -  182 lectures    Autres textes du même auteur

Poésie libre.


Je t'aimeras



Par ma main
Qui n’a su
Que tenir
Se crisper
Arracher
Menacer
Et frapper


Par mon bras
Qui n’a su
Que plier
Encercler
Capturer
Retenir
Étouffer
Et broyer

TU M’AIMERAS

Par ma bouche
Qui n’a su
Que rugir
Exiger
Blasphémer
Éructer
Renvoyer
Et maudire

Par mon ventre
Qui n’a su
Que débauches
Et orgies
Sans attache
Que l’odeur
D’un jupon
Qui se trousse

TU M’AIMERAS



De ma main
Je ferai
Une vasque
Pour tes lèvres
Un écrin
Pour tes seins
Une brise
À ta fièvre

De mon bras
Je ferai
Un repos
Sous ta nuque
Un collier
À ta taille
Un rempart
Contre l’âge

JE T’AIMERAI

De ma bouche
Je ferai
Le plus beau
Des poèmes
Avec rime
À amour
Et baisers
Tout de flamme

De mon ventre
Tu feras
Une lyre
Pour tes nuits
Pour nos nuits
Nos matins
Alanguis
De caresses

JE T’AIMERAI


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   lucilius   
26/6/2018
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Ainsi "l'autre" devrait-il commencer par aimer la main, le bras, la bouche, le ventre aussi haïssables que corrompus pour que ceux-là même deviennent soudain vertueux et se mettent au diapason de l'amour ? Mais pour qui au juste ? Les "qui n'a su…" répétitifs n'ajoutent rien d'élégant aux énumérations verbales qui étouffent des strophes déjà minimalistes.
Un exercice stylistique raté pour moi.

   bipol   
4/7/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
bonjour Mada

J"ai adoré cette contrition

j'ai adoré cette simplicité

J'imagine la personne qui s'en veut

et qui espère le pardon de l'autre

et qui croit encore à ce rêve d'amour

à mon sens une musque lui irait bien

bravo

   papipoete   
4/7/2018
bonjour madawaza
" par " ça et ça ... tu m'aimeras !
" de " ça et ça ... je t'aimerai !
La première partie où l'auteur dit " par cela " tu m'aimeras ! j'ai l'impression que malgré toutes ces turpitudes, tous ces méfaits dont le héros s'est taché, " elle " devra l'aimer !
La seconde partie où l'auteur dit " de cela " je t'aimerai ! les mêmes membres ( mains, bras, bouches ) se font câlin, doudou, promesses d'amour .
NB le décalage entre les 2 scénarios me désoriente, et je ne sais quoi songer !
Il n'en reste pas moins que les 2 " faces " du personnage, sont écrites de façon très poétique ( surtout la seconde ! )
je ne puis me prononcer dans l'appréciation .

   Cat   
4/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une rédemption qui crie de toute son âme. Et c'est beau !

Il y a quelque chose de l'amour fou qui s'est mal donné au départ et promet des merveilles pour une fin heureuse.

La strophe de "Ma main... " et celle de "Ma bouche...", sont à couper le souffle tant elles contiennent une aura de pardon qui expire avec force.

Merci Madawaza pour ce bel abandon, le passage du "Tu m'aimeras" au "Je t'aimerai" a quelque chose de noble dans les rôles qui s'inversent...

Je ne sais pas dire mieux que j'ai aimé. :))

Cat

   PIZZICATO   
4/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Salut Mada. Tu te fais rare ces derniers temps (sourire).

Je trouve intéressante la forme employée pour cette ... contrition.
Des vers très courts qui permettent une énumération de toutes les abjections commises au sein du couple.
Puis viennent les promesse d'un comportement digne.

Aussi rebutant qu'il soit, ce " Tu m'aimeras " vient corroborer le caractère vil et dominateur d'un macho en puissance.
Ensuite s'installera un renouveau (?)

J'ai moins aimé la dernière strophe.
Bien à toi.

   Annick   
4/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Le texte ressemble à un fil long et fin que l'on déroule de son fuseau. Le rythme est martelé et rapide, presque martial. D'ailleurs, le narrateur qui semble être au mieux un guerrier, au pire un baroudeur ou un bad boy, exige : "Tu m'aimeras." Il y a comme un ordre dans ce futur, en tout cas une certitude absolue.
Le ton est passionné, voire péremptoire.
La première partie faite de verbes à l'infinitif nous donne une vision de ce qu'est la personnalité de cet homme : rude, âpre, cruelle :

Par mon bras
Qui n’a su
Que plier
Encercler
Capturer
Retenir
Étouffer
Et broyer

La deuxième partie montre le côté sensible de l'homme, sa poésie, sa fougue, sa presque folie pour cette femme.

De ma main
Je ferai
Une vasque
Pour tes lèvres
Un écrin
Pour tes seins
Une brise
À ta fièvre

Le plan du poème est au carré, comme un lit de soldat.

J'avoue que si j'étais à la place de cette femme, je n'aurais qu'une envie : fuir cet homme. Même s'il y a de sa part cette lucidité sur sa vie passée, il reste quelque part au fond de lui ce qu'il a toujours été : autoritaire dominateur, voire despotique.
Il ne dit que ce qu'il a fait et que ce qu'il va faire. Seule la dernière strophe fait une place (enfin) à sa belle.

De mon ventre
Tu feras
Une lyre
Pour tes nuits
Pour nos nuits
Nos matins
Alanguis
De caresses

JE T’AIMERAI

Un poème déroutant, qui ne se laisse pas facilement apprivoiser mais qui ne laisse pas indifférent.

Merci pour cette lecture.

   Cristale   
4/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Quand le mâle devient homme c'est l'amour qui domine.

Une valse poétique à trois temps syllabiques où les premiers pas désordonnés du danseur finissent en un parfait accord avec ceux de sa partenaire.

Des huitains en oppositions joliment travaillés, 'main-bras-bouche-ventre" je n'en citerai que deux de mes préférés :

"Par ma main
Qui n’a su
Que tenir
Se crisper
Arracher
Menacer
Et frapper "
.../...
"De ma main
Je ferai
Une vasque
Pour tes lèvres
Un écrin
Pour tes seins
Une brise
À ta fièvre"

"Tu m'aimeras" "Je t'aimerai" conjugué par madawaza cela donne le titre original de ce poème : "Je t'aimeras".
Voilà qui est dit avec une grande certitude :)

L'auteur a soigné son écrit et cela me plaît beaucoup.

Bravo et merci !

Cristale

   leni   
4/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
MADA
joliment construit sans monotonie
MA main mon bras Ma bouche mon ventre ont fait QUOI hier
MAIS demain JE FERAI
AINSI devrait se dérouler une vie

JE déplore l'absence de musique
CELA pourrait donner un joli crescendo

BRAVO AMI LENI

   Eclaircie   
5/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour madawaza,

Un poème surprenant par le fond et la forme.
"crier" (écrire en majuscule) ce "refrain : TU M'AIMERAS" parait être une injonction, un ordre émanant de cette violence décrite.
J'ai -vite- poursuivi pour enfin trouver ce retournement ce "je t'aimerai" où la douceur prend toute sa place et sa mesure pour laisser fleurir le respect, la sensualité.

Je n'aurais pas écrit ces "je t"aimerai" en majuscule, on les aurait alors entendu chuchotés, la violence étant loin derrière, seulement un mauvais souvenir.

   fried   
5/7/2018
 a aimé ce texte 
Bien
ah ah, il faut oser ce titre :-)
la construction de votre texte m'évoque "la prière" chantée par Georges Brassens,
"Par le petit garçon, qui meurt près de sa mère" ...
"Je vous salue, Marie" ...
et la partie positive
"Par la mère apprenant, que son fils est guéri,"
"Je vous salue, Marie"
laissant le coté religieux pour la passion d'un couple ici vous réalisez la poésie sur un mode minimaliste et c'est réussi.

   Donaldo75   
5/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour madawaza,

Quel rythme !
C'est du poème choc, du genre à transformer les neurones en cellules ultrasensibles, irraisonnées, passionnées, presque désordonnées.

Bravo !

Donaldo

   Devos   
15/7/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
D'habitude, je ne suis pas très fan de ce genre de poésies à vers courts, à rythme saccadé, mais j'ai beaucoup apprécié celle-ci.
L'effet de désorientation et de surprise est très bien mené, et on accroche facilement, même si ce n'est pas une forme que l'on apprécie spécialement, le tout avec une belle plume, et finalement une forme en adéquation totale avec le fond du texte.


Oniris Copyright © 2007-2018