Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Malitorne : Relativité générale [concours]
 Publié le 03/05/22  -  9 commentaires  -  1330 caractères  -  138 lectures    Autres textes du même auteur

Le temps relatif.
Hommage à l'espace-temps d'Einstein.


Relativité générale [concours]



Ce texte est une participation au concours n°32 : Le temps dans tous ses états
(informations sur ce concours).





Quand l’ennui s’empare de mon être,
Que la vie perd trop de son élan,
Je regarde, à travers ma fenêtre,
S’écouler la paresse des ans.

équation générale du temps relatif

Quand je cours vers l’amour infidèle,
Celui qui brûle, celui qui mord,
À peine ai-je goûté à ma belle,
Qu’il me faut revenir à bon port.

équation relative du temps général

Quand à la vitesse de lumière,
Je sillonne les champs étoilés,
À mon retour, marchent sur la Terre
Des gens, des chiens, beaucoup plus âgés.

équation générale du temps relatif

Quand je croyais à une pendule,
Un seul tic-tac cosmique, invariant,
Le vieil Albert et ses formules
M’ont dévoilé ce monde intrigant.

équation relative du temps général

Mais qu’est-ce donc que ce sablier,
Qui s’interrompt durant nos sommeils,
Se fond avec l’espace éthéré,
Et jamais ne s’en revient la veille ?

équation générale du temps relatif


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   BlaseSaintLuc   
16/4/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup le rythme de ce poème, même si je me suis un peu perdus dans l'espace temps...
En tout cas,le temps est bien dans tout ses états.
Alors couront après sa queue, pour voir si on peu la mordre.

   Queribus   
23/4/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

J'ai beaucoup aimé votre texte en peu en forme de chanson avec ce vers qui revient régulièrement: équation....comme un refrain. L'ensemble me semble très habilement construit de façon progressive. Toutefois pour le "refrain", j'aurais préféré une formule plus simple et plus directement accessible mais ce n'est qu'un détail et une impression personnelle. Je vous remercie pour le bon moment passé à vous lire.

Bien à vous.

   Donaldo75   
23/4/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J’ai bien aimé cet hommage, comme l’indique l’exergue, à l’espace-temps d’Albert Einstein parce qu’il reste poétique, presqu’une chanson et traite de la vie finalement car la physique c’est aussi la réalité même si on ne la comprend pas toujours et qu’on est obligé de l’expliquer par des concepts purement théoriques dont le commun des mortels ne comprend pas un millionième mais qui deviennent quand même viraux au point de rentrer dans le langage courant. Après cette longue phrase qui s’étire sur la page telle une corde dans l’univers quantique, je ne peux que reprendre mes bras et applaudir la tonalité douce et humaine de ce poème dont le rendu a égayé ma journée.

   Cyrill   
23/4/2022
 a aimé ce texte 
Bien
L’idée de la relativité du temps m’a séduit, ainsi que celle d’insérer ces équations qui ponctuent chaque quatrain. Ça me donne quelques nœuds à dénouer dans ma caboche pas très logique, mais je m’en sors.
Le ton est un peu trop démonstratif, ne laissant guère de place aux envolées. Des propositions sagement énoncées. Je me demande si la rime n’a pas parfois contraint l’auteur.
Certaines images un peu pusillanimes, d’autres qui m’ont plu d’avantage, comme la proximité de gens et chiens qui marchent sur la terre, ou le tic-tac cosmique.

   papipoete   
3/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour
Une chose est sûre ici, nous sommes bien dans le thème du concours, où le temps passe vite ou bien lentement, se met même en " pause " durant le sommeil.
NB on se met dans une case ou bien l'autre selon que l'horloge ressasse les heures, ou que lorsque l'on part et revient...tous les êtres ont pris un sacré " coup de vieux "
les " refrains " purent être plus poétiques ? genre : " sonnez les matines, din'g, ding, dong "
des énéasyllabes ( pas courant ! ) dommage que le 18e ( le viel Albert ) en aie perdu un en route !

   Myo   
3/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Quand le temps se joue de nous.
L'idée est intéressante et bien dans le thème.

Les 2 premiers quatrains sont explicites quant à ce rapport au temps qui varie en fonction de la façon dont on l'occupe.
Le 3e est plus imagé et je trouve cela un peu dommage, j'aurais aimé rester dans la perception réaliste.

La présentation est originale.

Merci du partage

   Vilmon   
4/5/2022
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,
Des rimes simples, rarement riches, plutôt une chanson qu'une poésie. Je n'ai pas senti qu'on amène à un second niveau de réflexion. On disserte de manière élégante de différentes manières que nous apparaît le temps selon les circonstances. Les jeux de mots sont divertissants et on s'y arrête pour reconstruire l'idée originale du message.
Un style qui semble beaucoup plaire.
Vilmon

   hersen   
5/5/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Je n'ai pas été très sensible à ce poème, même si je comprends l'hommage. J'aime assez bien les exemples choisis, mais je ne leur trouve pas une poésie qui les renforcerait.
Par contre, je trouve que l'idée d'illustrer le temps au travers de ce thème est bien vu !
Donc mitigée je suis.
merci de la lecture.

   aldenor   
10/5/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
J’aime le ton humoristique de cet ingénieux alliage de la poésie avec la science, sur le thème du temps qui passe... ou pas. En particulier les chiens devenus vieux et l’interrogation finale : le sablier ne revient pas en arrière, quelle est cette escroquerie Albert ?
Par contre, je ne saisis pas le lien avec le sujet de la strophe 2.


Oniris Copyright © 2007-2022